Givors (69) Boudjellaba joue l'ouverture, rassure oppositions et agents municipaux

Mohamed Boudjellaba est devenu maire mettant un terme à 67 ans de gestion communiste. Il devra répondre aux exigences de ses électeurs et aux inquiétudes de certains habitants

Solange Fornengo, doyenne des élus a ouvert la séancet. Celle-ci connait bien les rouages de la municipalité pour avoir longtemps frotté les sièges de la Majorité. "Tu imagines ma joie, mon bonheur de voir de nouvelles couleurs..." Elle parlait de séisme, d'un vent d'air frais. Expliquant qu'une nouvelle page de l'histoire de la ville s'ouvrait.

 Une élection sous l'oeil des photographes

Une surprise...attendue pour l'élection du maire. Les trois élus du groupe "Un avenir pour Givors" votant pour Mohamed Boudjellaba, les autres élus d'opposition s'abstenant. Un nouvel appel du pied de Decourselle ?
Par contre tous avaient la sagesse de ne pas présenter un candidat face à Mohamed Boudjellaba élu par 25 voix pour et huit abstentions chez Mellies (RN) et Charnay (PC). 

Pas de surprises chez les adjoints sinon que Mohamed Boudjellaba faisait d'un passage de 9 à 8 une preuve de son intention de réduire les frais au bénéfice des habitants.

Echarpe sur l'épaule droite, devant un pupitre, le maire évoquait "une émotion collective", mais aussi "un moment fort" remerciant son équipe et se remémorant "ses longues années de lutte". Messages envoyés à la population et à ses opposants, "pas un monde qui exclut certains", se définissant comme "humaniste". 

Expliquant que le taux de participation, bien que très faible était pour la première fois au delà de la moyenne nationale, il tendait la main aux élus de l'opposition. Il se dira prêt à travailler avec en étant attentif à leurs propositions dans une "relation constructive". 

Sur ce plan l'expérience difficile qu'il a vécue dans l'opposition peut être un gage de sincérité.

Il abordait l'écologie, rassurait les agents, rappelait ses 108 engagements... Mais aussi le désert médical, une modification concernant les transports en commun. La sécurité expliquant son souhait d'une collaboration étroite avec polices municipale et nationale.

En phase avec le Président EELV de la métropole de Lyon dont il se dit proche et avec sa seconde sur la liste conseillère métropolitaine, à savoir Laurence Fréty-Perrier, le nouveau maire affirme que Givors ne sera plus la ville oubliée. 

Une prise de commandement réussi.

Et un nouveau challenge, parvenir à parler le plus vite possible de la population et plus des populations. Le dossier est énorme et certainement l'un des plus attendus. 

  1. Le maire avait une pensée émue pur Vanessa Kessar-Vallienne, sa colistière qui a perdu son père dans un accident de la route durant la campagne et dont la mère a été blessée.
  2. Abdelkader Brahmi était absent pour raisons personnelles.
  3. Le député Jean-Luc Fugit (REM) était présent sur un siège du public, son équipe associée à celle d'Un avenir pour Givors ayant obtenu trois élus.
  4. Antoine Melliès et Laurent Decourselle devraient siéger.
  5. Antoine Melliès regrettait que les groupes n'aient pu s'exprimer. Le maire a remis l'exercice au conseil municipal du 10. juillet
  6. Plusieurs centaines de personnes étaient présentes dans le parc de la Maison du Fleuve Rhône, notamment sous un chapiteau où l'élection fut retransmise. 
  7. Après des incidents dimanche lors de la proclamation des résultats certains attendaient la "foule" au tournant. Tout se déroula dans la bonne humeur.
  8. La presse lyonnaise a zappé l'un des moments forts de ces élections

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.