Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

78 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2021

GIVORS, SI REELECTION QUE DEVRA RESPECTER L'EQUIPE DE MOHAMED BOUDJELLABA

Si réélection, les élus devront interrompre immédiatement leurs fonctions puis seront remplacés sous huit jours par une délégation spéciale qui restera en place jusqu'au soir de l'élection. A travers l'exemple de Chassieu (69), voilà ce que devraient être les modalités. Le maire a bénéficié de la prime au sortant et l'a emporté par 191 voix d'avance contre...0 en 2020.

Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La décision du conseil d'Etat pourrait tomber jeudi 21 octobre 2021. Date à laquelle les Givordins sauront s'ils devront ou non revoter. 

DECISION DU CONSEIL D'ETAT 

- Réélection. Pendant huit jours plus personne aux manettes sinon l'Administration à qui l'on demande de ne pas prendre de mesures non habituelles. Rien n'est signé. Si urgence absolue la Préfecture donnerait les orientations. Pendant ce laps de temps le Préfet nomme une délégation spéciale. En principe d'anciens hauts fonctionnaires. Dans le cas de Chassieu un ancien trésorier, un Directeur Général des Services (DGS), un recteur d'académie. Le DGS connait donc tous les rouages d'une mairie.

CONSEIL MUNICIPAL EXTRAORDINAIRE POUR LES TROIS DELEGUES

Un conseil municipal d'installation est organisé pour ces trois représentants de l'Etat. A Chassieu le président de séance a été le sous-préfet.

Il s'agit alors d'effectuer les actes courants. Effectifs, budget...ne sont pas modifiés. Les décisions sont à minima. Mais les services à la population ne sont pas modifiés: sport, petite enfance, état civil... 

La réélection à Pusignan s'est faite 6 semaines après la décision du Conseil dEtat. Tombant durant les vacances d'été celle de Chassieu a été organisée 12 semaines après.

De 4 listes au premier tour, puis trois au second tour ce sont deux listes qui se sont présentées lors de la réélection, le maire sortant l'emportant de 191 voix. En 2020 un "match nul" avait été enregistré et la liste la plus âgée élue avant invalidation suite au recours d'opposants.

La délégation est sur place jusqu'au jour du scrutin ou des scrutins.

PLUS D'ELUS A L'HOTEL DE VILLE

Dès la décision du conseil d'Etat de programmer une nouvelle élection les élus se voient retirer leur boîte mail, les téléphones professionnels, les clés de la mairie, les signatures électroniques.

A Chassieu le bulletin municipal a été diffusé avec les seules informations pour la population sans édito, sans tribunes politiques. Et après aval de la délégation. Les manifestations prévues ont lieu. De nouvelles fêtes ne sont pas possibles.

Malgré toutes ces mesures l'Administration de Chassieu considère que la collectivité a continué de tourner. Pour la population il n'y a pas vraiment d'incidences.

L'ancienne équipe partait dans l'inconnu même si des autorités lui avaient indiquée que la prime au sortant s'avérait le plus souvent importante. Ce qui fut le cas pour la Ville de Chassieu. Jean-Jacques Sellès étant réélu. 

QUID A GIVORS

La décision est attendue les 20 ou 21 octobre. Si une nouvelle élection a lieu sa date pourrait être le 5 décembre, sachant qu'il faut un minimum de six semaines après la décision. En cas de deuxième tour il aurait lieu le 12 décembre. Repousser d'une semaine présenterait comme inconvénient de voter pour un second tour éventuel le 19 décembre, soit pendant les vacances scolaires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie