GIVORS (69) LE CENTRE DE SANTE N'A SEDUIT QUE 2 MEDECINS SUR LES QUATRE ANNONCES

Givors, commune communiste depuis 67 ans, est jumelée avec "Lourdes" depuis quelques semaines. .La Majorité est en train de débloquer ses vieux projets d'un coup de baguette magique. Et tout commencera en juillet par des coups de pioche pour le cinéma et l'ouverture du centre médical. Enfin peut-être

Seules les promesses non tenues ont un avenir. (Roland Jaccard / Une Fille pour l'été)

A Givors, l'avenir devrait être radieux. La plus sudiste des villes de la Métropole de Lyon n'est pas une très grande patiente. A la première négociation autour d'un projet, ses élus l'annoncent comme vérité et, quelquefois, mettent même des dates face à ce qui n'est en fait qu'une discussion. 

Le cas le plus typique est celui de ce cinéma annoncé à grands renforts de communication en...1998. Alors, depuis cette date, la Majorité municipale inscrit cet équipement dans son programme. Vingt deux ans après il figure encore dans les promesses de la maire, Christiane Charnay (PCF) mais cette fois, promis il se fera ! Il s'appellera Megarama. Mais certains doutent encore.  Ont-ils tort ? Une bonne dizaine de fois les élus ont dit ou écrit cette fois c'est signé, le magazine municipal Vivre à Givors" étant le principal relais.

Une autre Arlésienne nettement plus gênante pour la population, celle autour d'une camionnette médicale et d'un centre de santé. Comme par hasard, à cinq jours du second tour de la Municipale, tout le staff autour du projet s'est déplacé à Givors le lundi 22 juin 2020, Jean-Louis Touraine compris. Le député de la République en marche a ainsi apporté du crédit à la maire, alors qu'un candidat (REM) la combattra dans les urnes dimanche. Décidément le parti est un peu difficile à suivre concernant la question givordine. Certes le professeur Touraine était présenté en tant que président de l'association ACESO, mais quand même. L'attaché parlementaire du député Rem, Jean-Luc Fugit, à savoir Alexandre Couchot appréciera. Candidat sur une liste de fusion de deux listes soutenues par des personnalités en marche appréciera.

LES VILLAGES BIEN DOTES EN GENERALISTES 

- La camionnette est avant tout intéressante pour les villages environnants. Or, ceux-ci sont nettement mieux dotés qu'à Givors là où ce véhicule devrait aller à la rencontre de patients de certains quartiers. En effet, il ne manque pas de médecins à Montagny, Mornant..., villages proches d'un bastion communiste. A Beauvallon la commune va même jusqu'à proposer un cardiologue !A Echalas ce sont les locaux qui se font attendre et pas les médecins, au nombre de deux, dont un qui devait s'installer à Givors. Mais l'ARS a fait son travail et estime que les villages de la zone de "chalandise de Givors  sont mal dotés. Ou l'étaient lors du projet remontant maintenant à plusieurs années. La camionnette a elle déjà servi à Clermont-Ferrand et Thiers mettant un peu à mal la première française. Mais les habitants ne cherchent pas des records mais des médecins.

A Givors, seuls neuf médecins continuent à consulter pour 20 000 habitants. La Majorité municipale, pourtant en place depuis 67 ans, n'a pas anticipé. Parmi eux certains approchent de la retraite. De médecins il ne manque pas vraiment à vingt kilomètres de la 3ème ville de France. Mais la réputation de la commune est un handicap. Les jeunes toubibs savent que ce sont des bagarres dans des salles d'attente qui ont amené à fermer un cabinet, le médecin n'effectuant plus que des déplacements. Ils savent aussi que dans certains quartiers les visites de nuit doivent être encadrés.

QUELS GIVORDINS SERONT PRIORITAIRES CHEZ LES DEUX NOUVEAUX MEDECINS ?

Concernant le centre de santé, cette fois annoncé pour fin juillet, les toubibs travailleront en tant que salariés. C'est ACESO qui gèrera. La maire annonçait lundi 22 juin 2020 que le recrutement était presque bouclé. On aurait en effet pu penser qu'une structure comme le centre médical  aurait "sécurisé" les prétendants et aurait facilité les choses. Pourtant après plusieurs mois de recherches il ouvrira avec seulement deux médecins, soit 50% du nombre annoncé. Et les très nombreux Givordins mis sur une liste d'attente par la mairie, pourquoi pas par ACESO ?, se demandent comment la sélection sera opérée.

Les trois autres candidats au second tour, Laurent Decourselle (REM), Mohamed Boudjellaba (DVG-EELV) et Antoine Mellies (RN) comptent les points quant à la désinformation de Givors en grand, liste de la maire communiste.

 

 

-

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.