patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

435 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2021

Radar Poésie, un essai de Badiou sur Aragon

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                 Il est de bon ton de dauber sur Aragon, sur sa fidélité au PCF, à Elsa ; sur une poésie virtuose, certes, mais bien éloignée des éclairs surréalistes. Qui lit encore Aragon ? Alain Badiou fait partie de ceux qui le tiennent pourtant pour un poète essentiel de notre époque, l'égal de ce que fut Hugo au XIXème - et je partage sans réserve son jugement. Chez Aragon,"ce qui met en branle le poème est ce qui se manifeste comme cause du péril d'un engagement sans retour possible" : Badiou en relève trois : la politique, l'amour et l'art.

                Mais il fallait bien toute l'habileté de Badiou pour nous faire accepter les poèmes de l'Aragon communiste qui passent aisément pour l'exemple même de l'aveuglement devant les crimes staliniens et les aberrations du réalisme socialiste. "Nous entrons là dans un domaine poétique peu commun : celui d'un éloge en quelque sorte épique, en même temps que tout à fait personnel, de ce qui peut apparaître comme l'objet le moins poétique qui soit, à savoir une organisation centralisée". Il faut se replonger dans cette période de l'histoire où le communisme a représenté l'unique espoir des exploités de briser la domination du Capital. "Le 'commun' du malheur, écrit Badiou, ouvre au communisme, et le communisme du commun ouvre à ce régent rationnel du commun qu'est le Parti communiste, que je peux dès lors constamment appeler 'mon Parti', soudant ainsi la subjectivation individuelle à l'humanité tout entière."

                        "L'essentiel n'est pas ce que traînent de brume / Et de confusion les hommes après eux / Car  le soleil pour nous et devant nous s'allume /Il est mon Parti lumineux." (Les Yeux et la Mémoire, 1954)  

                 Cet engagement passionnel auquel Aragon restera fidèle n'élude aucun des enthousiasmes, aucune des épreuves, aucune des souffrances que l'histoire elle-même a fait se succéder. Et son dernier mot résonne comme un espoir toujours vivace :"Et l'on cherche la lumière/ quand c'est à peine le Matin."   

                Pour ce qui est d'Elsa, la plaidoirie est plus aisée, tant les poèmes qu'Aragon lui a consacrés continuent de chanter dans nos mémoires. Le thème si souvent ressassé des incertitudes amoureuses prend chez Aragon une dimension qui n'appartient qu'à lui. La possession - mais y a-t-il jamais possession ? - la fusion - mais peut-elle dépasser toutes les failles, toutes les fragilités, toutes les fêlures ? - dans un lyrisme inégalé qui s'élève à faire d'Elsa, de ses yeux,  de la force de l'amour qu'Aragon lui porte (parce qu'on s'interroge moins souvent sur ce que fut l'amour d'Elsa pour Aragon et la lassitude qui put être la sienne de n'être plus qu'un objet de poésie) le signifiant d'une force cosmique.

                           "Pourquoi ce coeur comme un orage / Pourquoi ces larmes dans ta gorge / A rien ne te servent les mots / Laisse filer ces vaines rames / Un jour vient où le temps est lourd / (...) L'atroce est de ne pas partager / Cela se nomme la vieillesse / Cette épouvantable pudeur / Dont se détourne l'hypocrite / ce qui n'a plus droit qu'on en parle / Ce deuil en blanc de soi qu'on porte ..." Non, ça n'est pas une bluette malgré la rythme lui-m^me qui semble attendre une musique, mais le drame du désamour dans ce qui est encore désir inassouvi d'aimer toujours.

                Les deux objets-causes ont disparu, l'un de l'histoire, l'autre de la vie. Il reste encore un objet cause, c'est l'art lui-même, la poésie, le rapport à la langue et Aragon lui consacre ses derniers poèmes. Il va jusqu'à nous faire entrer dans l'atelier du poète, mais c'est pour montrer que là encore l'objet même du désir se dérobe et que les mots, si virtuose soit-on dans leur maniement, échouent à répondre à la question qui continue de hanter Aragon : qui suis-je ? Que sais-je de moi qui tant ai joué des mots, des masques, des aveux mêmes tout en ne cessant jamais de chercher                                                    "le soleil de la vérité"

                Cette proximité entre Badiou et Aragon me touche infiniment. Et que chacun ait continué jusqu'à l'extrême limite à dire et à penser. Il faut continuer, je ne peux pas continuer, je vais continuer. On aura reconnu la phrase de Beckett que Badiou cite à plusieurs reprises.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon