Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

78 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2021

Le maire de Givors (69), Mohamed Boudjellaba condamné à une nuance de Vert...light !

Maire DVG depuis juillet 2020, associé à EELV et à une mouvance locale LFI, Mohamed Boudjellaba a évité les pièges dans lesquels certains de ses collègues sont tombés. Le dernier "gag" étant celui de la maire de Poitiers voulant maitriser... les rêves des enfants. A Givors, on peut encore vouloir dessiner un mouton. A Givors l'écologie doit savoir prendre son temps.

Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les électeurs givordins ont-il voté pour Mohamed Boudjellaba, pour un DVG, pour la mouvance LFI de sa liste, pour un maire arabe, pour un Vert ? Sans doute un peu de tout cela. Mais pas sûr que l'étiquette EELV ait été déterminante. Emporté par la vague comme de nombreux autres villes. Pas de tsunami mais un vent écologiste important jusqu'à ce bastion communiste, ce coffre-fort ayant sauté après 67 ans d'un règne clivant: être de gauche ou de droite. Un sectarisme ayant éloigné beaucoup de matière vive pour ne pas avoir eu d'idées assez... étriquées.

DE L'OBLIGATION DE SAVOIR FAIRE UN JUDICIEUX DOSAGE !

Depuis 2020 la ville est gérée par un maire DVG teinté de vert EELV. Cette mouvance est plus incarnée par l'un de ses adjoints, Cyril Mathey ou par sa première adjointe, Laurence Fréty, par ailleurs conseillère de la Métropole de Lyon, Foued Rahmouni endossant le rôle du"méchant" LFI. Mohamed Boudjellaba n'a pas été raillé par la presse nationale. Laquelle pointe les priorités de certaines villes EELV. Maire de Lyon, à une vingtaitne de km de l'ex-commune d'irréductibles gaulois au marteau et à la faucille, l'inconnu Gabriel Doucet sortit de l'ombre en dénonçant le Tour de France cycliste, le traitant de pollueur, de machiste ou interdisant la Patrouille de France de survoler la ville. Le Tour de France est, bien entendu, polluant mais où mettre le curseur ? Tout interdire ? Sauf sa manifestation voici une quinzaine de jours voyant ses sympathisants, élus compris, venir de toute la région dans sa commune, le plus souvent en voiture. En pleine pandémie. Sans respect des gestes sanitaires. Pourquoi ne pas avoir manifesté en... visioconférence ?

L'EXPERIENCE D'UN MAIRE AYANT APPRIS EN SIEGEANT DANS L'OPPOSITION

C'est l'exemple même de cette incohérence. Les Verts souffrent d'un problème de discernement. Les décisions de certains de leurs maires font sourire, voire rendent hilares les Français quand elles ne font pas un peu peur. Comme cette maire de Poitiers refusant le rêve de certains enfants. Le rêve d'Icare. Sans doute l'un des rêves illustrant le mieux un besoin de liberté, de légèreté que l'on ne peut pas enlever à un gamin, quel qu'il soit.

Un apprentissage difficile pour certains de ses jeunes politiques, en cours de formation, sans aucun doute.

A Givors (69) bien qu'arrivé à la mairie, en 2020, Mohamed Boudjellaba n'est plus en apprentissage. Trois mandats dans l'opposition, un homme de dossiers ayant fait tomber sur le terrain judiciaire l'équipe communiste, ayant pris des décisions dès son écharpe ajustée. Un maire en attente du jugement du conseil d'Etat suite à un recours de l'ex-maire communiste, Christiane Charnay.

Le problème des oppositions ? Des poules, l'immigration et la sécurité 

 Si les Givordins sont plus sensibles depuis quelques années au réchauffement climatique, à la Préservation de la Planète, le long bail communiste n'en a pas fait, non plus des modèles en la matière. Aussi, le maire devra oeuvrer mais avec sagesse, avec un encadrement de chacune de ces décisions.

Ses opposants, dont seul Antoine Mellies (RN),  peut revendiquer un mandat dans l'opposition, absents de paroles mais surtout d'actes depuis son élection du mois de juillet en 2020, viennent d'amorcer un réveil, non pas pour la population, mais souhaitant que le conseil d'Etat annule les élections pour avoir une nouvelle chance.

Pas une deuxième vague verte

Des oppositions vent debout devant la décision d'offrir deux poules aux habitants le souhaitant ou favorisant l'achat d'un composteur ou d'un lombricomposteur. Un geste envers la classe moyenne, rare sous l'empire communiste, et immédiatement condamné par ceux qui flattaient il y a un peu plus de six mois cette "caste" trop oubliée dans l'une des communes les plus pauvres du département ou la paupérisation fut l'un des principaux axes des précédentes équipes. Ces mêmes oppositions qui voudraient que Givors soit le petit canard de la sécurité et qui durcissent le ton sur l'immigration.

Le maire est attendu sur ses décisions vertes. Il n'est pas tombé dans le travers de certains de ses collègues (Strasbourg, Poitiers, Lyon, Grenoble...) parce qu'il connait sa population. Parce qu'il sait que la vague verte lui a servi mais qu'elle n'aurait pas suffit. Dans une ville grise, il devra imposer sa politique de fracture en fracturant à bon escient. La suppression des arbres de Noël, la condamnation du Tour de France cycliste... aurait eu sa peau ne quelques semaines. Dans une ville où la philosophie vient après l'action. Où la réflexion est bien souvent assez light.

Light comme l'empreinte verte que doit offrir un maire peut-être appelé à retourner devant ses électeurs pour un scrutin solitaire, sans aucun coup de main d'une vague nationale. Un maire qui devra compter sur toutes les composantes, sans pouvoir se passer du quartier populaires des Vernes, pas véritablement un laboratoire pour étudiants en écologie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss