mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart mer. 10 févr. 2016 10/2/2016 Dernière édition

Solidarité, Amitié, Musique ...

bonga lavilliers angola mona mona © noiretblanc66
bonga lavilliers angola mona mona © noiretblanc66

J'étais dans la dèche (pas beaucoup de boulot sur place), et j'avais décidé de remonter d'Avignon pour m'installer de nouveau  à Paris. Le coût d'un déménagement étant trop élevé, je ne savais pas comment faire. Par hasard je rencontre Bernard Lavilliers dans un troquet et je lui raconte mon souci du moment. Lui avait terminé ses concerts, et reprenait la route le soir même pour Paris. Sans me connaître plus que ça, il me propose de m'aider à déménager et d'emporter les quelques malles que j'avais, dans son camion, avec l'aide de son manager (un  copain).

A l'heure fixée ils sont arrivés, et en moins de deux, toutes mes affaires étaient rangées dans le camion. On est partis.

Cette nuit fut pour moi mémorable. En effet, nous avons beaucoup ri, nous nous sommes rendus compte que nous avions sur Paris beaucoup d'amis en commun, (musiciens français et brésiliens). Pas mal de haltes sur les aires d'autoroute pour se rincer le gosier, indispensable !

Arrivés au petit matin, chez mes parents à Aubervilliers, je leur ai fait un café, afin qu'il puisse continuer leur route.

Nous nous sommes quittés, ravis d'avoir fait un petit bout de chemin ensemble, avec quand même un petit brin de tristesse, sachant que l'on ne se reverrait certainement pas.

Un acte gratuit, d'entraide et de solidarité, c'est sympa non ?

 

 

 

 

 

 

Disparu depuis des années
Comme un filon dans la faille
Comme un manuscrit oublié
Ils ont retrouvé le travail

Il faut qu'tu bosses lorsque le jour se lève
Bosse, on attend la relève
Bosse, la montée de la fièvre
Bosse, il faut que tu bosses
Il faut qu'tu bosses pour conjurer le sort
Bosse, sous la terre, dans les ports
Bosse, pour dépasser la mort
Bosse, il faut que tu bosses
Aujourd'hui, c'est un privilège
Mais ça ne me dit rien qui vaille
C'est une idée au fond d'un piège
Ils ont séquestré le travail
Il faut qu'tu bosses, bosses
Ton sourire carnassier, bosse
Totalement surbooké, bosse
Les réseaux d'initiés
Bosse

T'étais vraiment un employé
Modèle parfait pour la médaille
Multinationales ont filé
Ils ont revendu ton travail

Il faut qu'tu bosses pour la survie, le cash
Pour faire partie du staff
Bosse pour les bimbos, le strass
Bosse

Faudra qu'tu bosses
Et quand viendra la fin
Allongé dans le sapin
T'auras plus b'soin de rien
Bosse

Bernard Lavilliers


Ah j'oubliais, Bernard Lavilliers a soutenu la candidature de .....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Comment ça se fait que j'ai loupé ce récit époustouflant ??? Mais comment tu fais pour croiser des gens pareils ? Un coup Bernard, une autre fois Guy... Ben alors ! Surpris