Encore une famille menacée d'expulsion

Un journaliste Urmondzhon Sufiev et sa famille, sa femme, une fille et trois garçons sont menacés d'expulsion parce que le Tribunal administratif a rejeté leur demande d'asile - au motif qu'elle n'a pas été faite, comme l'y oblige le règlement de Dublin - administrativement mais inhumainement. Sufiev vient du Tadjikistan. Il y dirigeait un des rares médias critiques depuis 2007. Courageux dans un pays gouverné depuis 25 ans par un Guide Suprême, Rakhmon qui met le pays en coupe réglée pour son plus grand profit et celui de son clan.

En 2013, Sufiev, après une enquête qui met en cause, pour corruption, un membre de la famille du dictateur, qui dirige l'ensemble du système bancaire est contraint de fermer la version papier de son journal. Les journalistes s'exilent. Depuis l'Ouzbékistan Sufiev crée une nouvelle agence de presse. Mais sa famille restée au pays est harcelée et pour obtenir qu'elle puisse sortir du Tadjikistan et le rejoindre en exil il accepte de dissoudre son agence de presse.

La famille Sufiev est arrivée à Bordeaux, mais elle est sous le coup d'une obligation de quitter le territoire et si appel a été interjeté, il n'est pas suspensif.

Une pétition a été lancée par Réseau d'éducation sans frontière. Je vous invite à la signer dans la plus grande urgence. A voir sur le site de RESF

Faire connaître cette pétition
Envoyer_Amis.png
par mail html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.