Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

99 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2022

UNE PRIMAIRE PLUS POPULISTE QUE POPULAIRE ?

Quelques centaines de Français pensent prendre pat à une initiative démocratique à travers une primaire plus populiste que représentative. Alors que gauche comme droite ne se sont pas trouvé un candidat légitime, les candidats "sérieux" ont refusé de cautionné la farce, sauf Taubira ce qui n'étonnera personne. Celle qui ressort au moment de l'élection joue sur tous les tableaux.

Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En votant, à partir de ce jour, pour la primaire dite "populaire", des Français penseront prendre part à une tranche de démocratie. C'est le contraire, cet événement créé par une bande de joyeux drilles montre que la gauche est à la rue. Cinq ans de gestion par Emmanuel Macron, cinq ans qui n'ont pas été mis à profit pour dégager un leader incontesté.

Les Verts, prétentieux s'il en est, ont cru avoir sept candidats capables d'être en capacité d'être Président de la République. Les LR aussi qui ont, par défaut adoubé Valérie Pécresse. Quand Jadot (EELV) stagne dans les sondages avec un score à un chiffre. En continuant à n'avoir de programme que l'écologie, il ne montera pas beaucoup plus haut. D'autant que les autres candidats due gauche comme de droite, ont aujourd'hui un programme pour la préservation de la nature. On en'n est plus au temps de René Dumont, quand parler d'écologie était de la science-fiction.

La gauche a déjà perdu l'élection 2022. Ce n'est pas Anne Hidalgo, à la tête de Paris, ville devenue poubelle à ciel ouvert, donnée à 2% qui incarnera la nouvelle gauche. Christiane Taubira, elle, voulait d'une union, notamment avec Hidalgo, à condition d'être la candidate. C'est la seule, parmi les "sélectionnés" pour la primaire populiste à avoir donné son accord. Si elle sort

en tête de cette consultation qui ne représente pas du tout la population française elle criera à la légitimité. Si Mélenchon venait à remporter cette farce, alors qu'il ne la reconnait pas, il changera d'avis se positionnant comme le chef de la gauche.

En fait cette primaire ne changera rien. Hidalgo, Mélenchon, Taubira, Jadot (si de gauche), Roussel... qu'importe le nom puisque pour les électeurs ce sera "non".

Nous sommes persuadés que DSK se présentant, il n'aurait aucun mal à être en tête des sondages. Qu'aurait pesée Valérie Pécresse face à Thierry Breton ?

Macron réélu, gauche et droite devront se mettre au travail pour ne pas arriver à la prochaine campagne présidentielle sans un patron s'imposant par un programme sérieux, sincère, ambitieux, réaliste, honnête. Ce n'est pas le cas maintenant. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter