Déprime

               Il pleut sur Bordeaux - variante sur un air connu ; il pleut des cordes, un vrai déluge - variante sur un passage de l'Ancien Testament. Pas sûr que cela suffise à éteindre les braises qui, paraît-il, continuent de couver sous les cendres. D'autant que de nouveaux fronts de lutte sont en train de s'ouvrir. Tout cela, donne des sueurs froides à l'exécutif. Cette fameuse convergence des luttes est-elle à portée de mains ? Peut-être, mais lesquelles ?

               Poulidor est mort à point nommé, si j'ose. De gros titres à la Une pour ce héros de notre époque, sorti de cette campagne profonde qui, selon monsieur Fottorino était le socle même de notre république, pas bêcheur, bon camarade, même pas dopé, contrairement à Anquetil...Evidemment des titres plus gros que pour un petit étudiant qui s'est immolé pour tenter de faire prendre conscience à ceux qui nous gouvernent de la misère dans laquelle vivent de trop nombreux étudiants. Que d'espoirs déçus ! que de sacrifices inutiles ! pour n'être même pas deuxième. 

               Il faut se tourner vers les penseurs de notre époque pour retrouver un peu d'espoir - , n'est-ce pas à cela qu'ils sont censés servir ? J'entends, hier, que le couple Zemmour/ Nauleau est l'illustration même de la liberté d'expression, pour la présentatrice de l'émission qui les réunit. Parce que ces messieurs ont des idées, des arguments avec lesquels on peut ne pas être d'accord, mais qu'ils ont parfaitement le droit d'exprimer même quand ce sont des appels à la haine... Ah bon ? Zemour représente 20% des électeurs, disait la même présentatrice,  donnons-lui toute liberté d'augmenter les scores du RN.. . Une nouvelle occasion de me réjouir de ne plus avoir de télé depuis 15 ans. J'entends, aujourd'hui,  que l'académicien Finkielkraut a dérapé au cours d'une émission - mais qu'est-ce qu'ils ont donc, les programmateurs, à n'inviter que des gens qui ne savent pas se tenir debout, qui ne savent pas discuter droit ? Et le dit académicien dérapant - nouvelle catégorie, on connaissait les académiciens couchés, les académiciens debout, il y en eut quelques uns, le dérapant ouvre, j'en suis convaincu, une ère nouvelle - invite les hommes à violer les femmes, comme lui-même viole sa femme, tous les soirs (il se vante, le bougre).

               J'arrête. Vous pouvez continuer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.