Simbou Vili du Fleuve Congo à la Seine

Elle est originaire du Congo Brazzaville de Pointe Noire exactement. En 1989 son destin bascule. C’est l’exil vers la France. Elle deviendra Parisienne d'adoption mais surtout une Artiste emblématique. Auteur, compositeur, interprète, peintre et poète, une digne ambassadrice de son pays natal.

Simbou Vili © pcompas

J'ai rencontré Simbou Vili à Paris, j'étais venu l'écouter lors d'un passage sur la scène du New Morning. Tout de suite, j'ai compris que cette femme avait un talent hors du commun parce qu’elle était la gardienne d'un patrimoine riche culturellement, celui de l'Afrique, du Congo des Vili. Simbou est une Artiste complète atemporelle qui passe de la musique à la littérature de la poésie à la peinture puis par la danse. Sa voix de velours atypique qui caresse les oreilles comme un murmure, nous fait voyager entre la forêt du Mayombe, la rivière du Kouilou, les gorges de Diosso, la réserve de Conkouati-Douli et les plages de Pointe Noire la Belle.

« On m’a demandé de quel droit je m’étais surnommée ainsi et à quel titre. »

Simbou Vili est un nom d'emprunt « …ma grand-mère tenait une place importante dans mon enfance, -elle est la base de toutes mes influences comme une matrice. Le nom « Vili » comporte deux syllabes qui constituent les préfixes des mots victoire et liberté J’ai remporté des victoires sur moi-même, lesquelles ont débouché sur ma liberté, ma liberté de ton, de penser et de chanter. D’origine Loango, le Loango est mien également. Je chante en vili, je pense en vili avant d’être une autre moi-même…je dois mon instruction ancestrale spirituelle et artistique à ma grand-mère qui m'appelle dès ma naissance : Tchissimbou (tenir quelque chose que l'on tient) qui est le nom de mon arrière-grand-mère maternelle, une femme aimant les arts, la joie, la fête et la liberté elle était moderne, novatrice pour son époque. J’ai choisi de conserver ce nom qui est un héritage traversant les époques et le temps, un clin d'œil de gratitude envers toutes ces personnes de ma famille, disparus ou vivantes qui ont toujours su garder leur dignité. J'ai supprimé le Tchi ne gardant que Simbou (pays de la mer : océan d'amour et de tendresse) j’y ai accolé Vili qui est le nom de mon groupe Ethnique. « Vili cela sonne comme Victoire et Liberté » la victoire des arts associés à la liberté de créer. Je passais mes vacances en compagnie de ma Grand-mère dans de nombreux villages pour être initié à l'acquisition des dons de la nature. J’y découvris les contes, les percussions, la danse et la transe... »

"Son parcours est l’histoire d’une exilée" 

« lorsque l'on arrive à l'étranger on devient étranger à nous même. Pour ma part,chaque année passée en France me rapproche davantage de ma culture natale, sans toutefois vivre dans l’obsession traditionnelle à tout ce qui caractérise le Vili. Femme noire mon dernier album, c’est aussi un message à toutes celles qui, ici en France, restent insensibles aux gémissements des nôtres restées au pays, en Afrique » « En 1989, alors que j’avais tout au Congo, un mari, des enfants et l’aisance, pour ne pas dire la richesse, j’ai pris mes enfants et me suis envolée avec eux pour la France, un pays que je connaissais seulement pour y être déjà venue en touriste. »

« Chez les Vili la femme n'a pas le droit de chanter, c'est pour cela que je chante »

simbou vili © pcompas

Je la cite ; « chez les Vili la femme n'a pas le droit de chanter, c'est pour cela que je chante, j'ai toujours été une rebelle, j'ai même été créatrice d’un groupe de filles « Les Amazones » Toute petite, j’aimais beaucoup danser et chanter. Choriste, très jeune, chez les Zephyrins, une église protestante, j’avais déjà la passion de la musique »

« Pour ma famille, pas question d’envisager de faire carrière dans la musique au pays cela aurait été une hérésie, un sacrilège, un affront à notre culture »

« Arrivée en France, j’ai suivi une formation intense en chant puis en musique avant de penser à mon premier enregistrement d’album, puis arriva Mame en 2001, puis un deuxième Africa si riche en 2011, puis à présent en 2018, Femme noire sans compter les collaborations avec d'autres artistes »  Elle fait ses premières scènes au cabaret parisien « Les Trois Maillets », s’ouvrant à d’autres registres, elle joue dans une pièce de Brecht, tient un rôle dans un feuilleton télévisé et fait un passage sur MCM comme présentatrice. L’Afrique de son enfance est omniprésente au sein de son Art, en musique, en peinture, en poésie, le Congo, le Royaume du Loango « je garde une relation imaginaire avec mon pays, ce qui m'intéresse c'est le mouvement mais surtout l'émotion, je m'interroge sur le sens de l'existence je suis Africaine, mais je reste avant tout universelle".

simbou vili © pcompas

« En Afrique, la guérison s’opère par le chant, c’est en foulant la terre par la danse que l’on communique avec l’infiniment petit et l’infiniment grand »

Parlons un peu du dernier album « Cet album, je l’ai voulu d’une gravité absolue. Aussi ai-je varié les thèmes en compagnie des musiciens et arrangeurs congolais Théo Blaise Nkounkou, Nyboma Danos Canta et du guitariste Caïen Madoka, Rumba, folk, Soukous, ndombolo, Reggae, hip- hop » Une chanson en featuring avec Chidra rappeur à la plume engagée. « Commencé à Paris La Chapelle, le tournage s’est poursuivi à la station du métro Jaurès, avant d’atterrir à la Place de la République, pour finir au Parc de Bagnolet ce clip fut réalisé par le jeune cinéaste Florent Sause, avec des performers Poping, une danse Hip Hop. Puis j’ai effectué des allers-retours entre Paris et Pointe Noire, studio d’enregistrement et tournage de clips. »

Discographie

Album femme noire Simbou Vili © Simbou Vili

Femme Noire « Un album d’une gravité absolue. » Simbou Vili. « Oui, ce fut un voyage difficile de la pesanteur à l’apesanteur artistique. Entre les exigences du très sérieux musicien et arrangeur congolais Théo Blaise Nkounkou, les conseils ô combien précieux du musicien Nyboma Danos Canta et du guitariste Caïen Madoka » Simbou Vili.

Album Africa si riche Simbou Vili © Simbou Vili

Africa si riche l’album de la maturité. 2011. Simbou Vili, fait son retour avec un album intitulé « Africa si riche », un album qui confirme sa maturité artistique. Elle exprime en toute légèreté sur 13 titres des sentiments et des sensations de la vie. Avec ce nouvel album beaucoup plus engagé, entre tradition et modernité, Simbou s’est interrogé aux problèmes de l’existence et de la société ; à travers des titres comme immigrés, l’homme de demain ou pygmées spirit. La participation également de musiciens prestigieux comme Belmond de Boville, Paco Sery. La première s’est faite au New Morning à Paris qui lançait le départ d’une longue série de concert.

Album Mame Simbou Vili © Simbou Vili

MAME premier album dans l’ombre des ancêtres.« Mame s’est construit et nourrit par l’essence d’une quête où je me suis interrogé sur le sens de l’existence. » L’album Mame incarne la consécration d’une décennie d’expérience qui nous entraîne de rumbas en reggae dans une belle palette de rythmes et de lignes mélodiques en compagnie de So Kalmery une subtile fusion d’influences traditionnelles. Un premier point d’orgue à un itinéraire largement consacré à l’expression artistique, musicale et à la danse.

hinda © pcompas

Contes africains de Hinda Simbou Vili Bercée dans son enfance par les sons des tambours. Initiée par sa grande mère, elle vient nous conter des souvenirs de cette lointaine contrée nommée « Kongo » Cet opus de cinq contes musicaux. Un art ancestral, une culture mais aussi un moyen d’expression qui amène vers l'art du bruitage. « Une production qui enchantera les enfants tout comme les adultes. Généralement l’essence magique du conte permet d’échapper aux contraintes et à la monotonie du monde réel. » Simbou Vili .

Du Kongo au Congo en peinture

Portrait Simbou Vili © Simbou Vili

Du fétiche à clous ancestral aux Vili contemporains l’art contemporain africain s'inspire aussi bien des traditions ancestrales du continent que des réalités contemporaines d'une Afrique en mutation et en évolution quotidienne.

"De la mémoire personnelle, de l'identité, à celle de la mémoire collective, de l'histoire d'un pays et de ses ethnies"

Beaucoup d'œuvres associent le corps et l'âme, le monde visible et l'invisible parce qu’en Afrique, ces entités sont inséparables. La complexité des artistes actuels avec les arts traditionnels, perturbent une fois de plus la vision de l'Occident qui a longtemps qualifié l'art africain de « primitif. Les tableaux de Simbou Vili native du Congo Brazzaville illustrent bien les thématiques de l'art Africain d'aujourd’hui au rang des arts plastiques. Ses Œuvres représentent le Patrimoine Vili, le Congo Brazzaville, Pointe Noire et le Royaume du Loango d'hier jusqu'aux générations actuelles. Son enfance au Pays, son parcours d’exilée en France à Paris, ses combats de femme. Dieu, la paix, l'amour, la guerre, le Congo- Brazzaville. Pointe Noire.

Peinture Simbou Vili © Simbou Vili

« Parfois dans la vie on fait des rencontres imprévues, improbables parce qu’intenses existentiellement, sous le charme. Parce qu’à ce moment-là, la magie opère puis se traduit par une osmose, harmonie immédiate, un sentiment de se connaître depuis des siècles, associant respect avec élégance, hospitalité, convivialité. A l’heure ou la jeunesse préfère se pavaner dans le Rap bling-bling ou Slam, certains Artistes pratiquent la résistance afin de préserver leur patrimoine culturel et artistique. C’est comme cela que se distingue l’artiste Simbou Vili une inoubliable rencontre à ne pas perdre de vue, dans la lignée des Abeti Masikini, Myriam Makéba, Mbilia Bel, Papa Wemba, Koffi Olomidé, Nzongo Soul, Ray Lema, Lokua kanza, Sec Bidens ou bien encore Chéri Samba donc à suivre Kongo Kitoko !!! »

Patrick Compas .

Crédits Photos : Simbou Vili and Marie Hélène Loembé copyrights@ and Allrightsreserved@.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.