patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

435 Billets

5 Éditions

Billet de blog 25 juin 2021

Mort d'Alain Richard

Alain Richard est ce prêtre franciscain qui a fondé, en 2007, les Cercles de silence.

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'avais eu la chance de l'accueillir, il y a une dizaine d'années. Impressionnant bonhomme. Il devait avoir dans les 85 ans. Tard couché, tôt levé. L'esprit vif toujours en éveil. Les conditions réservées aux sans-papiers dans les centres de rétention administrative le révoltaient. Il avait commencé, à Toulouse, sur la place du Capitole, ces manifestations silencieuses qui avaient rapidement essaimé dans le reste de la France. Alain Richard était un non-violent. Depuis ses années américaines à Chicago, où il travaillait dans les usines d'automobiles. D'abord comme militant déterminé contre les armes nucléaires ; puis comme membre des Brigades de Paix internationales au Guatemala, en 1985 ; après son expulsion du Guatemala, il était retourné aux EU  où on le retrouve parmi ceux qui jeûnent devant l'ONU pour protester contre l'intervention américaine en Irak.

Quand on voit ce que sont devenues les conditions de vie dans les centres de rétention administrative de Bordeaux et d'ailleurs, - elles se sont dégradées de manière inadmissible - on ne peut que s'interroger sur l'efficacité de manifestations comme celles des Cercles de silence. Le découragement a lentement réduit le nombre des participants, malgré l'obstination de certains qui ont continué à se réunir, une fois par mois, au chevet de la Cathédrale Saint André, à Bordeaux. Mais c'est toujours le même mur auquel on se heurte : l'indifférence de la majorité des citoyens à l'image de ceux et celles qui traversaient le cercle le portable rivé à l'oreille sans s'étonner de ce rassemblement inhabituel, la surdité des autorités préfectorales et policières qui n'appliquaient même pas les quelques consignes d'humanité qui pouvaient leur avoir été données, après des grèves de la faim ou des suicides qui chagrinaient momentanément l'opinion publique ; la complaisance des forces de l'ordre devant l'hostilité des groupuscules fascistes qui venaient troubler le silence recueilli de ces hommes et de ces femmes, divers dans leurs engagements politiques et religieux, mais unis par un même souci de réclamer le respect de la dignité de tout être humain.

Oui, la question se pose. Que peut la non-violence devant ceux qui prétendent détenir le monopole de l'usage légitime de la violence - et savent si bien alterner la stratégie de l'usure et celle de la répression ? Témoigner, sans doute, et cela n'est pas rien. Ce que fit Alain Richard, jusqu'au terme de sa vie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat