Camélia Jordana: Déni de sale gueule !

Ou délit de belle gueule? Camélia Jordana a provoqué l'ire de JM Castaner en avouant sa "peur" de la police en tant que maghrébine chez Ruquier. Le ministre a jugé ses propos "mensongers et honteux", les syndicats de policiers lui emboîtant le pas et menaçant de porter plainte pour diffamation! Mais plus que le fond, c'est la personnalité de l'actrice qui est attaquée.

L'attaque envers la chanteuse-actrice a été violente! Au point que des associations comme SOS racisme, ou des personnalités politiques comme Clémentine Autain ont cru bon de venir à son secours!

Dès que l'on parle de violences policières, on assiste à un premier clivage, entre ceux qui la nient ou la justifient, et ceux qui la dénoncent avec souvent des difficultés à étayer leurs dires.La question de la violence policière devient ainsi une opinion, les faits importent peu et chacun choisit son camp! Même les vidéos explicites sont remises en cause!

Ce clivage est commode pour les défenseurs de l'institution policière:

1) Il permet de politiser le débat. Les accusateurs deviennent des détracteurs, aux troubles motivations idéologiques. 

2) Il inverse la problématique: les accusateurs perdent leur statut de victimes, au profit de la pauvre institution persécutée,  elle-même "victime" d'accusations injustes aux arrières pensées  politiques.

3) Ce renversement permet de sortir du factuel!  Et de retourner ainsi tous les arguments:

- On accuse le plaignant de généraliser (en dénonçant des policiers on met en cause l'institution) et du coup on argumente sur " La Police", ses difficultés sur le terrain, son rôle de protection du citoyen, en admettant au mieux quelques dérapages isolés dans un océan de probité et de déontologie!

-  Tous les témoignages, seront remis en question car supposés de parti-pris. Bizarrement,  tout en accusant les accusateurs de complotisme, les défenseurs des policiers utilisent justement les méthodes des complotistes: Tout ce qui va à l'encontre de leur thèse est soumis au doute, et fait partie du complot.

L'exemple des vidéos est parlant: les images sont trompeuses, on ne sait pas ce qui s'est passé avant ou après, on ne connait pas le contexte, c'est peut-être truqué, ou mis en scène, etc. Les mêmes arguments que pour contester les images du 11 septembre ou celles d'Armstrong marchant sur la Lune.

Le cas de Camelia Jordana est exemplaire!

Pour une fois une "personnalité" , en tout cas ne personne avec un peu de notoriété vient apporter son témoignage! On pourrait penser qu'il sera entendu cette fois-ci, puisque justement les accusations de citoyens lambda ont beaucoup de mal à percer la sphère médiatique, et soit sont niées et démenties, sans suite administrative ou judiciaire, soit se perdent dans les méandres de l'enquête de l'IGPN, dont on sait qu'elle aboutit très rarement à une condamnation ou même une sanction.

C'est là que commence la destruction de la crédibilité du témoin, dont la sincérité est mise en doute, et même l'intelligence. Si l'on suit les réseaux sociaux, surtout twitter, Camelia Jordana est une imbécile, qui ne connait rien au sujet , qui veut faire le buzz, qui a eu une enfance dorée loin des cités dont elle parle (ce qui n'est pas entièrement faux, mais ne contredit pas vraiment son témoignage).

D'ailleurs nul besoin de parcourir Tweeter pour retrouver ces arguments, il suffit de faire l'effort (c'en est un!) de regarder Hanouna sur C8 ce lundi 25 mai.Tout y est, presque un copié-collé des injures d'internet.

- la décrédibilisation de l'artiste :"Franchement, Christophe Castaner qui répond à Camélia Jordana, je ne comprends pas. Camélia Jordana, je ne savais même pas qu'elle existait encore" "Mais qu'est-ce qu'on s'en tape ! Camelia Jordana j'ai rien contre elle, je ne la connais pas.  Je suis désolé mais c'est qui Camélia Jordana ? Je croyais que c'était une fleur moi" .

Toujours délicat, Hanouna, qui est le grand juge de la notoriété suffisante pour ouvrir sa gueule (parlons le Hanouna!)

Camélia a échoué à l'examen!:  " ce serait Depardieu, encore..."

Elle n'a même pas le talent suffisant:"Mais Camelia Jordana, elle a vendu trois disques dans sa vie." 

Elle n'est pas légitime, car elle n'a pas vécu en banlieue, d'après Raymond (qui lui a sans doute la notoriété et le talent suffisants pour donner son avis sur Camélia Jordana!), protégée entre  son père "grand entrepreneur", et sa "mère chanteuse" (chanteuse lyrique amateur en fait!). Donc "mais d’où elles savent ? Ces starlettes comme ça qui arrivent et qui parlent ?".

Ce serait le grand défaut des starlettes (diminutif ici péjoratif voulant dire artistes de seconde zone) de parler sans savoir (sans réfléchir?).

Donc, la motivation est toute trouvée. Comme c'est une artiste minable, sans succès, "Elle voulait faire du buzz." (Cyril Hanouna).

Comme son témoignage est invalidé pour cause d'arrières pensées (ici médiatiques et non politiques), ses accusations (mensongères donc) deviennent de la diffamation, et l'on envisage publiquement de porter plainte pour souligner la gravité des propos(ce que l'on se gardera de faire sous peine d'avoir un vrai débat contradictoire avec preuves à l'appui!) :

"Ce qu'elle a dit c'est très grave, elle parle de massacre"

Et on peut conclure par un hommage aux forces de l'ordre, exemplaires dans l'accomplissement de leurs missions. La difficulté et la noblesse de leur tâche (que personne ne conteste) éliminerait donc toute possibilité de dérapages (on ne sait trop pourquoi), et l'on rappelle que ces accusateurs sans reconnaissance pourraient bien avoir besoin des policiers qu'ils dénoncent, et là ils regretteraient leurs propos.

"Elle chauffe, mais quand il y aura des problèmes elle ne sera plus là. " 

D'ailleurs Camélia Jordana est bien ingrate ,et Isabelle Morini-Bosc est étonnée car pour elle c'était un exemple d'intégration réussie, qui a bénéficié de la bienveillance de la République. Autrement dit elle crache dans la soupe!

Pour résumer, Camélia Jordana ne PEUT PAS dénoncer les violences policières!

Elle n'a pas le profil! En tant que people, pas assez d'audience, pas assez de talent!

En tant que personne, elle est stupide! ("trop jolie pour être honnête ?" pour reprendre un dicton sexiste des années 60! Mais la dimension sexiste existe sans doute dans cette négation du droit à la parole!) Elle n'est pas légitime, car elle n'est pas une beurette des quartiers. Les"racailles" disent aussi n'importe quoi, mais c'est parce que ce sont des racailles justement, en marge de la fraternelle République! Et ce n'est pas le cas de l'ingrate Camilia!

Je vous le dis, un véritable déni de sale gueule!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.