patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

421 Billets

5 Éditions

Billet de blog 3 févr. 2015

Homère est morte..., d'Hélène Cixous

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            Les livres d'Hélène Cixous ne laissent jamais indifférent. Elle a une manière qui n'appartient qu'à elle de prendre la langue à bras le corps pour lui faire rendre plus qu'elle ne dit dans l'usage policé que nous en faisons ; elle l'abrège, elle la coagule, joue des assonances, des étymologies, des approximations, elle joue avec les mots ou se laisse jouer par eux. L'insconscient affleure ou déborde.

            On aime ou on déteste, on se laisse emporter ou on résiste des quatre fers. Je suis de ceux qui aime. Je ne connais pas de plus bel et fort hommage à Jacques Derrida que Portrait de Jacques Derrida en Jeune Saint Juif. (Galilée, 2001)

             L'avant-dernier livre de Cixous est consacré à sa mère, Eve Cixous, sage femme de son métier et femme d'une grande sagesse que l'histoire a trimbalée d'Allemagne en Algérie puis en France sans qu'elle se départisse d'une immense soif de vivre. Et Eve est d'une étonnante longévité, d'une formidable combativité, mais l'âge est là et le corps qui s'épuise - commence un long combat contre la mort que sa fille accompagne. Rien ne nous est épargné de ces épisodes, menus événements, grands désespoirs, rires aussi, qui ponctuent la grande dépendance et que connaissent tous ceux qui se sont occupés de leurs vieux parents redevenus, avant qu'ils ne disparaissent, les enfants de leurs enfants. Rien des souffrances d'Eve, de ses cris, de ses silences, de ses escarres, de ses angoisses, de la régression autour des fonctions organiques élémentaires, pipicaca, comme pour un tout petit, le recours au "limédicalisé" de ses appels à l'aide ("aidemoua, aidemoua...").

              Et la question lancinante - quoique jamais vraiment formulée ou si difficilement formulée ou regrettée sitôt que formulée - de ce que pourrait être cette aide qu'elle sollicite sans renoncer encore à lâcher prise et qui pourrait lui donner une mort heureuse. Mais comment cela est-il possible quand elle est encore si vivante ? Quand un regard, quand un sourire, quand un désir aussi vague soit-il, quand un mot, un seul mot, viennent prouver qu'elle vit encore ? Comment est-ce possible lorsque l'amour que sa fille lui voue est tellement immense, sans mesure aucune, qu'elle pense mourir elle-même quand elle pense à la mort de sa mère ? Qui peut donner la mort, qui veut la donner ? Qui veut la mort ? Qui veut qu'on la lui donne ? Qui peut, qui ne peut pas ? Qui veut, qui ne veut pas ? Ce problème de conscience, ce problème d'inconscient, ne cesse de revenir.

             Et ce qui permet à Hélène Cixous de tenir, c'est l'écriture même, à laquelle elle ne renonce jamais, même lorsqu'elle a dépassé les limites de l'épuisement, ces carnets qu'elle ne cesse de tenir et où elle consigne les traces ultimes de ces journées, de ces mois, de ces années ; où elle répète sans fin sa plainte "Oh mère est morte...", pas encore, pas maintenant, pas aujourd'hui, pas cette nuit...Et pourtant la vie, à côté, continue - le travail, la présence des enfants, des amies, Ariane toujours, des aides-soignantes, bardées de certitudes ou si riches en humanité - qui pourrait permettre une issue. Seule l'écriture, qui permet de dresser cet émouvant tombeau.

                                                                   Le livre d'Hélène Cixous est publié aux éditions Galilée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement