Le Doigt Mouillé Accusateur

L’heure est grave. Visage fermé, Ruth écoute un sondeur exposer doctement sa trouvaille du jour : l’écart se resserre entre Emmanuel et Marine. Ils ne seraient plus séparés que par dix-huit malheureux points. Autant dire au coude à coude.

Au-même moment, un autre sondeur rassure Laurence : les scores sont “très stables”. Manu conserve un avantage net dans les électorats de tous les recalés du premier tour (François, Jean-Luc, Benoît). Au-même moment à la radio, une spécialiste de Science Po juge “complètement improbable” l’hypothèse d’une abstention si forte qu’elle inverse le rapport de force.

Une simple règle de trois aurait permis de le vérifier :

  • Non exprimés = 30% (hypothèse maximale de l’Ifop)
  • Marine = 40% des votes exprimés, soit 28% des inscrits
  • Manu = 60% des votes exprimés, soit 42% des inscrits

3

Ruth a un coup d'avance

C’est donc bien l’abstention qui est la clé, et non les voix gagnées par Marine. Pour qu'elle l'emporte, il faudrait que 44% des électeurs restent chez eux, ou votent blanc. À cette condition, et si tous les électeurs potentiels du FN se mobilisent, elle a une chance. Ce scénario “pas du tout crédible” est pourtant la source d’une inquiétude sincère chez des milliers de gens.

Mais est-ce bien ce qui inquiète Ruth ? Voir l’abstention devancer Marine, et Manu devancer l’abstention serait pourtant déjà un motif de satisfaction pour beaucoup. Pas pour un véritable soutien de Manu. La spécialiste de Science Po révèle : “il aura du mal à commencer un mandat avec une forte légitimité”. Et sans forte légitimité, c’est le troisième tour qui serait compromis... Ruth terrorise les gens à propos du deuxième tour, mais elle a un coup d’avance. Déjà en campagne pour les législatives, elle doit dès maintenant désigner les ennemis : les indécis et les insoumis.

Quand c’est flou, on peut crier au loup

Son ami sondeur dénombre 11% d’indécis. Les inconscients ! En fait ils seraient 14% à hésiter de voter Marine et seulement 9% chez Manu. Avantage Manu, mais ce n’est pas la peine de le mentionner : quand c’est flou, on peut crier au loup. Les insoumis, eux, seraient moins nombreux, mais plus dangereux. Le sondeur explique bien qu’ils préfèrent Manu à l’abstention, mais ce n’est pas encore assez. Près d’un sur quatre (23%) choisirait Marine : en progression s’emporte Ruth ! Pendant ce temps chez Laurence, l'autre sondeur prétend au contraire que leur nombre baisse, à seulement 13%. Ils ne sont pas d’accord sur les chiffres, mais ils sont d’accord sur la méthode : le bon vieux doigt mouillé.

Un doigt mouillé accusateur que Ruth et ses amis pointent vers ces hooligans qui pourraient faire trébucher Manu et son équipe de socio-libéro-publicains pendant les prolongations de juin. Quitte à jouer hors-jeu. Elle imagine déjà avec horreur que Jean-Luc et ses chavistes chevelus, zadistes zinzins, et pacifistes poutiniens gagnent des dizaines de sièges tandis que Marine, sur le cadavre de François ferait de même... Ces minorités de blocages condamneraient l'élu de son coeur à un tête-à-tête avec tous les vieux crabes. Pincé à sa droite et à sa gauche pendant cinq ans, l’empereur Manu serait nu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.