Raphael Enthoven : les élites et les zélotes.

"Qu'il ferme sa gueule!" avait lancé Daniel Cohn-Bendit à propos du Professeur Raoult! Et Raphael Enthoven de traiter sur Twitter ses soutiens de "salauds". Au sens sartrien du terme sans doute. Môssieur Enthoven fait dans la référence philosophique, pas dans l'insulte de comptoir!

Les médias "main stream" fabriquent des "stars" intellectuelles comme ils fabriquent les autres stars . Sauf qu'ils ont juste à choisir qui ils invitent et ne sont pas obligés d'organiser de pénibles concours de chant comme "The Voice" ou de coûteuses émissions de télé-réalité en envoyant les grand penseurs se balader à moitié nus dans de somptueuses villas tropicales.

 

Le cas  Raphael Enthoven.

Il est intéressant à analyser car exemplaire. Au risque de scandaliser les normaliens comme le sus-nommé, je dissocierai le fond de la forme (sacrilège!) pour ne traiter que la dernière ici, afin de ne pas lasser le lecteur et me réserver un petit billet assassin pour le reste!

 

 Raphael Enthoven est à la philosophie ce que Michel Cimes est à la médecine.

Ils ont fait tous deux de leur formation un business médiatique, et de leur image médiatique un business tout court.
Cimes n'est sans doute pas un mauvais toubib, mais son audience est sans commune mesure avec sa compétence professionnelle! Si elle avait été proportionnelle, il eût fallu qu'il soit plusieurs fois plusieurs fois prix Nobel.


De même Raphael Enthoven a des diplômes et écrit des bouquins, mais de là à dire que c'est un grand philosophe, ou même un grand intellectuel! Raphael Enthoven a quelques références, certes, mais surtout il cumule les bons points sur la check-list des intellectuels bankables!

Un côté "people"avec des amours sulfureuses ou pré-présidentielles, une expérience des studios et des plateaux, un bon carnet d'adresses pour des débats ou des soutiens éventuels.( L'ex) gendre idéal! De BHL en l’occurrence . Et, cerise sur le gâteau, une grande et belle gueule.

Les  favoris  (au sens monarchique) des chaines d'info  doivent juste veiller à ne pas se faire étiqueter dans les catégories classiques. En pratiquant l'oxymore politique: Anar-pragmatique pour Cohn-Bendit, Réac-progressiste pour Luc Ferry par exemple. Enthoven navigue entre les deux. Libéral -centriste politiquement, il pratique la technique du faux contre-pieds 1 .

Et légitimer leur recrutement. Car ils n'ont d'autre justification à leur présence qu'une certaine "faculté de penser le monde". Au moins Cimes a une formation de médecin, et son avis en tant que tel est légitime. Mais Enthoven doit prouver à chaque intervention que sa pensée philosophique est présente dans ses interventions, et n'est pas qu'une simple opinion.

En France, en tout cas dans la sphère médiatique, la culture tient lieu d'intelligence. Nous n'avons pas de Chomski, de Gramsci ou de Sartre. Mais nous avons BHL, Onfray, Enthoven . Ce dernier  l'a bien compris, et a construit un discours ou se mêlent:

 - un registre soutenu, mais accessible pour le bon peuple ignare.

- de brillantes et parfois obscures références ou citations.

- Et quelques "concepts" à niveaux multiples, qu'il sera naturellement enclin à expliciter avec brio, comme celui de "salaudss" cité plus haut!!

Prenons comme illustration une déclaration faite sur Twitter juste après l'étude du Lancet qui devait clouer définitivement le bec à Didier Raoult et ses soutiens.

 "Quels sont les dangers du "#bonsens" ? Pourquoi un zélote de #DidierRaoult est-il incapable de changer d'avis, même face à l'évidence ? Que disait #Feyerabend ? Peut-on fonder une éthique de la science à distance de l'objectivité ? Merci@LEXPRESS!"

Tout y est.

Tout d'abord le "bonsens", dûment hashtagué et guillemété, ce qui suggère que le terme peut dépasser son acception commune pour une autre, plus complexe, qui mériterait un débat...philosophique!

Puis celui de" zélote", fréquemment employé par RE, puisque tous ceux qui sont d'accord avec ses adversaires sont des aveugles fanatiques. Le terme appartient au registre soutenu, mais presque transparent pour les incultes (le radical "zèle" est inclus). Ne négligeons pas sa connotation péjorative: simple opinion ou condescendance du penseur éclairé pour ce peuple incapable d'une pensée autonome?

 Suit "l'évidence", notion qui prêterait plus sûrement à débat que le" bon sens", tant elle est peu... évidente! Enfin, cela évite d'argumenter...embarassed.

Pour conclure vient La Citation. Avec la coquetterie de l'auto-interrogation, à double effet:

L'un, narcissique ( oh, je connais tellement de textes par cœur, voyons, un petit effort de mémoire pour retrouver la citation ad hoc parmi les milliers qui me viennent à l'esprit!) ,

L'autre faussement complice (aidez-moi, vous connaissez bien sûr...Bon ça ne fait rien, je la dis quand même, vous aurez au moins appris quelque chose, mais surtout à réfléchir comme moi).

Narcissique et condescendant.

Ce serait un bon résumé du discours de Raphael Enthoven. (J'allais dire "Enthovenien, mais ce serait lui faire trop d'honneur que cette adjectivisation du patronyme comme "sartrien, proustien ou gaullien) )

Car la condescendance est inhérente à ce type de discours.

Comme le raisonnement est défaillant, l'éloquence sert d'argument. Enthoven sera au sens propre un "donneur de leçons", un magister pour faire du Enthoven. Et sa leçon ne vaut que par son habileté oratoire. Ce qui fait qu'avec ses termes choisis et ses citations, il s'éloigne de ceux qu'il condamne et adresse ses sentences à un public  capable de comprendre non sa rhétorique mais tout simplement son langage.

Mais Enthoven s'en fout, car Enthoven ne veut pas convaincre mais briller, entrer en connivence avec son petit cercle d'amis ou d'opposants qui manipulent la langue, et sortir gagnant de ces vaines joutes oratoires.

L'inconvénient de ces discours creux est qu'ils sont facilement retournables,  (ou retroussables, comme des chaussettes) puisque sans véritable " #sens" (pour refaire du Enthoven) et que l'on peut aisément faire ravaler ses paroles à son auteur. Par exemple, pour reprendre notre tweet:

"Quels sont les dangers du "#bonsens" ? Pourquoi un adversaire de Didier Raoult est-il incapable de changer d'avis, même face à l'évidence d'une étude défaillante ? Que disait #Feyerabend ? Peut-on fonder une éthique de la science à distance de l'objectivité ?

Prenons une autre déclaration:, faite à Zohra Bitan qui lui demandait de "lâcher Raoult "et de venir l'aider.

"La République n'est pas moins menacée par les complotistes, les gourous et les ennemis de la science, que par les Indigènes de la République. C'est toi qui devrais venir m'aider."

On voit ici que si La République est menacée par les complotistes (qui pensent que les laboratoires manipulent la médecine), les gourous (D.Raoult) et les ennemis de la science, le complotisme est peut-être du côté d'Enthoven 

Une dernière pour la route, celle où figure le joli qualificatif cité en exergue, dans une poignante envolée lyrique!

"Ce qui est dangereux, ce sont tous les démagogues, les salauds qui, pour avoir inconsidérément célébré #DidierRaoult continueront, au lieu de reconnaître une faute si grave, de flatter les pantins qui croient que la science est affaire de sondage, et que Big Pharma nous manipule."

A noter le langage raisonnablement soutenu (démagogue, inconsidérément), le petit vocable trivial à double entrée (salauds), l’archaïsme un peu pédant (flatter les pantins) compensé  par le néo-anglicisme ironique (Big Pharma).

Je dirais, moi, que :

"Ce qui est dangereux, ce sont tous les démagogues, les salauds qui, pour avoir inconsidérément détruit pour briller, continueront, au lieu de reconnaître une faute si grave, de flatter les pantins qui dirigent l'opinion et croient que la politique  est affaire d'audimat ou de tirages. Et ainsi nous manipulent."

1. technique du faux contre-pieds: position consistant à se poser comme un opposant minoritaire à une pensée supposée majoritaire.

En réalité c'est l'inverse, et le combat présenté comme un Fort Alamo de la pensée participe en fait du maintien de l'idéologie dominante. Exemple type de la citation sur le complotisme, qui ne semble pas une menace telle que Raphael Enthoven doive se jeter corps et âme dans cet improbable combat!

Pascal Praud est un spécialiste du procédé, en considérant que nous sommes harcelé par les ukases d'une nébuleuse de féministes, végétariens et autres écologistes qui veulent nous imposer une pensée unique! Un comble!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.