Patrick Radoszycki
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2021

LA SEMAINE CINGLANTE. Numéro zéro.

Une petite publication voit le jour, entre autres pour rendre hommage à La Commune de Paris : LA SEMAINE CINGLANTE. Un journal sérieux, mais où l'humour essaiera d'être au rendez-vous. Voici un extrait du numéro zéro. Pour recevoir l'ensemble dece numéro et les suivants, envoyez un mail à : semaine.cinglante@laposte.net

Patrick Radoszycki
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LA SEMAINE CINGLANTE -Canard Boiteux-

« Ça branle dans le manche, les mauvais jours finiront ». J.B Clément .

NUMÉRO ZÉRO (ou zéro virgule un, pas plus!)

LA SEMAINE CINGLANTE, petit journal de bric et de broc à parution épisodique, n’aura pas grande ambition. Il devrait quand même parvenir à être plus mordant que La Semaine de Suzette. On l’espère !

Ce vilain petit canard voit le jour, entre autres, pour rendre hommage aux 150 ans de LA COMMUNE DE PARIS (1) :

Du 18 Mars au 28 Mai 1871 une vraie Révolution Sociale bouleverse Paris, dont les échos atteignent le monde entier. C’est le Parisien libéré… et la Parisienne également, car La Commune est aussi une Révolution Féministe, dont Louise Michel reste l’incarnation. Le 11 Avril est créé l'un des premiers mouvements se réclamant ouvertement du féminisme de masse : l'Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés .  Accès à l’éducation, début d’égalité salariale (ce sera fait pour les institutrices), reconnaissance de l’union libre, facilitation du divorce, interdiction de la prostitution… en peu de temps La Commune prend des mesures pour les droits des femmes. Que Marianne était jolie en ce nouveau matin de Paris !

Le 21 Mai les troupes Versaillaises, amenées par Adolphe Thiers, entrent dans Paris. C’est le début de la Semaine Sanglante et de l’anéantissement de La Commune. On estime qu’environ 20000 Communards vont mourir au combat ou être fusillés.

La Commune ne vécut que le temps d'un printemps -72 jours- mais son message résonne encore dans les luttes de notre siècle. Partout, des mouvements de libération se réclament de l’héritage de La Commune.

Pourquoi donc ajouter un nouveau titre à une liste déjà longue ? -une liste évoquée ici-même- 

On peut taper dans un ballon sans se prendre pour le Messi, on peut aussi nager sans essayer de rattraper Manaudou. On doit donc bien pouvoir écrire quand ça nous plaît, sans aucun espoir d’entrer dans la Pléiade.

Et puis, quand on pense à la montagne de conneries publiées sur papier, sur Facebook et autres Twitter, on se dit que l’on peut bien ajouter les siennes, sans grand risque pour la planète.

Prouvons-le dans l’instant, sans crainte d’être contredits : Selon nous l’express est un train de la SNCF, le figaro est un barbier et les choses sont bien ainsi. Nous n’irons pas jusqu’à chanter « Qu’il était beau Marchais ! », pas de fake news entre nous! Pour LA SEMAINE CINGLANTE l’aurore n’annoncera que le début de belles journées de luttes. Le point, quant à lui, ne servira qu’à indiquer la fin de nos phrases. Qu’on se le dise !

Vous l’aurez compris, LA SEMAINE CINGLANTE sera un « journal » engagé. Aucun mérite à cela, car nous pensons ici que tous les journaux sont engagés. Le problème c’est que, comme ils sont presque tous engagés du même côté, celui du néo-libéralisme, personne n’est censé s’en rendre compte.

Qu’on pense à l’extrême concentration de l’univers des médias! Pour Bastamag, en 2017, 10 milliardaires « possédaient » environ 90 % des journaux vendus (jeu de mot involontaire), 55 % des parts d’audience télé et 40 % des parts d’audience radio.

Et, selon Reporters Sans Frontières, en 2020 la France se classait au 34ème rang mondial pour la liberté de la presse, en recul de 2 places, derrière des pays européens proches comme les Pays Bas, le Portugal, la Belgique, l’Allemagne, l’Irlande, l’Autriche ou l’Espagne. Il n’y a pas de quoi pavoiser !

