dm456
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2015

Le double rôle de la Chine dans la lutte contre le réchauffement climatique

Depuis le 30 novembre, Paris accueille la 21ème conférence sur le climat. L’objectif annoncé est de limiter le réchauffement climatique en dessous de 2°C. Mais pour y parvenir, il faudra un engagement de l’ensemble des pays. Et notamment de la Chine, 1er pays émetteur de gaz à effet de serre, qui, malgré la multiplication des pics de pollution, freine pour parvenir à un accord.

dm456
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La situation interpelle : alors que vient de s’ouvrir la COP21 à Paris, rendez-vous majeur pour la lutte contre le réchauffement climatique, la Chine enregistre une succession de pics de pollution élevés. Les images de Pékin engloutie par une brume épaisse sont impressionnantes mais surtout, et cela est plus alarmant, récurrentes. Pourtant, la position de la Chine sur le sujet reste toujours complexe, le pays ne souhaitant pas sacrifier son économie sur l’autel de l’écologie.

Croissance vs écologie

Les formidables taux de croissance de la Chine sur la dernière décennie n’ont pas été réalisés sans sacrifice, notamment du point de vue environnemental. Symbole marquant de l’essor économique chinois, le barrage des Trois-Gorges sur le fleuve Yangtse est un véritable gouffre écologique entrainant des conséquences irréversibles sur tout un écosystème. Plus généralement, la Chine représente 28% des émissions mondiales de CO2, ce qui en fait le plus gros émetteur mondial. En cause, une consommation basée essentiellement sur les énergies fossiles (plus de 70% de l’électricité), Pékin étant en effet le plus grand producteur et consommateur de charbon au monde.

Pourtant le gouvernement chinois se serait bien passé de cette première place, volée aux Etats-Unis en 2007. Parallèlement, il est hors de question de faire ralentir l’économie par des mesures écologiques drastiques alors que cette dernière commence à montrer des signes de ralentissement. Ainsi, en préambule de la COP21, la Chine a tenté de composer avec ces deux variables lors de l’annonce de ses objectifs en matière environnementale. Le pays souhaite faire culminer ses émissions de CO2 mais seulement en 2030 et atteindre 20% d’énergies non fossiles dans son mix en 2030. Egalement, d’ici à 2020, les centrales au charbon seront modernisées, afin de diminuer leurs émissions polluantes de 60%. Ce qui devrait, à terme, permettre d’éviter le rejet d’environ 180 millions de tonnes de CO2 chaque année.

Le double rôle de la Chine au plan international

Au-delà de ses frontières, la Chine est aussi confrontée à un dilemme. Bien consciente du rôle qu’elle a à jouer lors des négociations de la COP21, la deuxième puissance économique du monde souhaite se placer au même niveau que les Américains en tant que « dirigeants du monde », tout en affirmant sa position de leader vis-à-vis des pays émergents.

Aussi le président Xi Jinping a-t-il appelé les pays développés à « assumer leurs engagements », dont le principal : financer les politiques climatiques du Sud. Le chef de l’Etat chinois doute en effet de la volonté réelle des pays riches de financer la transition énergétique (à savoir, un financement de 100 milliards de dollars par an et une promesse de réduction des émissions de CO2 de 25 à 40% d’ici à 2020). Reste à savoir dans quel camp il entend réellement se placer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli