GIVORS (69) Mohamed Boudjellaba gardera t-il "sa" société d'économie mixte ?

Le nouveau maire de Givors a de quoi faire. Prendre une ville après 67 ans de gestion communiste n'est pas une mince affaire. Et il n'est pas forcément aidé dans sa tâche. Des dossiers tordus mais également des structures au fonctionnement pour le moins surprenant. Ce pourrait être le cas de la Société d'économie mixte, la Sagim.

La société d'économie mixe de Givors, la Codegi devenue la Sagim, a deux images. Celle des grands mots, des projets annoncés comme importants, de l'impossibilité de se passer de cet "outil" pour la ville. Et puis il y a l'autre, celle des programmes qui semblent laborieux dès que la société d'économie mixte met ses pattes dedans.

Il suffit de regarder son site Internet pour comprendre qu'elle n'est pas prête d'impacter le monde économique local. 

capture-d-ecran-2020-08-05-a-10-11-06

Sous le chapitre Dernières réalisations

  • Un centre de tri postal fonctionnel depuis plusieurs années.
  • La cité Avenir...au passé.  

Projets en cours

  • La Zac VMC, des friches de l'ancienne verrerie. En partie commercialisée avec installation, entre autres, d'un cinéma en 2021.
  • Un restaurant à la Maison du Fleuve Rhône ? Un vieux dossier, l'ancienne Majorité municipale ayant tout fait pour qu'un professionnel ne s'installe pas!
  • L'extension du centre commercial "La Plaine", la Sagim ne semblant pas savoir que le quartier est déjà doté du "projet" annoncé

Offres locatives

  • Les offres peuvent remonter au 30 / 08 / 2017 !

Mieux encore avec ce que la Sagim annonce comme étant des

Actualités 

  • Un nouveau directeur 4/02/2019
  • Nouvelle présidente 4/02/2019
  • Extension du centre commercial de la plaine Robinson: 23/11/2017
  • Cinéma Megarama 22:12/2016.

PAS DE QUOI FAIRE VENIR DES ENTREPRISES, PAS DE CENTRE COMMERCIAL AU LIDL DE BANS

Cette société d'économie mixte semble s'être mise au niveau de la ville de Givors tombée chez les Verts après 67 ans de gestion communiste. Un manque de sérieux évident. Les programmes privés ne passant pas par cette structure s'en sortent beaucoup mieux. Et avoir à faire avec la Sagim peut se transformer en affaire.

C'est le cas du Lidl de Bans du nom d'un quartier de la ville. Depuis une douzaine d'années promoteur, Sagim et commune ne parviennent pas à sortir d'une véritable embrouille. Douze ans de procédure et un dossier dont le nouveau maire, Mohamed Boudjellaba, devra se débarrasser. Non concerné par la "guerre" des parties prenantes il devra permettre aux habitants d'avoir un vrai centre commercial alors que des locaux sont inutilisés depuis le début du conflit. Aujourd'hui peu importe de dégager un gagnant et des perdants car les protagonistes ont sans doute tous des torts. Au plus le dossier trainera au plus les Givordins en seront de leur poche.

Le site de la Sagim résonne comme un professionnalisme approximatif. Faut-il s'étonner que des entreprises hésitent à venir à Givors. La nouvelle équipe devra montrer une autre volonté d'attirer des sociétés. 

Surtout, elle devra réfléchir à l'intérêt d'avoir une Sem dans la commune. 

Certains Lyonnais du monde économique et politique ne connaissent de Givors que l'affaire de ce quartier sinistré.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.