GIVORS (69) EN PLEIN CONSEIL MUNICIPAL, IL ANNONCE LE RECOURS DEPOSE PAR L'EX MAIRE !

Avec 26 voix d'écart nous étions étonnés que l'ex-maire ne dépose pas un recours contre les résultats de l'élection de Mohamed Boudjellaba. Celui-ci serait donc resté secret durant une semaine. L'action pourrait passer par une nouvelle élection dans une commune fatiguée de trop d'affaires

Vendredi 3 juillet le nouveau maire de Givors Mohamed Boudjellaba se voyait remettre son écharpe lors d'un conseil municipal d'installation. Il semblait alors que l'ancienne équipe en place avait digéré la défaite. Ou était sur le point de le faire. Le conseil s'était ouvert à 18 heures, pile poil au moment où les recours n'étaient plus possibles. Et même si les directives ne sont pas forcément claires en raison du Codiv, certains délais administratifs ayant été accordés dans divers domaines, il ne semble pas que ce soit le cas pour les recours. 

Ce vendredi 10 juillet Mohamed Boudjellaba annonçait soudainement que l'ex-maire, présente, l'avait informé à 12 h qu'elle avait déposé un recours. De fait, elle le savait donc lors du précédent conseil.

Avec 26 voix d'écart c'est plus l'annonce tardive qui est surprenante. Après 67 ans de gestion communiste, il pouvait paraitre évident que le PC ne lâcherait pas le morceau aussi facilement. Sans doute plus le parti que la maire elle-même. Héritant de l'Hôtel de Ville en 2017 après de nombreuses affaires et la démission du maire Martial Passi, on aurait pu la croire soulagée de terminer un mandat très difficile. Et de ne pas en commencer un autre.

Ayant perdu de nombreux bastions, notamment dans la ceinture parisienne, mais pas uniquement, les divers échelons du Parti communiste ont sans doute donné un avis. Et décidé que la maire perdante devait déposer un recours.

Si celui-ci est accepté, et sans doute le sera t-il en raison du faible nombre de voix d'écart, il faudra fournir des preuves. Des événements hors-jeu durant la campagne mais aussi durant les journées d'élection.

Certains agissements ont été consignés sur les PV de bureaux de vote. La maire, sans aucun doute, évoquera notamment ce qu'elle qualifiera d'incidents aux Vernes. C'est là, dans un quartier populaire, que Mohamed Boudjellaba a raflé la moitié de ses voix. Là aussi que le forcing a été fait dans les dernières heures pour que la population vote.

De son côté, Boudjellaba aura sans doute des "billes" à lui opposer. 

Si des preuves suffisantes permettaient de justifier le recours celui-ci serait jugé. Avec des risques de réélection! Dans une commune fatiguée et lasse d'affaires en tous genres. L'équipe en place n'avait toutefois pas l'air affolé ce soir;

Pour l'instant nous n'avons pas de réaction de la part du maire qui a fait montre de beaucoup d'ouvertures lors de ce conseil. 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.