Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

165 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2022

L'école et la pandémie : quand le chaos est une opportunité néolibérale...

L'incurie de cette rentrée scolaire est-elle le résultat d’une incompétence ou constitue-t-elle une nouvelle opportunité de discrédit du service public d'éducation pour faciliter sa mise en marché?

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nul ne peut prétendre disposer d’une réponse scolaire certaine face aux complexes évolutions de l’épidémie de Covid. Les équilibres entre la continuité de l’école et la protection des élèves et des personnels sont loin d’être évidents. Faut-il croire que Jean-Michel Blanquer a pensé que cette incertitude suffirait à le protéger du jugement de l’opinion publique par les seules assurances de la communication ministérielle alors qu’il laissait s’installer la pire des confusions ?

Le combat de l’école ouverte ?
Faute d’avoir convaincu de sa capacité à fonder une culture institutionnelle nouvelle (« l’école de la confiance ») ou d’avoir démontré que ses orientations en matière d’apprentissages fondamentaux ou de réforme du lycée et du bac étaient objectivement capables de mieux garantir la démocratisation des apprentissages, l’intangible détermination à laisser les écoles ouvertes est devenue l’argument majeur du rôle historique par lequel Jean-Michel Blanquer entend marquer l’institution. Or, malgré une communication ministérielle pourtant lourdement insistante, ils ne sont plus très nombreux ceux qui croient encore à la nécessité d’un combat ministériel face à des enseignants qui n’auraient d’autre aspiration que celle de vouloir anticiper ou prolonger leurs vacances ou face à des élus locaux dont la motivation essentielle serait celle du moindre risque. Tout le monde sait désormais que la volonté de maintenir l’ouverture des écoles, collèges et lycées est largement partagée et ce, autant par les discours syndicaux que par la réalité des pratiques quotidiennes. Du coup mener le combat de l’ouverture alors que personne ne veut fermer … ça n’a plus tout à fait le même panache ! D’ailleurs le livre paru à la rentrée que le ministre avait consacré à l’autocélébration de sa détermination alimentera bientôt le pilon faute d’avoir intéressé grand monde.

Bazar, pagaille et chaos
Ce que tout le monde perçoit, cependant, à cette rentrée de janvier 2022, c’est que les certitudes autoritaires du ministre l’ont à nouveau rendu totalement incapable de faire face au regain épidémique et que, paradoxalement, le défenseur de l’école ouverte s’avère incapable d’en organiser les conditions minimales.
Si, au printemps 2020, certains pouvaient justifier l’incapacité du ministère à fournir des masques par un manque de prévision largement partagé… ce sera, cette fois-ci, plus difficile d’expliquer pourquoi ils manquent déjà quelques jours après la reprise. Il sera aussi compliqué d’expliquer pourquoi on inclut des autotests dans le nouveau protocole alors qu’une rupture de stock empêche déjà leur usage. Prévoir un protocole sanitaire sans évaluer la possibilité de le mettre en œuvre semble d’une scandaleuse légèreté.
Et qui pourrait être convaincu qu’alors que les problèmes de remplacement étaient annoncés dès la fin du mois de novembre, que ce n’est que maintenant que la plupart des rectorats mettent en œuvre le recrutement de contractuels supplémentaires !
Bref, la prétendue détermination du ministre est en réalité un artifice de discours sans réalité ce qui conduit à une situation d’incurie telle qu’une partie notable de la presse parle de cette rentrée de janvier 2022 avec les termes de « bazar », de « pagaille » voire de « chaos ».

Une volonté délibérée
A ceux qui s’étonnent d’une telle incapacité et veulent y voir la preuve d’une incompétence, il faut proposer une autre analyse : celle d’une volonté politique délibérée de casse du service public d’éducation.
Quelques éléments devraient suffire à rendre attentifs les plus sceptiques.
Le premier est le discours de discrédit. Alors que, depuis maintenant bientôt deux ans, la réalité témoigne d’un fort engagement des personnels et notamment des enseignantes et enseignants, le ministre continue à utiliser le terme d’absentéisme qui sous-entend une illégitimité de leur absence. Or, les études sont unanimes : si des élèves se retrouvent sans professeur ce n’est pas dû à une tendance exagérée à l’absence mais aux insuffisances des politiques de recrutement. Cela n’empêche pas le président de la République d’ajouter son propre discours de déconsidération en laissant croire que le temps de travail des enseignants serait insuffisant[1]. La volonté de discrédit est claire et loin de se fonder sur des constats objectifs.
Le second élément est le renforcement de la doxa d’une réduction de la dépense publique qui refuse de penser le budget éducatif comme un investissement. Au cœur même d’une crise sanitaire où le gouvernement affirme devoir dépenser « quoi qu’il en coûte », le ministre de l’Education nationale s’offre la gloire de rendre une partie du budget de son ministère … Vivant un quotidien où les vies professionnelles sont sans cesse impactées par le manque de moyens, les personnels ne pouvaient qu’être sidérés d’un tel choix. Mais dans l’opinion publique, il constituait la preuve que la réduction budgétaire était possible même dans le contexte de la crise … et donc renforçait une représentation de dépenses excessives, quitte à ce qu’une telle stratégie se fasse aux dépens des élèves et de leurs apprentissages comme des personnels et de leurs conditions de travail.
Le troisième élément est que le point sur lequel le bilan du mandat ministériel a connu les évolutions les plus fortes est celui d’un fort développement de l’économie de marché dans le champ éducatif. Les Edtech se portent bien, à la fois dans le champ du développement du numérique éducatif et dans celui d’un transfert progressif d’une part de l’activité scolaire. Et ce transfert ne se limite pas aux questions d’orientation ou de formation professionnelle. Il vise les enjeux fondamentaux des apprentissages où le discours ne cesse de répéter les présumées capacités motivationnelles et adaptatives des alternatives innovantes. La preuve de la réalité de ces capacités est loin d’être faite. Et on peut craindre que ces alternatives commerciales renforcent les inégalités étant donné leur nature économique qui, appelant à dégager des profits, doit s’adresser à une clientèle capable de les produire. Malgré tout, Jean-Michel Blanquer affirme régulièrement vouloir être à l’avant-garde en la matière et a soutenu, y compris par la dépense publique, cette mise en marché de l’éducation…

En définitive, le « chaos » n’apparaît plus comme le résultat d’une incompétence mais comme l’opportunité d’entretenir l’insatisfaction voire l’exaspération des parents d’élèves, ce qui constituera la motivation majeure pour qu’ils se tournent vers l’offre privée. Tout cela dans le contexte d’une opinion publique largement acquise, du fait des redondantes affirmations idéologiques sur l’inefficacité des services publics et de ses fonctionnaires. Que tout cela se fasse au seul profit d’une fraction privilégiée de la population reste dans la logique même d’une politique dont le bilan social est clair : un libéralisme inégalitaire et antisocial[2].   

[1] Le temps de travail des enseignants dans le viseur, Les Échos, 6 janvier 2022
[2] Bilan : Emmanuel Macron, le président de l’injustice, Alternatives économiques, 1 janvier 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous