GIVORS (69) EN AVRIL, LES OPPOSITIONS NE SE SONT PAS DECOUVERTES D'UN FIL

A les entendre ils auraient déjà anéanti l'insécurité, réglé les anciens dossiers, fait baisser la pollution et auraient créé des emplois ! Notre constat est à peine exagéré. Mais quand il s'agit de communiquer avec les Givordins il n 'y a plus grand monde dans leur Facebook.

Certes, les élections sont passées. Mais Givors a la particularité d'être sous la menace d'une épée de Damocles qui pourrait s'abattre sur les électeurs, sous la forme d'une nouvelle élection municipale. Le conseil d'Etat se prononcera.

Nous avons parcouru les FB des listes en lice lors du scrutin de 2020. Il nous semble que le quidam souhaitant avoir des infos sur un groupe va en priorité sur le FB de celui-ci. En 2021 cela ne parait pas stupide.

Givors fière (Antoine Mellies). Aucune information en avril, mais pas plus depuis de très longs mois...

Givors le renouveau (Alexandre Couchot). L'information la plus récente remonte au 25 novembre 2020.

Givors en grand (Christiane Charnay). Le dernier post est un appel à voter le 26 juin 2020. 

Reste Un avenir pour Givors (Laurent Decourselle). C'est mieux et...pire.

Mieux parce qu'il y a nettement plus de matière. Pire, parce qu'il s'agit carrément que de partages. A l'exception d'un brûlot envers le maire qui l'a pris comme un poisson d'avril. Dans un premier temps. Toujours autant de difficulté a accordé du crédit à un candidat aimant utiliser "Notre ville", lui qui ne l'habite pas et qui, en matière de sécurité, doit s'appuyer sur les témoignages de ses acolytes. On pouvait y lire "notre ville imprime une image durable de violence, il faut que cela cesse". Etonnant donc dans la bouche d'un DVG associé à des REM et heureux qu'un colistier ai eu la bénédiction du président des LR du Rhône. Un maire qui a des résultats bien plus médiocres que ceux de Givors. Mais qui se permet d'intervenir dans la vie municipale givordine. Pas sûr que Mohamed Boudjellaba serait inspiré de suivre ses conseils.

capture-d-ecran-2021-04-30-a-20-55-42

LE DEFI GIVORDIN AVANT PENDANT APRES

Le 2 avril publication d'un post ... du Progrès sur le tableau retrouvé dans l'église Saint-Nicolas. Le 4, Decourselle qui souhaite piller des voix à Mellies publie sur le caillassage des pompiers et des policiers dans le quartier populaire de la commune. Son fonds de commerce. Pas les Vernes mais les faits-divers. Le 8 il s'agit de rendre hommage à un élu, un homme né à Givors. Pas facile sans connaitre suffisamment ces Givordins. Il partage l'hommage du maire, bien utile cette fois. Le 9 avril après son colistier Christophe Vandenbroucke il pose à côté d'un commerçant venant d'ouvrir un supermarché. Le 12 avril il se mouille sans plus dans un dossier récurrent, le Lidl de Bans. Il oblige beaucoup à se lancer sur une recherche pour comprendre "le noeud gordien". Un décalage de plus avec la sociologie de la Ville. Le 20 encore le Progrès pour une opération de solidarité sur fond de ramadan.

ILS NE PUBLIENT RIEN... ET VOUDRAIENT EMPECHER LES AUTRES DE LE FAIRE

En fait le seul groupe qui n'a jamais abandonné ses électeurs, et plus généralement les Givordins, est bien Le défi givordin. Le groupe de droite traditionnelle qui n'a pas fait partir un candidat en 2020 et qui ne le fera pas en cas de nouvelle élection. Michelle Palandre et ses élus n'ont jamais lâché le morceau dans l'opposition. Et continuent à informer. 

Dans le même temps certains se sont trouvés une vocation. Notamment Christophe Vandenbroucke sorti de nulle part après une élection sous les couleurs de la REM et désormais un très actif partisan des LR avec une certaine fascination pour ses chefs régionaux, Wauquiez et Vincendet. Un autre colistier de Decourselle, Jérôme Chabrier se dit lui de droite mais pas LR. Ce même Jérôme Chabrier qui reproche à notre groupe Facebook Givors Grigny on dirait le sud de trop publier sur Un avenir pour Givors. Il faut dire que l'on ne peut pas leur reprocher la même chose, leurs écrits étant rarissimes. Plus facile de critiquer ceux des autres. Quitte à franchir la ligne de la diffamation. Pour faire taire ? Plus que jamais, les Givordins ne comprennent le jeu de ce groupe. Et paradoxalement encore moins ceux qui ont été proches lors de la Municipale.

Une constante dans toutes ces listes. A part les chefs seuls deux ou trois colistiers se permettent, non pas de publier, mais de commenter. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.