Foncier: ces preuves de Jean Rémy Yama qui clouent definivement Harlem Nguimbit

Le foncier au Gabon est loin d'être aisé. Harlem Nguimbit, identifié comme un agent de l'État gabonais, prétend être propriétaire d'une partie de la parcelle 1 section Yq2 d'Angondje, pourtant attribuée par les plus hautes autorités de la République, en 2009, à la Sci SERPENTIN dirigé par jean Rémy yama.

jean-remy-yama-est-contre-les-mesures

La parcelle, qui s'étend sur une superficie de 36 hectares, dispose pourtant de tous les documents justifiant sa régularité. 

Malgré ces éléments, le nommé Harlem Nguimbit s'est semble-t-il bien rodé à la spéculation foncière. 

À Akanda, le militaire s'est établi en maître de cession des terres, documents à l'appui. 

Une prérogative pourtant réservée aux notaires, huissiers de justice etc. 

Selon des avis concordants, le militaire aurait l'approbation de quelques alliés bien établis dans l'appareil judiciaire. 

img-20210501-wa0020

Suite à une plainte de l'agent Nguimbit, la DGR a très récemment ouvert une enquête portant sur l'authenticité du titre foncier de la SCI SERPENTIN. 

(Dans le document ci-dessus, Harlem Nguimbit s'est établi en cédeur des parcelles sur la zone sus mentionnée, au mépris de la loi, allons même jusqu'à les violer par des faux en écriture)

img-20210501-wa0019

Une démarche incompréhensible, alors que Jean Rémy Yama, par la SCI SERPENTIN, dispose de tous les documents afférents. 

Pour rappel, en 2009 déjà, l'enseignant chercheur, après obtention des documents auprès des autorités compétentes, avait renoncé à mettre à la porte sieur Nguimbit, lui autorisant une limite au-delà de laquelle ce dernier ne pouvait excéder. 

Sauf que depuis le temps, le militaire a déjà vendu plus d'une vingtaine de parcelles, sur la même zone, au mépris des ententes pourtant très claires avec Jean Rémy Yama. 

De ce fait, c'est tout le projet des plus hautes autorités, qui souhaitent voir les enseignants chercheurs disposer de parcelles, qui vole en éclats. 

Qui est Nguimbi pour remettre en cause la volonté des plus hautes autorités du pays ? 

La loi est pourtant clair à ce sujet. Sans titre foncier, il est impossible de se déclarer propriétaire. Et l'on a également aucun droit de procéder à une cession immobilière.

Le cas Nguimbit fait déjà depuis quelques jours, couler beaucoup d'encre et de salive.

Par Pencil Rémi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.