Samu Social Gabonais : Un service de proximité victime de son succès.

samu-social-gabonais
Crée grâce à des partenaires étrangers, dans l’optique d’apporter aide, assistance et garantie des soins aux gabonais vulnérables et démunis du fait de la marginalisation dans les structures hospitalières traditionnelles, le Samu social gabonais est aujourd’hui victime de son propre succès de l’action médico-sociale et humanitaire impulsée par son coordinateur national, le Docteur Wenceslas Yaba. 

À titre d’exemple, le rapport-bilan des récentes activités des 18-19 mai dernier, au siège national du Samu social gabonais, faisait état d’un nombre de 792 cas traités et examinés dans différentes pathologies, soient 348 en médecine générale, 353 en ophtalmologie, 26 en pédiatrie, 65 en cardiologie, 37 paires de lunettes correctrices distribuées gratuitement, 25 electrocardiogramme ( ECG), effectués gratuitement, 622 ouvrages scolaire distribués, plus de 2500 articles vestimentaires distribués aux populations «Samusocialisées» bénéficiaires ou non d’une couverture médicale Cnamgs au titre des Gabonais économiquement faibles (GEF). 

Cette opération a été organisée en synergie avec les antennes du Samu Social de l’intérieur du pays. Synonyme d’une reprise effective des activités Samu Social sur l’ensemble du territoire national. Malheureusement, les bonnes actions du Dr. Yaba et de son équipe se trouvent être mis en mal. 

En effet, une poignée d’activistes, visiblement instrumentalisée, a dû faire irruption au sein de l’enceinte de l’établissement pour réclamé leur salaire. Et inciter le personnel à l’abandon de l’œuvre utile et son engagement bénévole envers les populations.

Selon certains témoignages, cette poignée d’activistes ne ferait plus partie des effectifs du Samu Social gabonais depuis au moins 12 mois. En réalité, il serait plutôt question d’une «affaire personnelle» entre le Dr. Yaba et l’un des meneurs du groupe, qui ne verrait pas d’un bon œil le fait que le samu social gabonais se serait entouré des pensionnaires de la faculté de médecine de Libreville et encadré par des médecins de renom. Alors que la poignée d’activistes ne disposait d’une formation de base en matière d’action sanitaire ou sociale. 

Pourquoi tant de fronde sur la personne du Dr. Wenceslas Yaba et de son équipe ?

Le questionnement trouve sa réponse en le succès engrangé par le samu social gabonais, que l’on attend voir recevoir du soutien de la part de tutelle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.