dm456
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2016

L’avenir du Vietnam en suspens

Le Parti communiste vietnamien (PCV) a récemment tenu son XIIème congrès. Organisé tous les cinq ans, il doit permettre de valider les politiques décidées par l’État-parti pour le quinquennat à venir. D’ordinaire réglé d’avance, le congrès de cette année tient tout le monde en haleine tant les inconnues sont nombreuses, à commencer par l’avenir du pays.

dm456
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui pour diriger le Vietnam dans les cinq prochaines années ? Normalement cette question est résolue plusieurs mois avant le congrès national du PCV. Sauf que celui qui se déroule depuis le 21 janvier déroge à la règle car d’importants désaccords font rages au sein du parti communiste, quant à la ligne à tenir pour diriger le pays, tant politiquement qu’économiquement.

Conservateurs contre réformistes

C’est la grande tâche des 1 500 délégués du parti communiste réunis à Hanoï pendant une semaine : nommer le triumvirat qui devra gérer le Vietnam pendant cinq ans, à savoir le Secrétaire général du PCV, le Premier ministre et le Président de la République. Cette année, contrairement aux précédents congrès, deux lignes s’affrontent : les réformateurs du Premier ministre Nguyen Tan Dung face aux conservateurs du Secrétaire général du PCV, Nguyen Phu Trong.

Considéré comme pro-occidental, l’actuel Premier ministre, au pouvoir depuis 2006, lorgne sur le poste supérieur, celui occupé par son adversaire. Sa ligne très anti-chinoise a notamment permis au Vietnam d’intégrer le jeu de l’économie mondiale, avec pour l’exemple l’adhésion du pays à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ainsi qu’au partenariat Trans-Pacifique (TPP), mené par les États-Unis. Mais si sa vision pour le futur du pays est grandement partagée par les milieux économiques, Dung traîne quelques casseroles, tant sur son implication dans les grands groupes d’État, que sur les passe-droits accordés aux membres de sa famille.

En face, Trong est partisan de la ligne forte qui domine aujourd’hui au Vietnam. Soutenu par la vieille garde du parti communiste, il conserve la confiance de Pékin mais surtout dispose d’hommes de confiance, qu’il a lui même placé, aux principaux postes clefs du parti. Problème, la limite d’âge pour accéder au poste, dans son cas se maintenir, est fixé à 65 ans. Or le Secrétaire général est âgé de…71 ans.

La pression des puissances étrangères

Il est évident que le choix entre les deux adversaires aura des conséquences sur les relations internationales du pays. La Chine ne veut pas perdre un allié, notamment vis à vis de ses prétentions en mer de Chine, et a accrue la pression sur l’ensemble des dirigeants communistes vietnamiens pour écarter Dung, considéré comme particulièrement critique.

Les États-Unis et les pays occidentaux estiment eux, que la mise à l’écart de Duong serait fortement préjudiciable, ce dernier ayant lancé plusieurs réformes d’inspirations libérales, qui pourraient donc être remises en cause. Sur la question des droits de l’homme, l’actuel Premier ministre est aussi celui qui pourrait inverser la position très rigide du pays, même s’il est aujourd’hui le chef d’un gouvernement ne s’embarrassant pas des dissidents et des blogueurs hostiles au régime.

Toutefois, plusieurs observateurs estiment que Trong aurait actuellement une ligne d’avance sur Duong dont le nom ne figurerait même pas sur la liste des candidats pour les plus hauts postes. Le flou reste donc total pour le Vietnam, son avenir politique et économique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran