Départ d'un juste

                 Gérard Boulanger nous a quittés aujourd'hui. Son nom restera lié au procès Papon et à la longue bataille qu'il avait menée pour que justice soit rendue à la mémoire de tous ces juifs bordelais qu'une signature administrative avait envoyés à la mort. Le dernier livre qu'il a écrit (Les secrets de l'affaire Papon) - livre testamentaire en quelque sorte - venait d'en retracer l'histoire et les combats d'arrière-garde de tous ceux qui voulaient encore protéger ce criminel qui avait continué à faire carrière comme si de rien n'était. 

                Mais Gérard Boulanger était engagé sur d'autres fronts comme président du Syndicat des avocats de France, président et fondateur de la confédération Avocats européens démocrates, comme président de la Ligue des droits de l'homme de la Gironde, comme conseiller régional. Toujours prêt à s'engager, ne supportant pas l'injustice ni les magouilles des nantis.

                Comment pourrais-je oublier qu'il fut mon ami depuis 1974 et mon avocat dans le procès que j'avais intenté contre Minc et que ce fut l'occasion de belles indignations et de grands éclats de rire ? Et que nous avions prévu qu'il viendrait au Colloque que l'Association des Amis d'Henri Guillemin, dont il faisait partie, organise en novembre ? Grande est notre tristesse.

                

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.