Patrick Radoszycki
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 avr. 2021

LA SEMAINE CINGLANTE. Numéro un

Un extrait du Numéro Un de LA SEMAINE CINGLANTE -Canard boiteux- Un fil ROUGE de ce journal : La Commune de Paris (1871). Pour evoir l'intégralité des publications envoyez un mail à : semaine.cinglante@laposte.net

Patrick Radoszycki
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LA SEMAINE CINGLANTE -Canard Boiteux-

« Ça branle dans le manche, les mauvais jours finiront ». J.B Clément .

EXTRAIT du NUMÉRO UN pour MEDIAPART

Si ce journal vous intéresse, envoyez un mail à semaine.cinglante@laposte.net. C’est gratuit.

Ce numéro un de LA SEMAINE CINGLANTE arrive 150 ans et 1 jour après le début de La Commune. Nous vous parlerons des écrivains face à La Commune, mais il faut bien dire, en le regrettant, que la plupart des auteurs majeurs de l’époque a pris position, parfois violemment, contre les Communards (voir l’article à la fin de ce journal et le poème d’ Elisabeth Chatenet).

Notre canard boiteux fera aussi une escapade au Mexique pour saluer La Commune de Oaxaca.

Mais, nous commencerons par un hommage à Georges Perec. À notre connaissance, ce grand écrivain du 20ème siècle n’a jamais évoqué l’insurrection de 1871, ce dont personne ne peut lui faire reproche. Parodiant une œuvre majeure de Perec, nous essaierons de parler des luttes d’aujourd’hui : « Un jour sans » d’accord, mais pas un jour sans espoir. Place donc à LA S’MAIN’ CINGLANT’ !

UN JOUR SANS ! (ou : MA DISPARITION)

« Trahir qui disparut, dans "Ma Disparition", ravirait au lisant subtil tout plaisir. Motus donc, sur l'inconnu noyau manquant, un rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal. »

Introduction : Si tu lis tout jusqu’au bout -bravo à toi- tu pourras voir vingt-cinq fois du marron. Soyons clairs : j’ai dit vingt-cinq, pas vingt-six !

Aujourd’hui lundi un (Albi, 01/02/21), ainsi s’ouvrira mon journal.

Un jour clair-obscur, mais surtout obscur. Un jour gris, disons.

Pas un jour sans O, oh non ! Cirrus, Cumulus, Stratus, Nimbus … ils sont tous là, nous n’avons aucun manquant. Un jour où il a plu, ah ça oui ! Un jour qui nous plaira, Inch’Allah !

Pas un jour sans T. Pour moi, ni rando ni VTT aujourd’hui. Alors quoi ? Un jour sans fin sur mon sofa pour voir TF1, Canal Plus ou BFMTV ? Plutôt mourir ! J’irai sur Canal Moins : moins d’intox, un grand jour sans TV.

Pas non plus un jour sans L. Rosa finira son boulot, puis partira courir sous un grain, sauf gros coup dur. Rosa au top, toujours vrai!

Alors, un jour sans quoi, au final ?

Mon dico a subi un grand trauma, voilà tout. Il a maigri d’un coup, dans la nuit. Pour « Commun» (banal), aucun souci. Pour « Communard » (partisan) ça va aussi, mais pour l’an 1871, 72 jours ont disparu tout à trac!

Un oubli ? Non, un vrai hold-up ! Un poussin qui sortirait d’un Ouf, tu y crois toi ?

Si, par pur hasard, tu vois « Covid » dans mon bouquin, la soustraction t’apparaîtra au grand jour :

Covid : nom masculin ? Non, pas du tout. Tu y liras : Covid : nom fminin.

Mais pourquoi dirait-on donc la Covid, au fait ? Pour offrir un mini-plaisir à l’anglais maladif qui nous lirait ou, qui sait, à la maman à Marina ? Zut alors ! Ici nous parlons du Covid si ça nous plaît !

Occupons-nous, tout au long d’un jour sans :

Informons-nous. Allons d’abord voir sur Covid point gouv point fr :

Multiplication du virus ? Contamination au plus haut.

Vaccinations? Au point mort.

Un machin anti-propagation qu’on foutrait sur son blair? Stock minimal.

Un coton-truc nasal pour savoir si on l’a ou pas ? Kif-kif.

Circulation sans autorisation ? Oui pour l’instant, mais soyons vigilants.

Mon bilan : Coronavirus, ça va pas fort du tout. Macronavirus toujours plus dur pour la population.

Jouons à « Vrai ou Faux ? Va savoir. »

Nous aurions cinq candidats pour 2022 : Poutou (NPA) , Hidalgo (Socialo, mais jusqu’à quand?), Jadot (son parti a disparu du dico), Macron (son parti aussi…, mais à lui nous lui dirons Tchao Pantin!), puis, pour LFI : JLM, ou, pourquoi pas, F. Ruffin, ou C. Autain. Il y aura à coup sûr un insoumis.

