paul report
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2022

Primaire populaire : un piège politique troublant tendu à la gauche !

Comment comprendre que Christiane Taubira puisse cautionner une opération qui n’est pas digne d’un comportement démocratique exemplaire ?

paul report
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette primaire populaire ne me laissait pas totalement indifférent, mais je ne peux désormais souscrire à une opération qui met mal à l’aise.

Je ne suis pas certain, en effet, que ceux qui ont soutenu cette opération, tel Jean Baubérot dans un récent billet, auraient forcément abouti à la même conclusion en faveur de la primaire populaire s’ils avaient eu connaissance de l’intervention vidéo, révélée par Le canard enchainé, où l’on entend le concepteur et organisateur de cette opération, M. Grzybowski, fixer à ses partenaires des objectifs bien éloignés d’un comportement démocratique exemplaire.

Selon les propos qu’il a tenus, l’idée de cette primaire est en effet d’organiser un scrutin qui, dans un premier temps, trie en quelque sorte les candidats en suggérant de bloquer les candidatures de « Mélenchon, Jadot, Hidalgo, Roussel, Montebourg », les seuls candidats qu’il cite nommément, invitant ainsi implicitement à faire en sorte que les participants à la primaire évitent de leur accorder leurs suffrages, le rôle de l’association étant alors, une fois la primaire passée, d’exercer auprès des maires les pressions qui conviennent pour les priver, eux et pas d’autres, d’un maximum de parrainages, ceci en application du « serment de Romainville » ?

Mais ce n’est pas tout. Un autre objectif fixé par M. Grzybowski invite les membres de son association à tout faire, par des moyens "numériques" appropriés, pour que baisse ou s’effondre dans l’opinion publique la cote de popularité de ces candidats bannis. Enfin, comment ne pas être indigné que ces individus sans légitimité politique particulière évoquent également l’idée d’empêcher ces mêmes candidats d’obtenir des prêts bancaires pour financer leurs campagnes !

Et puis, dans sa propagande, l’association qui porte ce projet insiste bien sur le fait que le choix doit se faire sur les personnes, et non sur des projets portés par les candidats, ce qui n'a aucun sens démocratique sauf à demander de choisir un candidat "à la tête du client" et non sur ce qu'il "a en tête" pour gouverner le pays. Voilà qui  favorise bien entendu Christiane Taubira, certes une femme de qualité, mais qui présente sa candidature sans projet, sans rien à proposer, sauf deux ou trois slogans récités devant des caméras de télévision. C’est évidemment très insuffisant. Un projet pour gouverner la France dans un monde incertain, ça ne s’improvise pas quelques petites semaines avant l’élection. LFI et EELV, par exemple, y travaillent depuis des années, et l’on sait au moins, quand ils s’expriment, de quoi ils parlent et où ils comptent aller.

En réalité, il me semble que l'objectif principal n'est pas d'unir la gauche, mais d'imposer sournoisement un choix orienté. 

Alors, supposons que ce soit Christiane Taubira qui sorte vainqueur de cette primaire.

Certes, il s'agit, encore une fois, d'une femme de qualité, mais comment pourrait-elle alors  parvenir à unir la gauche autour d'un projet fédérateur après être restée si silencieuse ces cinq dernières années et, comme tous ceux à gauche qui se sont tus, avoir ainsi apporté la preuve de son indifférence à combattre publiquement les méfaits du néo-libéralisme mis en œuvre par la politique menée par le pouvoir  en place, mais aussi de son désintérêt à s’engager pour proposer une vision politique de gauche, ou encore pour contribuer à construire un socle commun permettant de faciliter l’union des forces de gauche, au moins sur l’essentiel.

Et puis, que compte-t-elle proposer pour réunir les forces de gauche, par son propre pouvoir de conviction, en s’engageant à désapprouver et à ne pas soutenir les actions scandaleuses préconisées par les organisateurs de la primaire populaire à l’encontre des autres candidats ? Mais est-elle vraiment une femme de gauche, elle dont la candidature est soutenue par le Parti radical de gauche, un parti qui se positionne au centre gauche de l’échiquier politique et non pleinement à gauche ? Fera-t-elle clairement le choix de s’écarter radicalement du néo-libéralisme qui domine la vie de notre société depuis près de 30 ans ? C’est là un choix fondamental, celui qui distingue la gauche sincère de la gauche de circonstances.

Christiane Taubira aurait dû au moins répondre à ces questions préalables, à défaut de présenter un projet : n’y répondre qu’après le résultat du scrutin, ce sera piéger les électeurs.

Cette primaire populaire est bien, selon moi, un piège politique troublant qui n'aura d'autre effet que de désorienter les électeurs de gauche en les privant d'un véritable débat et en favorisant ainsi l'abstention : Christiane Taubira ne devrait pas cautionner cette opération en trompe-l'oeil et devrait s'en retirer au plus vite !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone