Les signes d'une gestion efficace de l'actionnariat

Une bonne gouvernance d'entreprise est importante pour votre portefeuille d'investissement. Lorsque vous faites des affaires avec des personnes qui veulent s'assurer que vous, le propriétaire (actionnaire), êtes traités équitablement, vous avez de bonnes chances d'obtenir de meilleurs résultats. Décryptage

Si une gestion favorable aux actionnaires ne peut pas sauver une entreprise de son sort funeste, elle peut faire pencher la balance en votre faveur. Toutes choses égales par ailleurs, elle peut contribuer à vous rendre plus riche en prenant moins de risques.

Une politique de dividendes clairement articulée

L'allocation du capital des actionnaires est l'un des emplois les plus importants de la gestion. La manière dont les bénéfices excédentaires sont gérés est extraordinairement importante. Que ces bénéfices soient réinvestis dans des opérations existantes, utilisés pour acquérir un concurrent, s'étendre à d'autres industries, racheter des actions ou augmenter les dividendes en espèces aux propriétaires, la décision aura un impact substantiel sur la richesse des propriétaires.

Cette compétence n'est pas quelque chose qui vient naturellement à la plupart des cadres. Le manque de compétence de nombreux PDG en matière d'allocation de capital n'est pas une mince affaire : Après dix ans de travail, un PDG dont l'entreprise conserve chaque année des revenus équivalents à 10 % de sa valeur nette aura été responsable de l'affectation de plus de 60 % de l'ensemble du capital à l'œuvre dans l'entreprise.

Lorsque la direction articule une politique de dividende claire et justifiable, les actionnaires sont mieux à même de les tenir responsables et de juger des performances. Cela permet également de tempérer l'envie de procéder à des acquisitions trop coûteuses. 

Ce n'est pas un accident si, quelques années plus tard - lorsque de nombreuses banques ont fait faillite, les Banques américaines ont traversées la pire crise bancaire depuis des générations. Alors que la Réserve fédérale lui a demandé de réduire son dividende, comme elle l'a fait avec toutes les grandes banques jusqu'à ce qu'elle puisse évaluer pleinement la situation, cet argent s'est accumulé dans le bilan, augmentant les capitaux propres. Les autres investisseurs bancaires ont tout perdu, mais quelqu'un qui détenait des actions est plus riche aujourd'hui qu'il ne l'était il y a dix ans, malgré une période brutale qui, à un moment donné, a vu le titre chuter de près de 70 %.

La gestion de l'actionnariat peut se faire simplement. Désormais en France des acteurs tels que Capbloc propose de gérer l'actionnariat de façon dématérialisé. Encore un moyen de plus pour gérer efficacement les dividendes au sein d'une entreprise.

Obliger les dirigeants à détenir des actions de l'entreprise

Les entreprises favorables aux actionnaires exigent généralement que les dirigeants et les cadres possèdent des actions de la société valant plusieurs fois leur salaire de base. Cela permet de s'assurer qu'ils pensent avant tout comme des propriétaires et non comme des employés.

La théorie est que cela incite les dirigeants à se concentrer sur le long terme, sur l'augmentation de profits durables, sur la tenue d'un bilan solide, sur la conservation des documents comptables et sur le fait que l'entreprise continuera à générer des liquidités pendant plusieurs décennies. Les meilleures entreprises sur ce front ont des PDG et des cadres supérieurs qui tirent une plus grande partie de leurs revenus des dividendes sur leurs actions qu'ils ne le font en termes de salaire. C'est un club très limité, en effet, mais quand vous trouvez une telle situation, elle mérite une enquête plus approfondie.

Un conseil d'administration qui place les actionnaires avant les cadres

Le conseil d'administration doit connaître sa mission première : protéger les intérêts des actionnaires, et non ceux de la direction. Tout au long de l'histoire financière, il semble que la plupart des scandales d'entreprise se soient produits lorsqu'un conseil d'administration était trop à l'aise avec l'équipe de direction. Ce phénomène est compréhensible ; lorsqu'on travaille avec des gens qu'on aime et qu'on respecte, il est certainement plus facile d'avoir une atmosphère de club amical plutôt qu'un club de combat contradictoire. L'inconvénient est que cette convivialité peut se traduire par des acquisitions terriblement surévaluées, des gaffes stratégiques et des erreurs d'embauche.

Comment savoir si les directeurs sont de votre côté ? Recherchez quelques signes clés :

  • Les administrateurs indépendants tiennent des réunions sans la présence de la direction pour évaluer les performances sur la base de mesures objectives.
  • La rémunération du conseil d'administration est raisonnable et non excessive. Si le conseil d'administration vote constamment des augmentations de salaire, il n'a probablement pas vos intérêts à cœur.
  • Les avantages sont réduits au minimum. Il existe des cas où un cadre supérieur a utilisé le jet privé de la société, aux frais de l'actionnaire, pour emmener le chien de la famille en vacances. 

Plusieurs signes sont avant coureur et rien n'est laissé au hasard pour ceux dont l'objectif est de s'établir et non d'investir. Les actionnaires restent la pierre angulaire d'une entreprise et il faut apprendre à mieux comprendre ce système pour mieux l'appréhender.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.