patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

440 Billets

5 Éditions

Billet de blog 29 mars 2020

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Si on parlait un peu philo ? (3)

Aujourd'hui, c'est un texte de Jacques Derrida que je partage avec vous ; je l'ai découvert par hasard, ce matin, en feuilletant Penser à ne pas voir, Ecrits sur les arts du visible 1979-2004, un recueil d'articles publié par les Editions de la différence en 2014

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Je me dis souvent, et j'ai dû l'écrire quelque part - je suis sûr de l'avoir écrit quelque part - que l'intégralité de mon travail, pour résumer la chose de manière très réductrice, est dominée par la pensée d'un virus - on pourrait l'appeler une "parasitologie", "une virologie", le virus étant plusieurs choses. J'ai écrit à ce sujet dans un texte récent portant sur la drogue. Le virus est en partie un parasite qui détruit, qui introduit le désordre dans la communication. Même du point de vue biologique, c'est ce qui se passe avec un virus : il fait dérailler un mécanisme de type communicationnel, son codage et son décodage. D'un autre côté, c'est quelque chose qui n'est ni vivant ni non vivant ; le virus n'est pas un microbe. Et si l'on suit ces deux fils, celui du parasite qui interrompt la destination du point de vue de la communication - interrompant l'écriture, l'inscription, et le codage et décodage de l'inscription - et qui d'un autre côté n'est ni vivant ni mort, on a la matrice de tout ce que j'ai fait depuis que j'ai commencé à écrire.Dans le texte dont je viens de parler, je fais allusion à l'éventuelle intersection entre le sida et le virus informatique, deux forces capables d'interrompre la destination. En ce qui les concerne, on ne peut plus suivre leurs traces, ni celles des sujets, ni celles du désir, ni leurs traces sexuelles, etc. Si l'on est attentif à l'intersection entre le sida et ce que nous savons du virus informatique, on a les moyens de concevoir - non seulement d'un point de vue théorique mais aussi sociohistorique - ce que serait l'interruption d'absolument tout ce qui existe sur terre, y compris les services de police, le commerce, l'armée, les questions d'ordre stratégique. Toutes ces choses se heurtent aux limites de leur contrôle, ainsi qu'à la puissance extraordinaire de ces limites.." (p.21)

Ce texte est issu d'un entretien qui a eu lieu, en 1990, en Californie, Peter Brunette et David Wills. Prémonitoire, n'est-il pas ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal
UBS : quand Bercy se refuse à indemniser une lanceuse d’alerte
Sans Stéphanie Gibaud, il n’y aurait pas eu de scandale UBS. Alors que l’État a récupéré des milliards grâce à ses informations permettant de mettre fin à l’évasion fiscale de la banque suisse, le ministère des finances se refuse à l’indemniser. Le tribunal administratif lui a demandé de reconsidérer sa position. Bercy a fait appel.
par Martine Orange
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier