Jean-Louis Mohand PAUL
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2021

La Kabylie brûle, et ce n’est pas une métaphore

Le 9 août 2021, en Kabylie, plus d’une quarantaine de départ de feux simultanés se sont déclarés en de nombreux secteurs, distants les uns des autres. Leur caractère intentionnel ne semble pas faire de doutes. Il est évoqué par des sources officielles, et constaté par la population.

Jean-Louis Mohand PAUL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet enclenchement dramatique a déjà causé plus d’une quarantaine de morts en deux jours parmi les militaires intervenus en certains endroits contre les feux et parmi les habitants de villages encerclés par les flammes. Ceci souligne le caractère exceptionnel de ce processus criminel en son origine.

Il survient lors d’une recrudescence de l’épidémie et après que l’État algérien ait bloqué les envois solidaires de matériel sanitaire et de fonds de secours par la diaspora : d’une part en procédant à la saisie, par les douanes, des équipements déjà envoyés ; d’autre part en prétendant effectuer, via l’ambassade d’Algérie en France, la centralisation et le contrôle administratif, sinon policier, des dons monétaires qui affluent notamment par diverses « cagnottes » en ligne. Il ne paraît pas impossible que, centralisés par la bureaucratie centrale, les équipements et les dons destinés à des secteurs sinistrés de Kabylie n’y parviennent jamais. Sans prétendre condamner au covid la nomenklatura et les affairistes, qu’on suppose moins démunis, suggérons que, plutôt que de détourner ces équipements autrement lacunaires en Kabylie, les autorités centrales et leur personnel en appellent eux-mêmes à la solidarité de leurs homologues, si la solidarité se pratique entre eux. 

Ce contrôle est édicté sous un prétexte d’organisation civile rationnelle à laquelle l’État n’a pas habitué ses citoyens : tout manque en Kabylie, l’eau, l’oxygène, les machines, les structures d’hospitalisation, et même les cercueils ! 

La simultanéité de ces deux processus catastrophiques, l’épidémie renforcée et la vague d’incendies criminels, semble ainsi exploitée par les autorités centrales pour aggraver l’isolation de la Kabylie. Veut-on la punir d’avoir poursuivi le mouvement «Hirak» lorsque celui-ci se suspendait ailleurs ? De revendiquer obstinément la libération de tous les prisonniers politiques (militants d’associations, manifestants repérés, « journalistes » de réseaux d’information autonome), qui sont environ deux cents à ce jour et dont certains encourent des peines démesurément lourdes ?

Qu’on en profite pour l’isoler un peu plus interpelle – ou devrait interpeller – la « communauté internationale ». Elle peut d’une part renforcer les démarches de soutien et de dons en faveur de secteurs précis en Algérie, et ce sans captation des matériels et des fonds par le « système » : actuellement la Kabylie est la région le plus nettement concernée. Elle peut faire connaître le caractère anti-social des mesures avancées par l’Etat central pour masquer et entretenir son incurie. Elle peut relayer l’appel d’associations de la diaspora à un rassemblement non-violent devant l’ambassade d’Algérie à Paris, le samedi 14 août à 14 heures. 

Elle peut ne pas laisser seule, une fois de plus, la Kabylie.

Jean-Louis Mohand Paul, le 11 août 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77