POLICIER BLESSE A RIVE DE GIER (42) LE VOISIN SECOURT, LES DELINQUANTS CAILLASSENT !

Il habite l'immeuble sous lequel s'est déroulé le drame. Alors qu'il porte secours, une quinzaine de délinquants continuent à caillasser la voiture de police. A ce moment le policier est encore conscient.

Il habite boulevard des Provinces. La scène se passe sous ses fenêtres. La soirée est chaude. Des Ripagériens ont déjà appelé la police. Mais tout dégénère à 0h05. Une quinzaine de jeunes s'en prennent à une patrouille de police composée de trois fonctionnaires. Le bruit interpelle Florian (1), 42 ans, policier municipal dans une commune de Haute-Loire. 

Il descend, décline son identité et se rend auprès du policier à terre. Une collègue est à ses côté, ils tentent de le secourir. Le chauffeur est dans le véhicule de police. "Il nous parlait, il pouvait bouger ses jambes, ses bras, il était conscient". Ce qui impressionne le plus Florian c'est" la marre de sang. Je sais que la tête saigne beaucoup. Mais là, oui c'était impressionnant". Un autre voisin descend de l'immeuble. D'une quinzaine de voyous ils sont maintenant trois ou quatre. "Par chance, si je peux dire, ils ont caillassé le véhicule et pas nous. Des parpaings lancés sur celui-ci". Le temps lui a paru long avant l'arrivée de renforts. "Il semblerait aussi que le Samu n'ait pas pu venir étant mobilisé par ailleurs". Il faudra utiliser le gaz lacrymogène pour ramener le calme. A partir de là il laisse la main aux secouristes. 

(1) Le prénom a été modifié

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.