Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

115 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 sept. 2022

Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

DÉPUTÉS RENAISSANCE: VRP DE MACRON OU LÉGISLATEURS ?

Ils nous bombardent de leur activité. Ils serrent une main, ils publient, ils font des réunions avec quelques habitants, ils publient, ils reçoivent un ministre ils posent, ils vont à la foire à neuneu ils inondent de photos. Ils relaient le moindre communiqué de Macron. Par contre, les vrais questions des électeurs restent sans réponse. Notre député s'appelle Jean-Luc Fugit. Il est Renaissance.

Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On pensait que Macron puiserait dans le peuple ses inspirations. Ce devait être une autre politique. Ce n'est pas le cas. C'est tout le contraire, tout vient d'en haut et le député Renaissance devient une sorte de porte (bonne) parole ou VRP du Président. Pourtant dans la situation où est la France à une période où la violence est partout et quotidienne alors que son image à l'international est désastreuse, les habitants semblent à leur place en voulant être force de propositions. Ce n'est pas le cas. Le député sait se vendre. Mais question écoute! 

Santé, éducation, justice, sécurité, pouvoir d'achat... Centrales nucléaires en panne. Etrangers en situation irrégulière ou en situation régulière, c'est pire, ne respectant pas le pays. Ne pouvant pas se représenter on peut se demander si Macron n'a plus son image à soigner, préparant sa vie d'après Président de la République. 

PLACES DE PRISON

Depuis 2014 et après que les précédents gouvernants ont fait le même constat le pouvoir explique que la non construction de prisons serait le fait des communes ne voulant pas une implantation chez elles. Plus de 36 000 cités. On ne peut pas croire que tous les maires sont vent debout. Au contraire beaucoup verraient quelques avantages à avoir un établissement pénitentiaires. VOLONTÉ POLITIQUE 

RÉSIDENCE SQUATTÉE 

Des délinquants rentrent dans votre résidence. Vous ne vous en rendez pas compte de suite. Les squatteurs resteront le temps qu'ils veulent. Pour votre part vous n'avez pas le droit, à votre tour, de squatter... votre propre propriété. UNE LOI considérant qu'il s'agit de violation de domicile, de dégradations, souvent de vols, une atteinte à la vie privée. VOLONTÉ POLITIQUE 

ÉTRANGERS SANS PAPIERS

Ils sont en situation irrégulière, étrangers, ne veulent donner ni leur nom, ni leur nationalité. En centre de rétention jusqu'à ce qu'ils retrouvent la mémoire et qu'ils puissent prouver leur nationalité. Asile politique s'ils sont menacés dans leur pays. Autrement renvoi immédiat. RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL. VOLONTÉ POLITIQUE

DROIT D'ASILE

Donné avec entretien et signature d'une charte. Au premier délit grave, pas une prime de stationnement, emprisonnement. VOLONTÉ POLITIQUE

SANTÉ

Les déserts médicaux sont pour les Français une réelle souffrance. Sachant le travail fourni par les étudiants en médecine pourquoi ne pas prendre les 500 premiers recalés pour se donner un peu d'air. Leur niveau est suffisant et cela éviterait que des milliers de Français ne sa fassent plus soigner. Plus de médecin à Grigny sur Rhône (69), commune de près de 10 000 patients.

DÉLATION 

Condamner toute personne portant des accusations sur autrui, sur les réseaux sociaux sans passer par la Justice. Cela aurait le mérite de mettre sur la touche la "balance" de EELV, Sandrine Rousseau. 

COUPE DU MONDE

Sauver la Planète ! Nos députés nous semblent sincères lorsqu'ils nous demandent des efforts, des trémolos dans la voix. Au Qatar 120 vols par jour iront chercher supporters et VIP dans les pays voisins ne pouvant héberger tout le monde. Plus de 6 000 immigrés morts durant les travaux. Des stades réfrigérés. On aimerait que les députés, particulièrement de Renaissance, donnent leur avis. 

FOOT SANS EXTRÊME DROITE 

Chez Renaissance les avis semblent diverger. Faut-il boycotter un événement caritatif parce que des parlementaires RN participent. 

A l'EXEMPLE DE JEAN-LUC FUGIT, NOTRE DÉPUTÉ

Comme tout un chacun un député veille sur notre circonscription, la XIème du Rhône et se nomme Jean-Luc Fugit membre de Renaissance. A sa décharge il a sans doute l'une des circonscriptions la moins cohérente. Deux villes Givors et Grigny, à elles deux 30 000 habitants sur la rive droite du fleuve Rhône. Et puis une incursion dans les monts du Lyonnais. Jusque là rien d'incohérent. Mais le découpage fait balader le député au sud du département à Condrieu avant de remonter sur la rive gauche du Rhône. Décidée par Charles Pasqua pour favoriser la droite. Quand Gabriel Montcharmond (PS) a été député plusieurs fois et, aujourd'hui, un Renaissance.

Travailler dans près de 40 communes est compliqué quand, d'autres, n'ont qu'une ville, voire moins un ou deux arrondissements. Cela veut dire que Fugit est contraint de passer ses week-ends à visiter des villages de quelques centaines d'habitants. Habitants et électeurs, les petits ruisseaux faisant le... Rhône. Bosseur, Fugit est également très pro dans sa communication. Pas une poignée de mains qui passe à travers ses publications. S'il estime que la politique ne se joue pas sur les réseaux sociaux il s'en sert au quotidien. 

Un député inconnu des Français, pas du genre à fréquenter les plateaux des chaînes d'infos. Lesquelles lui préférant des parlementaires se mouillant sur les faits de société. Pas trop son genre. Plutôt VRP de Macron. Bon élève. 

Législateur, on pourrait s'attendre qu'il fasse remonter les bruits du terrain. Il le fait sans aucun doute. Par contre sur les questions qui empoisonnent la vie des citoyens ? Il passera facilement un message positif à qui ne s'intéresse pas trop à la politique. Les autres resteront sur leur faim. La faute aux autres mais certainement pas à Renaissance et dans l'exercice son charisme fait le reste. Pendant les législatives il nous étonnait en nous disant ne pas avoir de remarques sur Dupond-Moretti. Le ministre de la Justice est pourtant l'exemple même de l'échec de la macronie. On se demande encore comment Macron a pu l'imposer à Borne. 

Gangrénée par la violence, traînant une image de marque de plus en plus dégradée, la France ne fait plus rêver. Au quotidien, les Français ont peur et l'Etat ne semble pas réagir. Sans élections, sinon les Européennes, les députés Renaissance ne sont pas pressés. Il sera bien temps en 2024 de remettre le bleu de chauffe. D'ici là, et par centaines, des grands-mères se feront arracher leurs bijoux, des gamins seront lynchés et les images mises en ligne, des femmes seront violées en pleine ville, des étrangers à qui l'on a donné l'asile politique vomiront notre pays, les expulsables ne seront pas expulsés, les squatteurs continueront à squatter les résidences de propriétaires paumés, les délits de fuite auront toujours lieu toutes les 20 minutes, les forces de l'ordre continueront à se faire massacrer...

Et que les députés Renaissance arrêtent de jouer la victimisation. Oui, avec la Nupes, ce serait encore pire. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey