Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2021

Municipale Givors (69) Mohamed Boudjellaba, Christiane Charnay aux antipodes

Aux méthodes communistes le maire sortant, Mohamed Boudjellaba oppose son bilan de 15 mois. Entre lui et Christiane Charnay, ex-maire communiste pourrait se glisser Fabrice Riva successeur d'Antoine Mellies à la tête de Givors fier, connotée RN en 2020. Dissident, combien Sébastien Berenguel prendra t-il à Charnay ? Et la liste de Mohamed Benouï penchera t-elle à droite ou à gauche ?

Patrick VEYRAND
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La campagne entame un 100 mètres, après quelques semaines de préparation. Les locaux de campagne des ex-maires, Christiane Charnay (PC) et Mohamed Boudjellaba (DVG - EELV) fourmillent, les autres n'ayant pas eu le temps d'organiser une campagne traditionnelle, le temps leur ayant été compté. Décision du conseil d'Etat, l'élection partielle voit à nouveau six listes s'engager avec toutefois trois changements de candidat. Charnay et Boudjellaba profitent d'un avantage, avoir été récemment aux affaires municipales. Surtout Mohamed Boudjellaba qui peut compter sur ses colistiers de 2020 n'ayant changé qu'à la marge sa liste. Deux machines donc contre des candidats qui ont du précipiter les choses, Fabrice Riva, Sébastien Berenguel, tous deux élus d'opposition sortants et Mohamed Benouï ancien adjoint communiste de l'ère Martial Passi n'ayant jamais dirigé une campagne.

Dans la mesure ou Berenguel prendra à Charnay, Fabrice Riva pourrait se retrouver second au soir du premier tour. Son passage sur Lyon Mag, hier, a toutefois fait mal chez certains de ses colistiers. Jamais il n'a pu imposer sa liste comme étant "sans étiquette" se faisant estampiller Rn tout au long de l'interview. Avec trop d'insistance toutefois. Le candidat apprend. Et apprendre en si peu de temps n'est pas facile. Mohamed Benouï qui, lui, a une expérience d'ancien adjoint communiste a également du faire vite. En prenant la branche de droite du Défi givordin il a quelque peu perdu son électorat. Berenguel prend date avec l'avenir et si son score le lui permet ne devrait pas faire alliance pour ne pas se compromettre. Avec Charnay cela semble une évidence. L'ancienne-maire pourrait se tourner vers le candidat d'Un avenir pour Givors, en 2020, aujourd'hui second sur une liste.

Les Givordins sont fatigués. On ne peut pas dire que l'ambiance soit légère entre Rhône et Gier. Surtout entre les partisans de Charnay et de Boudjellaba. Les pseudonymes ont fait leur retour, certains créés en 2014. D'autres sont plus récents mais identifiés. Notamment des agents et ex-agents et des Givordins n'ayant pu faire avancer des dossiers.

Cette campagne est particulière et trois anciens hauts fonctionnaires "gèrent" la commune depuis plusieurs semaines. "Neutres" ils ne laisseront rien passer. Les candidats sont prévenus. Leurs soutiens peuvent être leurs pires ennemis. Ce que la Préfecture surveille de près, leur service élection n'ayant pas d'autres scrutins dimanche.

Election municipale partielle, dimanche 5 décembre: Mohamed Boudjellaba (DVG - EELV), Christiane Charnay (PC), Fabrice Riva (droite extrême), Sébastien Berenguel (DVG), Mohamed Benouï (Sans étiquette).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica