Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2017

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

Macron et la réforme démocratique: En attendant Godot

Beaucoup demandent de donner du temps à Emmanuel Macron avant de le juger à l’aune de ses promesses. Celles faites en matière de réforme démocratique ne sont pas secondaires. Et nous sommes de ceux qui les avons prises au pied de la lettre.

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec le discours de Versailles (le Parlement réuni en Congrès le 3 juillet 2017) ce qui était promesse est devenu projet. Un projet de réforme de la V° République assez ambitieux pour qu’on s’y intéresse de près : la réduction d’un tiers du nombre de parlementaires; la limitation du cumul des mandats dans le temps; l’introduction de la proportionnelle dans l’élection législative; la transformation du Conseil Economique, Social et Environnemental; la suppression de la Cour de Justice de la République; le renforcement du Conseil Supérieur de la Magistrature. Il y manque toujours beaucoup de précisions (combien de mandats, quelle part de proportionnelle ?). De même les propos bien venus sur la responsabilité des ministres et du gouvernement, le vote en commission et l’évaluation des lois, l’extension des moyens de contrôle des parlementaires appellent des précisions essentielles (le président de l’Assemblée Nationale vient de mettre sur pied une commission de travail sur ces sujets). Mais il y a là un bloc de réformes que la gauche a été incapable de mettre en oeuvre durant un quart de siècle de présence au pouvoir. Et un calendrier vient garantir la discussion et l’adoption de ces réformes: avant la fin 2018 par la voie du Congrès ou, s’il le faut par référendum.

Cette dernière hypothèse a été relancée par le Président lui-même au lendemain des élections sénatoriales du 24 septembre dernier. Si la majorité des trois cinquièmes du Congrès n’était pas acquise, il n’hésiterait pas à recourir au référendum tel que prévu à l’article 89 de la Constitution.

On reste donc dans l’attente de l’agenda de ce grand « chamboule-tout » que serait (d’après Laurent Fabius) Emmanuel Macron. Il devrait être annoncé courant novembre. Mais le temps de la routinisation menace. Et on peut d’ores et déjà estimer l’ardeur du Président à travers ses ambitions ou réalisations démocratiques.

A son actif figurent les projets de démocratisation de l’Union Européenne (depuis la zone Euro jusqu’aux listes transnationales aux élections européennes en passant par les « débats citoyens » du premier semestre 2018). Trois lois sont promises pour le printemps 2018 pour réformer la justice (mais quid de l’indépendance du parquet, enjeu démocratique essentiel ?) Et c’est à peu près tout.

Le passif lui, est impressionnant : le recul du syndicalisme dans l’entreprise et la promotion de la monarchie de droit social, le refus de la moindre évolution vers une quelconque cogestion, la vraie-fausse moralisation de la vie politique (les deux lois du 15 septembre 2017), la banalisation de l’état d’urgence et l’atteinte à l’Etat de droit (la loi du 3 octobre), la restriction sans précédent du droit d’asile (dans le projet de réforme de l’Ofpra du Ministère de l’Intérieur). Il n’y manque même pas la suppression de l’impôt sur la fortune qui peut s’assimiler à un abandon hautement symbolique du principe démocratique de la redistribution fiscale.

Que peut devenir dans ce cadre, la transformation des institutions ? Emmanuel Macron a donné son point de vue, plutôt sybillin, dans un long entretien au Point le 31 août 2017 : « Par la Constitution de 1958, le président de la République n’est pas seulement un acteur de la vie politique, il en est la clé de voûte. Il est le garant des institutions. Il ne peut plus être dans le commentaire au jour le jour (…). Le rôle du président de la République n’est pas de commenter mais d’impulser la politique, d’incarner le sens du temps long, car c’est lui le dépositaire des engagements pris dans le cadre du programme et du suffrage universel ». Disant cela, il ne fait que renouer avec la conception de la présidence impériale de De Gaulle et Mitterrand. L’essentiel reste donc à venir : quelle restauration du Parlement, quel équilibre des pouvoirs, quelle usage de la dyarchie de l’Exécutif, quel rôle du Premier ministre et du gouvernement, quel respect des contre-pouvoirs ? Ces sujets décideront de la portée d’une révision constitutionnelle, cosmétique ou stratégique.

Il convient donc d’attendre, l’arme au pied. Le moment venu, il faudra proposer un ensemble cohérent de mesures susceptibles d’en finir avec une pratique mortifère du régime de la V° République. La Convention pour la 6° République est prête pour ce débat à la loyale. Pour l’instant, comme dans l’ouvrage de Samuel Beckett, elle attend Godot qui promettait un rendez-vous en rase campagne. Dans le roman, il ne vient jamais. Macron changera-t-il le dénouement de ce trop célèbre texte ?

 Ce texte est l'éditorial du numéro d'Octobre de La Lettre de La Convention pour la 6° République (C6R)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org