Le résultat surprenant des législatives en Corée du Sud

Les coréens étaient appelés à voter mercredi 13 Avril lors des élections législatives. Et le résultat est un véritable séisme politique avec la perte de la majorité au Parlement par le parti conservateur de la présidente Park Geun-hye. Un vote qui va entrainer d’importantes conséquences sur le paysage politique sud-coréen.

Park Geun-hye ne s’attendait surement pas à ça. Alors que la présidente de la République de Corée du Sud doit exercer le pouvoir pendant encore plus d’une année, le résultat des élections législatives devrait provoquer une fin de mandat très compliquée. En effet, son parti conservateur, le Saenuri, vient de perdre la majorité au Parlement au profit du principal parti d’opposition, le social-libéral Minjoo et alors que plusieurs lois très importantes pour le pays devraient prochainement être discutées.

Le Saenuri, 1er parti d’opposition

Le premier enseignement de ces élections législatives concerne le taux de participation. 58 % des électeurs sud-coréens se sont déplacés pour voter, soit 4 points de plus que les précédentes élections. Pourtant, ce taux reste bas et traduit une désaffection de la population à l’égard de la classe politique.

C’est donc le Minjoo avec 123 sièges qui remportent ces élections, soit un petit siège devant le Saenuri. Aucun parti n’obtient la majorité absolue et le Parti du peuple, issu d’une sécession avec le Minjoo, devient la troisième force politique du pays avec 39 sièges. Son rôle sera donc primordial et la formation menée par Ahn Cheol-soo, entrepreneur devenu homme politique, sera au centre des attentions lors des prochaines décisions législatives mais donne également rendez-vous pour l’avenir.

Ce résultat est d’une importance capitale car il lance la course vers l’élection présidentielle de décembre 2017. 18 mois pendant lesquels Park Geun-hye, qui ne peut pas se représenter, se retrouvera isolée. L’idée d’une alternance politique en 2017, improbable jusqu’alors, devient aujourd’hui possible. Et cette perte de majorité au Parlement a déjà fait des victimes chez le Saenuri avec la démission de son patron dès l’annonce des résultats.

Plusieurs raisons pour expliquer cette situation

Les raisons de la défaite du Saenuri sont multiples et tiennent d’abord aux résultats économiques médiocres de la Corée du Sud. Alors que la présidente avait fait campagne en 2012 sur la relance de la croissance économique, celle-ci se fait attendre, notamment en raison du ralentissement de la croissance chinoise, principale partenaire. Les adversaires politiques au parti présentiel n’ont d’ailleurs pas manqué durant la campagne électorale de multiplier les critiques sur ce sujet.

Mais les explications ne s’arrêtent pas là et plusieurs actions gouvernementales ont provoqué la colère de l’opinion publique ces dernières années. A commencer par la gestion calamiteuse du naufrage du ferry Sewol en 2014 qui a provoqué la mort de plus de 300 personnes, essentiellement des adolescents. Les arrestations de plusieurs personnes à la suite des manifestations de colère ont été très mal perçues dans tout le pays. La ligne autoritaire de Park Geun-hye est aussi très critiquée et se traduit par l’actuel révisionnisme dans les manuels scolaires, pour cause de ligne pro nord-coréenne.

Cette élection remet en cause toute une série de lois de dérégulation du marché du travail, déjà très controversé, qui devaient être votée prochainement. Ces lois devaient notamment permettre aux entreprises de licencier plus rapidement. Avec la nouvelle majorité au Parlement, cela sera maintenant quasi-impossible.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.