Y aura-t-il un candidat LR ? Pas pour l’instant, mais Macron a pris rang. Il fait son job (à LR !).

Un ami coco m’a dit qu’un gars du PCF pourrait aussi concourir. À voir...

Un gros scoop pour finir : Qui l’aurait crû, la facho du FN-RN n’ira pas ! Par un coup du sort, son nom a disparu du radar, pour au moins trois raisons. Ah, Ah, Ah !!!

NB : JLM aussi aurait pu subir sa sanction, mais chacun sait mon « amour » pour lui. Puis, qui fait la loi ici ? Moi ! Na, Na, Na !

Plus d’infos sur l’application STOP MACRON ! ou sur CARMAUX INFO.

Grignotons à midi  (plutôt un lunch au format XXL, as usual) : Bulots normands-mayo, Risotto napolitain, Gorgonzola, Ananas-Chantilly. Boissons ? Un pastis (à la Volvic), du vin (Gaillac bio), ni plus ni moins. Coca-Cola ? Surtout pas pour nous ! (cf. docu du soir).

Lisons un polar : DOA, Manotti, JB. Pouy… ou, plus ringard, Patricia Highsmith.

Choisissons un film DVD à voir sur la TV du salon, car il n’y aura là qu’un public familial. Nos propositions :

Un film d’amour gay, mais pas rigolo : « L’inconnu du lac ».

Si on fait dans l’humour noir : « Nous irons tous au paradis ». Aussitôt dit, aussitôt fait pour nos morts du covid...

Plus marrant : Un film d’Alain Chabat (nous tairons son nom), où Bacri fait courir un labrador jusqu’aux buts. Sinon, toujours pour Bacri, qui fut au script : « Smoking, No Smoking » ou « On connaît la chanson », un vrai film choral.

Gardons au chaud « Los luns al sol » pour un lundi plus souriant. A contrario, « Singing in th rain » nous paraît bon pour la saison.

Chantons ! Ma playlist du jour :

Barbara : « À mourir pour mourir », pas gai du tout.

Nougaro : « Sing Sing Song », sur la prison.

M. Sosa : « Gracias a la vida », bon pour mon moral.

Pour finir sur un air vivifiant, par Luis Mariano : « Si tu vas à Rio » (fous un pain à Bolsonaro !).

Aidons l’association « Pas Sans Toit 81 », qui fait du bon boulot. Finançons-la, diminuons ainsi nos impôts. Son slogan : « Un abri pour tous, sans discrimination !», pas un parasol tout-à-fait hors-propos aujourd’hui !

La nuit arrivant, nous avons vu un docu fracassant à propos du conflit Irak-USA. Mondialisation du chaos ! Sadam tyran ? OK. Sadam assassin du Kurdistan d’Irak ? OK. Mais Bush, Clinton, GW Bush (un fils à papa) and co ? Tous grands assassins « chirurgicaux ». Face aux infox à tout instant, on vit un Chirac plutôt conciliant, par comparaison à un Tonton moins clairvoyant. Ainsi naquit Oussama, ainsi naquit Al Qaïda. Un docu accablant, un docu qui fait Boum Boum !

Conclusion d’un jour sans à Albi : Partons voir au loin s’il fait bon !

Pour un climat plus sain, nous irons Cap au Sud, via Blagnac (*) :

Cuba -CUBA, SI! Oui aux vaccins cubains !-, Honduras, Costa Rica, Panama, Machu Picchu, Paraguay, Uruguay, Chili. Voilà mon plan ! Sauf si coronavirus il y a…

(*) Tant pis pour l’avion polluant, puis il n’y a aucun CO2 dans la fiction.

Post Scriptum

Mon inspiration (ma trahison?) du jour fut « La disparition ». Un grand roman Oulipo !

Lisons donc l'original :

… Anton Voyl n'arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s'assit dans son lit, s'appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l'ouvrit, il lut ; mais il n'y saisissait qu'un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la signification.

Il abandonna son roman sur son lit. Il alla à son lavabo ; il mouilla un gant qu'il passa sur son front, sur son cou.

Son pouls battait trop fort. Il avait chaud. Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux. Un bruit indistinct montait du faubourg. Un carillon, plus lourd qu'un glas, plus sourd qu'un tocsin, plus profond qu'un bourdon, non loin, sonna trois coups. Du canal Saint-Martin, un clapotis plaintif signalait un chaland qui passait ...

Bravo GP ! Congratulations !

Fait à Albi par Max Dombrowski, Pro-Communard. Point final.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat