L'art de la triche

En Espagne, tout habitant de Madrid surpris à quitter la ville écope d'une amende de 1500 euros. On ne badine pas avec le respect des mesures de confinement. C'est une mesure sévère mais assez dissuasive, semble-t-il.

Qu'en est-il en France ? La même sévérité est de mise. Quelques exemples : une vieille dame qui venait chaque soir faire un petit coucou à son mari, confiné dans une Epahd depuis le trottoir a été, comme il se doit, verbalisée par un pandore zélé ; un homme qui allait auprès de son père à l'agonie sur l'île de Ré a été refoulé comme il se doit. On ne plaisante pas avec la loi, surtout en une telle période. L'affaire ayant fait quelque bruit, on a grondé le gardien de l'ordre coupable d'en avoir trop fait.

Pourtant, je me suis laissé dire qu'au Cap-Ferret, il y avait autant de monde qu'au plus fort de l'été. C'est certainement une fakenews comme il en circule à foison sur les réseaux sociaux. Comment ces gens  ont-ils pu rejoindre leur modeste  résidence secondaire alors que des escadrons de flics étaient mobilisés pour, selon les mots mêmes des autorités, interdire tout départ à ceux qui auraient été tentés d'enfreindre la loi ? Suis-je bête ! il suffit de partir la nuit, d'éviter les autoroutes, pas de danger de croiser des gendarmes,  - rien de plus simple ! On peut même prétendre, si jamais on rencontre un barrage,  qu'on est en déplacement d'affaires - oui, mais les enfants ? qu'est-ce que l'on en fait ? pas plus compliqué que ça, on les met dans le coffre, un petit moment sans respirer cet air chargé de virus ne leur fera pas de mal. Bien joué.

Je déteste la délation et je ne donnerai pas de noms....Mais je suggère à nos gouvernants bien aimés et qui prennent tellement soin de nous d'ordonner qu'on verbalise tous ces bons citoyens, tous ces inconscients qui n'entendent pas sacrifier leur sacro-saintes habitudes à un hypothétique bien commun dont ils n'ont rien à foutre, qu'on les verbalise,  à leur retour... Très facile à faire, un barrage, il n'y a qu'une voie d'accès à la presqu'île, et ça peut rattraper gros - de quoi se payer quelques masques et quelques  appareils respiratoires.

L'art de la triche, dont on dit qu'il est une des spécialités de la France, est déjà haïssable et illégale quand il s'agit de payer ses impôts. Quand il s'agit de faire barrière à la propagation d'un virus, il devient criminel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.