Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

99 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2022

GIVORS (69) NOUVEAU RENDEZ-VOUS JUDICIAIRE POUR LE SYSTEME COMMUNISTE

A l'issue de l'élection 2020, Christiane Charnay (PC ) criait à la fraude électorale contre le vainqueur Mohamed Boudjellaba, fraude retenue ni par le TA, ni par le Conseil d'État annulant le scrutin pour d'autres faits. Fraudeurs, tricheurs... affirmaient PC et Riva pour le groupe RN. C'est pourtant l'ex-maire PC Martial Passi qui se retrouvera au tribunal en juin. Pour des faits avérés.

Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On ne sait pas si Fabrice Riva, candidat du groupe RN, sera aussi sévère envers Martial Passi, qu'il l'a été avec le nouveau maire, Mohamed Boudjellaba. Une désinformation, des diffamations qui ont même surpris certains de ses amis politiques. Une parfaite partition récitée en choeur par PC et extrême droite sur fond de "menteurs, tricheurs..." et un peu plus. Or, si le Conseil d'État avait annulé le scrutin de 2020 les raisons ne concernaient pas une fraude électorale et ne mettaient pas en cause le candidat Boudjellaba.https://blogs.mediapart.fr/patrick-veyrand/blog/100720/givors-69-en-plein-conseil-municipal-il-annonce-le-recours-depose-par-lex-maire

PAS LES, MAIS "DES" COMMUNISTES

Les communistes, du moins DES communistes n'ont pas appris du passé, pensant, ou voulant se faire croire que chacun se conduisait comme eux. Il y a plus de dix ans, le maire était placé en garde à vue pour une affaire immobilière. A l'époque, son équipe avait tenté de minimiser les faits en... "mouillant" l'un de leurs amis PC, peut-être le plus intègre de tous et totalement étranger à l'embrouille. Autre "embrouille", celle opposant depuis une quinzaine années Passi (et maintenant ses successeurs) et l'un de ses proches amis (à l'époque !), dans un rôle de promoteur, pour la création d'un centre commercial au sud de la ville.https://blogs.mediapart.fr/patrick-veyrand/blog/110421/givors-69-le-lidl-de-bans-de-farrid-touati-patate-chaude-de-mohamed-boudjellabaDurant le mandat 2014-2020, le maire a dû laisser sa place, condamné pour une affaire à la fois professionnelle, politique et familiale. 

ERIGÉ EN VERITABLE SYSTEME

Chaque fois, les communistes essaient d'allumer des contre-feux. Contre des faits avérés, rumeurs et autres cabales touchant des politiques d'autres bords, voire même plus largement tous ceux dénonçant des faits. Et leur imagination n'a pas de limite.

Ces frais de représentation avaient déjà été dévoilés. Le plus inquiétant est la défense du maire, celui-ci semblant étonné d'être poursuivi, dans la mesure où il a remboursé les frais d'avocats qu'il avait tenté de faire payer aux contribuables. Une fois de plus il indique avoir remboursé également une partie de ses frais de représentation.

PAS VU, PAS PRIS !

Une défense qui ne va pas rassurer les Givordins. Avec une telle pratique c'est un petit peu "On tente, si ça passe c'est tout bénéfice. Si cela ne passe pas, on rembourse". 

Vainqueur en 2020,https://blogs.mediapart.fr/patrick-veyrand/blog/030221/givors-69-ville-maudite-lelection-de-mohamed-boudjellaba-annuleepuis par un plébiscite des électeurs en 2021, lesquels lui offrant les 14 bureaux de vote, Mohamed Boudjellaba a gagné grâce à un programme ambitieux mais aussi en raison des affaires ayant fatiguées, à force, l'électorat communiste. D'autant que Mohamed Boudjellaba, alors dans l'opposition, contribua à faire "tomber" Passi. En faisant n'importe quoi la droite traditionnelle donnait également un coup de pouce.https://blogs.mediapart.fr/patrick-veyrand/blog/031221/municipale-givors-69-la-droite-extreme-droite-se-dechire

Après un mandat pour le moins surréaliste, la réélection de Christiane Charnay aurait pu déboucher sur un remake. Après la baisse des dotations de l'Etat, véritable aubaine pour tout justifier, la pandémie aurait sans doute expliquée toutes erreurs de la majorité municipale.

D'autres dossiers seraient à l'instruction, touchant des élus dont une pour une affaire non liée à son mandat électif. 

LES AMBITIONS PERSONNELLES COMME BOUSSOLE

Le plus choquant, pour les habitants, aura été de voir des communistes faire preuve d'une soif d'argent s'étant ajoutée à celle du pouvoir. Les deux vont souvent ensemble. Aux manettes depuis 67 ans avant la double victoire de Boudjellaba, le PC local pensait avoir signé un bail emphytéotique maximum. Pour rester encore 32 ans à la tête du "château".

Depuis longtemps, la gestion n'était plus en adéquation avec le discours. Les messages de "solidarité" ne passaient plus. Les pauvres, qui se croyaient défendus, et qui l'étaient dans une certaine mesure, avaient compris que "leur" communisme avait changé. Que les ambitions personnelles avaient pris le pas sur leur intérêt. 

Certains des élus étaient devenus bourgeois. Pas une insulte. Mais difficile lorsque l'on est communiste, en 2020, dans une ville appauvrie et clientéliste par volonté. 

POUR SOLDE DE TOUT COMPTE 

Des électeurs, quelquefois pourtant opposés au système PC, en arrivent à souhaiter que d'autres affaires ne soient pas dévoilées. Cette fois, pour le bien d'une commune, raillée hors de ses limites, montrée en exemple à Lyon. Mais pas pour de bonnes raisons, quand la nouvelle Majorité municipale tente de faire changer son image. Ce sera plus long qu'elle ne l'imagine. Vouloir faire la politique des habitants, et non plus celle du maire, un refrain redondant lors du précédent mandat, est déjà une bonne chose.

L'ex-maire, Christiane Charnay aura été l'une des principales victimes collatérales des affaires. Certains, pourtant, n'auraient pas été contre le retour de Martial Passi, en 2021, étant redevenu éligible. https://blogs.mediapart.fr/patrick-veyrand/blog/150620/municipales-givors-rhone-ils-voulaient-martial-passi-en-directeur-de-campagne D'autres estiment que Passi a fait la campagne dans l'ombre de Charnay. Toujours est-il que, depuis sa défaite, l'ancienne maire a une attitude beaucoup plus raisonnable que le(s) élu(s) RN. Même si siéger sur les sièges de l'opposition ne doit pas être aussi évident après avoir été la première-adjointe. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine