Lettre ouverte à Eric Coquerel (pour garder l'espoir)

Bonjour Eric, Je m'adresse à vous car vous représentez l'image et l'attitude des dirigeants FI qui, à mon sens, auraient pu éviter cette déculottée ! Vous renvoyez les analyses à demain. Mais je suis sûr que vous avez une idée sur les raisons qui ont provoqué la défaite de la FI. Au moins en partie .
  1. Les causes (dites) extérieures.

Éliminons l'évidence :

L'abstention qui nous pénalise.

L'ostracisme des chaînes d'info très complaisantes pour relayer le Mélenchon-bashing des autres formations et des éditorialistes ou pseudo-analystes.

Enfin la manœuvre habile mais prévisible (et d'ailleurs prévue de longue date) de Macron pour tirer les dernières semaines vers le duel des présidentielles (nous ou le chaos), avec l’appui de sondages ( étrangement bienvenus, derrière mais pas trop, pour qu'il y ait danger mais aussi la perspective d'un vote utile).

Puis celle plus subtile d'axer le débat sur l 'écologie, occultant ainsi les revendications des gilets jaunes, et les luttes sociales en général (profs, personnels soignants, taxis, ambulanciers, etc.) pour diriger l'envie de protester vers les Verts, ce qui a marché notamment avec la jeunesse peu politisée : quand on ne sait pas trop pour qui voter, que les appareils politiques apparaissent comme incapables ou effrayants, on vote écologiste, on est sûr que la cause est juste au moins !

 

Il n'en reste pas moins des causes internes à cette défaite ! Si une formation comme FI n'est pas capable de répondre, d'anticiper ces attaques , de les contrer ou de prévoir leurs conséquences, c 'est qu'il a un problème !

 

Et j'ai l'impression que vous en connaissez une grande partie de l'énoncé, mais que vous n'avez pas trop envie de connaître la solution !

Pourquoi ? Parce que cela remettrait en cause la personne même de Jean-Luc Mélenchon, sa gouvernance du mouvement, sa communication et certains choix stratégiques !

2.Les causes internes. 

Une image dégradée.

 

La haine des journaliste, traités d'abrutis, de cons etc. Tous les médias y passent, mais les plus proches sont les mieux servis. Alors que BFM et RMC servent la soupe à Macron et descendent régulièrement les Insoumis et leur chef, parfois de manière ridicule tant la mauvaise foi est patente, les plus agressés sont Franceinfo et France Inter, Médiapart, Le Canard enchaîné, l'Humanité !

Non pas que les griefs exprimés soient sans fondements, là n'est pas la question, mais les polémiques touchent une grande partie des électeurs insoumis qui sont aussi des auditeurs ou des lecteurs de ces médias.

Et les insultes ou les invectives, en plus de donner du grain à moudre au système médiatique pro-libéral, jettent le trouble parmi les sympathisants qui voient le peu de presse qu'ils jugent indépendante prise violemment à partie !

 

Un leader décrédibilisé.

Ces épisodes, où JLM paraît ne pas se maîtriser, s 'ajoutent à d'autres comme la perquisition où il apparaît comme un fou furieux !

Du coup il est discrédité comme leader présidentiable ! Et qui a envie de voter pour un mouvement dont on sait que l'image ternie de son leader l'empêchera d'accéder au pouvoir ?

Une stratégie faussement cohérente.

Nous retrouvons la même problématique avec la stratégie « avec nous ou contre nous ».

Admettons qu'une alliance avec le PS post-Hollande soit impossible après cinq ans d'opposition à sa politique.

On peut comprendre les divergences avec le PC ou Hamon, Mais quand on voit la proximité des programmes, l'électeur lambda a du mal à comprendre que les dissensions ne puissent être dépassées.

La rigueur intellectuelle et la cohérence idéologique passent ici pour de la suffisance et une volonté hégémonique : rejoignez-nous ou perdez-vous ! Qu'on le veuille ou non, quelles que soient les volontés de construire un mouvement qui ne fait pas référence à «  l'ancienne gauche », les électeurs de tous ces partis ou mouvements ( y compris une grande partie des Insoumis) se sentent dans une filiation de gauche dans leur grande majorité, et ragent de voir autant de bonnes volontés s'épuiser à se combattre plutôt que se retourner ensemble vers l'ennemi commun. Ceci peut paraître une vision naïve, mais cette vision existe, est en partie légitime et il faut en tenir compte !

« Je développe depuis un grand moment l'idée que l'union de la petite gauche ne mobilise personne. Face aux attaques, il faut une réponse de masse. Je me bats pour une unité populaire qui décloisonne les mondes politique, syndical et associatif.  » dit-il à l'occasion de la manif du 26 mai 2018.

Serait-il plus facile de décloisonner avec les FO ou Le secours populaire qu'avec les organisations politiques ?

On juge a priori que JLM est un grand stratège ! Mais que penser de Marine Le Pen qui a su se faire discrète pendant le mouvement des gilets jaunes tout en sous-entendant son soutien, que penser du PS qui s'est refait une virginité avec le chevalier blanc (un comble, vu ses casseroles politiques!) Glucksman ?

Était-ce habile d'avouer une fascination pour l'imprévisible Drouet ? JLM a vu dans le mouvement des GJ la concrétisation de son rêve de Ni droite Ni gauche révolutionnaire, répondant au Ni Droite Ni gauche Libéral de Macron. Mais c'était(en grande partie) une illusion même si cela y confinait par moments. Le ras-le-bol de la vie difficile chez les non politisés, les non-militants, les anti-systèmes parce que anti-politique, anti-syndicats, tout cela est typiquement l'électorat du RN !

Le soutien aux Gilets Jaunes était légitime, mais il était aussi maladroit, à contre-temps, comme ces appels à une « marée humaine », et d'autres annonces imprudentes jusqu'à ce référendum anti-Macron dont Marine LePen a raflé la mise.

 

Je suis sûr que vous avez pensé à tout cela. Mais peut-être que ce qui transparaît parfois sur le fonctionnement interne de la FI est-il vrai, et que les divergences de vue avec JLM sont impossibles . Peut-être aussi fallait-il attendre la démonstration de ses mauvais choix pour oser la contradiction.

 

J'en accepte l'augure, car je souhaite plus que tout que la FI retrouve sa place d'opposant principal pour prendre celle, en le temps voulu , d’alternative crédible .

 

Avec tout mon soutien pour, je l’espère, ces âpres discussions qui devraient vous attendre !

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.