9 feux d'artifices, 9 villages, 1 spectacle. Dire MERCI dans le Pays mornantais (69)

C'est l'histoire d'un homme, d'un maire qui fourmille d'idées. Avec une constante, être au service des autres. En cela, il rejoint la grande famille des Français ayant mis, entre parenthèses, leur vie personnelle pour tendre la main. Ces Français qu'il souhaite justement remercier avec les autres édiles des villages de la Communauté de communes, la Copamo qu'il préside.

Très médiatisé, et ce n'est pas un hasard, son village ne sera donc pas le seul, le 29 août, à être sous les feux... de l'actualité.

 RENAUD, CALO, COPAMO

Renaud Pfeffer explique la genèse de ces Grand Feux Solidaires du Pays de Mornant, et dévoile le synopsis d'un spectacle éblouissant en s'appuyant sur les paroles de la chanson éponyme de Colagéro. 

"Ça explosait en fleurs superbes
En arabesques sidérales
Pour faire des bouquets d'univers
Moi, je voulais cueillir ces étoiles."

"Ces paroles, du chanteur Calogero sur les feux d'artifices qui ont bercé son enfance, c'est le sens des Grand Feux Solidaires" explique un maire bercé, lui aussi, en son temps. On garde tous, au moins une image ou un son de ces soirées magiques, avec des yeux de gamin.

L'union fait la force dans cette vie pas tout à fait "normale" encore aujourd'hui. Et l'union sera on ne peut plus palpable.Des Grands Feux qui partiront de 9 villages du pays mornantais, unis autour de "fleurs superbes" et "d'arabesques sidérales", véritables "bouquets d'univers" plagie, pour la bonne cause, le maire. 

L'HOMMAGE..

"Des bouquets, et une fête, que nous voulons solidaires. Un hommage à tous ceux qui ont été en première ligne durant le confinement. Les professionnels de santé, les pompiers, les forces de l'ordre, les pharmaciens, les personnels municipaux, les associations d'aide, les agriculteurs, les commerçants... (la liste serait sans fin) mais aussi l'ensemble des habitants qui ont, chacun à leur niveau, fait parfois beaucoup pour que vivent la solidarité et la fraternité. Chacune des 7 000 fusées qui seront tirées sera pour eux !" résume Renaud Pfeffer. Pour une chorégraphie orchestrée par Cédric Bonjour (Artï Dream).  

"Nous avons voulu construire un spectacle que chacun pourra voir de chez lui, de son jardin, de sa rue, de son immeuble. Un spectacle dans le ciel qui met "dans les yeux des enfants des constellations éphémères", poursuit-il.

9 feux d'artifices, tirés des points les plus hauts du pays mornantais, comme pour dire à chacun de continuer à faire "des rêves admirables sous ces fusées de pacotille".
C'est un défi technique, mais aussi un record européen. Le coup d'envoi sera donné par Saint-André-la-Côte qui détient le record d'altitude du pays Mornantais (910 m). Cinq minutes d'"étoiles de pas longtemps qui naissent, qui brillent et puis qui glissent" avant d'être rejoint pour 10 minutes de spectacle par Saint-Laurent-d'Agny, Chabanière, Orliénas, Taluyers, Soucieu-en-Jarrest, Rontalon, Mornant et Beauvallon.

LE SPECTACLE 

 Ce spectacle témoignera aussi de la solidarité du monde économique qui contribue largement à offrir, aux habitants, les Grands Feux Solidaires. Des entreprises, artisans, commerçants... toujours prêts à accompagner les initiatives de Mornant et de la Copamo. Alors que beaucoup gardent encore les séquelles d'une crise sanitaire ne les ayant pas épargnés. Eux aussi pourront, dans le ciel, choisir leur étoile.

 "Nous sommes comme les feux d'artifice
Vu qu'on est là pour pas longtemps
Faisons en sorte, tant qu'on existe,
De briller dans les yeux des gens
De leur offrir de la lumière
Comme un météore en passant
Car, même si tout est éphémère,
On s'en souvient pendant longtemps…"

Alors, le 29 août, plusieurs centaines de milliers d'habitants lèveront les yeux au ciel, diront merci, partageront lumière et bonheur pour inventer l'avenir tous ensemble. Tous unis, en communauté. Car, "même si tout est éphémère, on s'en souvient pendant longtemps…" sourit Renaud Pfeffer.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.