MUNCIPALE GIVORS: FUGIT A LA MANOEUVRE ?

Le député de la XIème circonscription du Rhône dans une mauvaise séquence

Le sportif Jean-Luc Fugit aborde t-il la Pente ou la Côte ?  Toujours est-il qu'il est en train de construire un viaduc. Depuis quelques mois, plutôt brillant à l'Assemblée nationale, et travailleur, il rate pratiquement tout dans le Rhône.

Fidèle de chez fidèle de Gérard Colomb, Fugit n'envisageait même pas une défaite du maire de Lyon à l'élection de la Métropolitaine, qui disait-il était assuré de la Présidence de la collectivité. Tellement sûr qu'il montait avec son attaché parlementaire une liste aux Municipales à Givors (Rhône). Dès lors, Alexandre Couchot, qui tentait de cacher son étiquette depuis de longs mois en jouait à partir du moment ou Colomb était venu le soutenir à Givors. En gros, avec un Colomb président de la Métropole Givors pourrait connaitre un nouvel essor. Grâce à Couchot.

Jean-Luc Fugit fait encore ce que Colomb veut !

Lors de l'annexion de Givors au Grand Lyon, Colomb qui avait besoin de deux ancrages au sud (Grigny la deuxième ville) avait assuré que la commune serait "commercialisé" et dotée d'installations et d'emplois. Givors n'a jamais rien vu venir.

Jean-Luc Fugit est désormais l'un des rares députés à soutenir Colomb, les quatre lyonnais adoubant Kimelfeld comme une majorité des députés du Rhône. Voici quelques jours, Colomb lâchait le projet de l'anneau des Sciences et donc Jean-Luc Fugit...faisait de même!

Dans sa commune il voyait Alexandre Couchot passer lors du premier tour en dessous des 10% à l'élection municipale.

A Givors la situation est particulière. Les communistes règnent sans partage depuis 67 ans. Prise dans des affaires judiciaires ayant contraint le maire Martial Passi condamné à de la prison avec sursis, a démissionné, la Majorité municipale a offert, sans élection le fauteuil de maire à sa première adjointe Christiane Charnay. En 2017.  Laquelle est passée en tête au premier tour avec 24,55% de voix contre...43,43% en 2014.

Faire repasser la maire ne serait pas grave 

A cette époque, ni Alexandre Couchot, ni un parachuté, Laurent Decourselle ne s'intéressaient à la politique municipale. Alors que Boudjellaba avec une liste personnalités civiles, LFI de la base, écolos parvenait à ébranler la Majorité municipale.

Decourselle et Couchot pensaient pouvoir en tirer les marrons du feu. Les deux dont le bilan est vierge à Givors! 

Mais Fugit n'abdique pas. Alors que la maire est désapprouvée par 75% des électeurs au premier tour Fugit, contre toute attente, à demandé à Couchot une alliance avec Decourselle. Au risque de faire repasser la maire ? Pourquoi pas. Le député qui se prend désormais pour un défenseur de la ville n'avait pas levé le petit doigt quand ses habitants étaient malmenés par la Majorité municipale au moment des affaires.

Faire passer la maire sans le dire. Officiellement il s'agira de faire échouer Antoine Mellies (RN). 

Trois listes de gauche pour battre Mellies (RN) ?

Encore une fois une tactique pas forcément adaptée à une ville de Givors que la REM n'a pas encore totalement assimilée. Battre le candidat RN en lui opposant trois listes très ou plutôt à gauche ? Quand Colomb s'allie au sénateur François Noël Buffet LR à Lyon ! 

Pour l'ancien socialiste récolter quelques voix pour les sénatoriales est plus important que le cri lancé au premier tour par les habitants. Givors sera toujours la commune comptant le plus d'électeurs de sa circonscription lors de la prochaine élection. Les Givordins pourraient bien s'en rappeler.

Le 1er juin 2020 à 11h30

En lice Christiane Charnay, maire sortante (PC-PS), Laurent Decourselle (Divers gauche-REM), Mohamed Boudjellaba (LFI-Ecolos ?-Personnalités), Antoine Mellies (RN). Vu le contexte il faudra attendre demain soir pour avoir des certitudes. 

QUELS REBONDISSEMENTS SONT POSSIBLES ?

  • Après une ultime négociation Boudjellaba rejoint Decourselle et Couchot. Notre avis: On ne voit pas Boudjellaba partir derrière Decourselle les deux hommes ont passé le cap de l'inimité pour en arriver à de la haine politique. Boudjellaba ayant évoqué des insultes liées à son nom  parmi les colistiers de son équipe. On ne voit pas Decourselle partir derrière Boudjellaba lui qui a refusé une place de premier adjoint sur la liste de la maire. Le seul fait de cette proposition montre que les vues sur Givors de la maire et de Decourselle sont proches.
  • Pour ne pas faire prendre le risque d'une réélection de Christiane Charnay Couchot-Fugit ne fusionnent pas avec Decourselle. Notre avis: A priori l'intérêt de Fugit prévaut sur celui de Couchot. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.