Quand Maganga Moussavou passe pour un guignol au cours d'une cérémonie de mariage

Le fait a eu lieu à Angondje, au Cap Caravane précisément, à l'auberge de Nicole Assélé, ce jeudi 11 février 2021. Une des nièces de Maganga Moussavou, fille de son frère, cadre à la SEEG, se mariait à la coutume avec un originaire du Grand Nord.

 

img-20210123-wa0033-2

L'ancien vice-président, désigné pour mener les pourparlers avec l'autre interlocuteur de la belle famille a demandé, après réception de la dot, un présent supplémentaire. "J'aimerais demander à la belle-famille un élément supplémentaire" a déclaré Maganga Moussavou, avant de renchérir. "Je demande une tronçonneuse. Elle ne sera pas pour les autres membres de la famille, mais pour moi". Ce à quoi la belle famille a répondu : " Nous n'étions pas informés de l'achat de ce présent. Mais nous le ferons. Vous nous tiendrez alors par le coude". Loin de s'arrêter, Pierre Claver Maganga Moussavou s'est fondu dans des justifications : " Vous savez que j'ai été accusé d'avoir détourné les 353 conteneurs de kévazingo. J'ai donc besoin d'une tronçonneuse pour scier tout cela". Une explication qui a immédiatement fait fondre l'assistance de rire. Sur les lieux, ils ont été nombreux à se demander ce qui arrivait à l'ancien vice-président de la République. Pourquoi cette obsession à vouloir coûte que coûte ramener le sujet sur la place publique ? Le mariage coutumier de sa nièce était il le cadre indiqué pour évoquer une affaire politique de cette ampleur? De quoi se reproche Maganga Moussavou ? Ils sont nombreux à s'interroger sur les motivations réelles de l'ancien édile de Mouila, aujourd'hui devenu la risée de tous. L'on se souvient encore qu'après la publication du journaliste Stive Roméo Makanga, sur l'implication de l'ancien vice-président de la République dans l'affaire inhérente au Kévazingo, ce dernier a été immédiatement limogé de son poste par Ali Bongo Ondimba, le chef de l'État. Bataillant sur le terrain judiciaire avec le directeur de la publication de Kongossanews, auteur de l'article à charge, il devra encore attendre la décision en appel pour espérer voir son "honneur" lavé. Aujourd'hui passif, Pierre Claver Maganga Moussavou use de tractations occultes diverses, espérant un retour aux affaires. Par Pencil Rémi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.