Souvenons-nous que La Commune a affirmé une totale liberté de la presse dès le 19 Mars (texte du comité central de la Garde Nationale). Dans un contexte de guerre et après les censures impériales ou républicaines, c’était courageux. Les journaux anti-communards ont donc continué de paraître à Paris. Ils se sont livrés à des attaques violentes contre le soulèvement, relayant les mots d'ordre politiques de Thiers. Si bien que, le 18 avril, la Commune a menacé d'interdiction les journaux « favorables aux intérêts de l'armée ennemie » , qui continuaient tout de même de paraître. C'est surtout en mai que la lutte contre la presse pro-versaillaise a pris de la vigueur : le 5 mai, 7 journaux ont été supprimés, le 11 mai, 5 journaux et le 18 mai, 9 autres. Néanmoins, les publications interdites pouvaient reparaître quelques jours plus tard, du fait de la totale liberté laissée pour la fondation d'un journal. 

De l’autre côté, de nombreuses publications ont vu le jour pour soutenir La Commune (ce serait la période pendant laquelle le plus de journaux furent créés). Mais la presse parisienne pro-communarde n’a pu être diffusée en province du fait de la vigilance du gouvernement Thiers…

LA SEMAINE CINGLANTE -canard boiteux- se rangera du côté des médias à part, tellement à part qu’il est possible que personne ne les voie. Il vous restera fort heureusement, parmi d’autres, Mediapart et sa belle devise : Seuls nos lecteurs peuvent nous acheter ! Nous ne sommes pas toujours d’accord avec leurs analyses -c’est bien normal- mais nous pensons sincèrement qu’Edwy Plenel et son équipe font partie d’une espèce de journalistes d’investigation rare et précieuse. Peut-être pas une espèce en voie de disparition, mais assurément une espèce à protéger.

En toute modestie, nous défendrons toujours ici la cause du peuple et même, n’ayons pas peur des mots, celle de l’humanité dans son environnement. LA SEMAINE CINGLANTE sera un nouvel observateur du monde d’aujourd’hui, essayant de penser, à son petit niveau, le monde d’après.

Nous ne craindrons pas d’être traités d’Islamo-Gauchistes si nous rappelons que La Commune a fait sortir la croix des écoles publiques bien avant la loi de 1905, ou si nous disons que les véritables valeurs actuelles se situent aux antipodes de celles d’Eric Zemmour et de Marine Le Pen.

Nous n’hésiterons pas à chanter La Marseillaise, avec des petits canards bien sûr, surtout si elle est suivie de L’Internationale, une chanson du Communard Eugène Pottier. Nous en profiterons pour rappeler que La Commune fut internationaliste. De nombreux étrangers Belges, Polonais, Italiens, Russes… ont participé au soulèvement. Nous n’oublierons pas non plus que la Commune a ouvert la citoyenneté aux étrangers,  « Considérant que le drapeau de la commune est celui de la République universelle ; considérant que toute cité a le droit de donner le titre de citoyen aux étrangers qui la servent… ». 150 ans plus tard nous n’avons même pas été capables d’accorder le droit de vote aux étrangers hors UE pour les élections locales !

N’ayant aucun objectif chiffré, aucun salarié et aucune dépense, LA SEMAINE CINGLANTE ne devrait pas avoir de mal en s’en sortir.

S’en sortir tout seul n’étant ni agréable ni utile, notre canard boiteux sera très heureux d’accueillir vos contributions.

N'hésitez pas à faire connaître LA SEMAINE CINGLANTE autour de vous et à lui écrire : semaine.cinglante@laposte.net

On se dit qu’avec votre aide ce serait quand même bien de tenir au moins 72 jours et d’arriver à un cumul de 1871 lecteurs. On va quand même pas se faire hara-kiri avant d’avoir commencé !

(1) Marseillais de cœur, nous nous devons de dire que plusieurs villes se sont soulevées en 1871. La plus longue et la plus puissante des insurrections a eu lieu à Marseille (du 23 Mars au 4 Avril). Le Creusot, Limoges, Lyon (première ville de province à se soulever), Narbonne, Saint-Étienne, Toulouse... ont aussi proclamé La Commune.

LA SEMAINE CINGLANTE

Directeur de la publication : Max DOMBROWSKI (un cousin à nous).

Abonnements :

Envoyez un mail à semaine.cinglante@laposte.net, c'est gratuit. (Un blog viendra peut-être améliorer notre offre)

Le polonais Jaroslaw Dombrowski (1836-1871) fut l'un des principaux généraux de La Commune.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes