dm456
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2016

Le résultat surprenant des législatives en Corée du Sud

Les coréens étaient appelés à voter mercredi 13 Avril lors des élections législatives. Et le résultat est un véritable séisme politique avec la perte de la majorité au Parlement par le parti conservateur de la présidente Park Geun-hye. Un vote qui va entrainer d’importantes conséquences sur le paysage politique sud-coréen.

dm456
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Park Geun-hye ne s’attendait surement pas à ça. Alors que la présidente de la République de Corée du Sud doit exercer le pouvoir pendant encore plus d’une année, le résultat des élections législatives devrait provoquer une fin de mandat très compliquée. En effet, son parti conservateur, le Saenuri, vient de perdre la majorité au Parlement au profit du principal parti d’opposition, le social-libéral Minjoo et alors que plusieurs lois très importantes pour le pays devraient prochainement être discutées.

Le Saenuri, 1er parti d’opposition

Le premier enseignement de ces élections législatives concerne le taux de participation. 58 % des électeurs sud-coréens se sont déplacés pour voter, soit 4 points de plus que les précédentes élections. Pourtant, ce taux reste bas et traduit une désaffection de la population à l’égard de la classe politique.

C’est donc le Minjoo avec 123 sièges qui remportent ces élections, soit un petit siège devant le Saenuri. Aucun parti n’obtient la majorité absolue et le Parti du peuple, issu d’une sécession avec le Minjoo, devient la troisième force politique du pays avec 39 sièges. Son rôle sera donc primordial et la formation menée par Ahn Cheol-soo, entrepreneur devenu homme politique, sera au centre des attentions lors des prochaines décisions législatives mais donne également rendez-vous pour l’avenir.

Ce résultat est d’une importance capitale car il lance la course vers l’élection présidentielle de décembre 2017. 18 mois pendant lesquels Park Geun-hye, qui ne peut pas se représenter, se retrouvera isolée. L’idée d’une alternance politique en 2017, improbable jusqu’alors, devient aujourd’hui possible. Et cette perte de majorité au Parlement a déjà fait des victimes chez le Saenuri avec la démission de son patron dès l’annonce des résultats.

Plusieurs raisons pour expliquer cette situation

Les raisons de la défaite du Saenuri sont multiples et tiennent d’abord aux résultats économiques médiocres de la Corée du Sud. Alors que la présidente avait fait campagne en 2012 sur la relance de la croissance économique, celle-ci se fait attendre, notamment en raison du ralentissement de la croissance chinoise, principale partenaire. Les adversaires politiques au parti présentiel n’ont d’ailleurs pas manqué durant la campagne électorale de multiplier les critiques sur ce sujet.

Mais les explications ne s’arrêtent pas là et plusieurs actions gouvernementales ont provoqué la colère de l’opinion publique ces dernières années. A commencer par la gestion calamiteuse du naufrage du ferry Sewol en 2014 qui a provoqué la mort de plus de 300 personnes, essentiellement des adolescents. Les arrestations de plusieurs personnes à la suite des manifestations de colère ont été très mal perçues dans tout le pays. La ligne autoritaire de Park Geun-hye est aussi très critiquée et se traduit par l’actuel révisionnisme dans les manuels scolaires, pour cause de ligne pro nord-coréenne.

Cette élection remet en cause toute une série de lois de dérégulation du marché du travail, déjà très controversé, qui devaient être votée prochainement. Ces lois devaient notamment permettre aux entreprises de licencier plus rapidement. Avec la nouvelle majorité au Parlement, cela sera maintenant quasi-impossible.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes