dm456
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2016

Une situation toujours plus préoccupante en mer de Chine

La mer de Chine est sujette, depuis plusieurs années, à un conflit d’intérêts entre les nations qui entourent cette zone géographique. Parmi les principaux protagonistes, la Chine et le Vietnam se livrent à un rapport de force quasi-quotidien, tandis que les Etats-Unis viennent de s’ingérer dans la partie.

dm456
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui pour contrôler la mer de Chine ? Suivant où l’on se place sur la mappemonde, la réponse n’est pas la même. Chine, Vietnam, Philippines, Indonésie, Malaisie ; nombreux sont les pays qui ont un intérêt dans le contrôle de cette zone géographique riche en ressources naturelles, notamment en pétrole, et hautement stratégique pour le commerce international. C’est, cependant, entre les deux premiers pays que les tensions s’enveniment, avec les États-Unis comme élément perturbateur.

Les provocations américaines et chinoises

En effet, ces derniers temps, les actes de « provocation » se multiplient. La Chine avait lancé les premières hostilités de 2016 en faisant atterrir un avion civil sur un récif disputé. Avec pour objectif, à terme, une utilisation militaire de cette base, dont les travaux ont démarré en 2014. Les États-Unis ont eux aussi participé à cette escalade, le 30 janvier dernier, avec l’entrée illégale du destroyer USS Curtis Wilbur dans les eaux territoriales chinoises.

Les critiques et les accusations n’ont pas manqué, chacun rejetant la faute sur son adversaire. De son côté, Washington, appuyée par les puissances régionales, à commencer par le Vietnam, accuse la Chine de menacer la stabilité régionale, en voulant prendre le contrôle de la mer de Chine méridionale – avec un risque sur la liberté de navigation et la liberté de survol. De l’autre côté, Pékin dénonce la position impérialiste américaine visant à profiter de l’incertitude actuelle pour imposer ses intérêts.

Ces multiples tensions entrainent une course à l’armement extrêmement dangereuse. En plus d’aménager des pistes aéronautiques sur plusieurs îles de la région, la Chine va bientôt achever la construction de son second porte-avions. De son côté, le Vietnam s’est lancé depuis plusieurs années dans un programme naval militaire ambitieux. Ainsi, ce sont six sous-marins qui viennent d’être affectés à la zone de la mer de Chine, dont cinq sont déjà opérationnels. Ce renforcement militaire vietnamien, le plus important depuis la fin de la guerre du Vietnam, comprend également de l’artillerie côtière, l’achat de systèmes de missiles, d’avions de combat ou encore de patrouilleurs rapides.

Jusqu’où iront ces provocations ?

Le XIIème Congrès du Parti communiste vietnamien aurait d’ailleurs pu intensifier quelque peu les tensions entre Hanoï et Pékin. Mais les conservateurs et le secrétaire général Nguyen Phu Trong, partisan d’une ligne accommodante avec le voisin chinois, ont finalement conservé le pouvoir. Ce qui n’empêche pas les relations entre les deux pays de se dégrader, lentement, certes, mais sûrement. Comme en 2014, où des manifestations anti-Pékin avaient éclaté suite à l’installation d’une plateforme pétrolière chinoise dans les eaux disputées, la population pourrait avoir un rôle à jouer, ne serait-ce qu’en faisant pression sur le gouvernement pour agir.

Aujourd’hui, l’affrontement s’en tient donc à quelques manœuvres sans grand danger pour la paix. Mais des voix s’élèvent pour prévenir qu’un conflit ouvert n’est plus à exclure entre les principaux protagonistes. D’autant plus qu’à l’été dernier, un nouvel acteur – influent dans la région – a pris position : jusqu’alors silencieux sur le sujet, le Japon se montre désormais très critique à l’égard de la Chine, l’accusant de « passage en force ».

Dernière annonce, et pas des moindres, les États-Unis, par le biais de diplomates, ont annoncé la possibilité de patrouilles communes avec les Philippines. La solution à ce conflit paraît donc bien sinueuse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI