Aviation civile/Gabon : des conflits d'ego à la veille d'un audit de l'OACI

À la veille d'une mission d'audit de l'organisation de l'aviation civile internationale (OACI), dans la période du 26 avril au 3 mai 2021 prochain à Libreville au Gabon, le ministère des Transports, institution de tutelle, s'en trouve plombée par une sordide guerre d'ego, laquelle pourrait coûter cher au Gabon.

telechargement-2

 

Dans la période allant du 26 au 3 mai prochain, le Gabon accueillera une mission de l'OACI. Objectif, réaliser un audit de sûreté, dans l'intention de renforcer la sécurité et la sûreté de l'aviation civile au Gabon. 

 

Loin d'être en harmonie, le ministère des Transports, institution de tutelle ayant la lourde responsabilité d'organiser la mission, s'en trouve enlisé dans un regrettable conflit d'ego qui pourrait mettre à sac les ambitions du Gabon. 

Déjà, le mercredi 24 février dernier, à l'occasion d'une réunion préparatoire d'un comité national de sûreté de l'aviation civile jugé "abusivement" sélectif par certains experts, les frustrations vont depuis bon train. 

 

Les huit domaines de sécurité, représentatifs du secteur, n'ont à ce jour ni été consultés, ni associés, alors même que leur expertise est très sollicitée de l'OACI. 

 

De fait, une dynamique d'écarter autour du ministre l'expertise de certains professionnels des questions liées à l'aviation civile semble être mise en place. 

De l'avis de certaines indiscrétions au ministère des Transports, la manœuvre serait nul doute de la conseillère transports de Brice Constant Paillat, la retraité Mme Essomba épouse Obame Edou, d'origine camerounaise. 

 

Ainsi, les expertises de Laurent Abessolo Mve, l'homme au coeur de plusieurs réformes, Camille Makoumbou, cadre supérieur à l'ANAC, Serge Olivier Nzikoue, seul diplômé OACI annexe 13 (enquêtes sur les incidents et accidents d'aviation), Amelet Parfait , délégué national de l'ASECNA et bien d'autres, semblent être foulées aux pieds. 

Les manoeuvres de ce type sont loin d'être nouvelles au ministère des Transports. En 2019 déjà, alors que de nombreux médias d'État annonçaient le défunt Arthur Nkoumou Delaunay comme le représentant de Justin Ndoundangoye, ministre de tutelle, à la 40e assemblée triennale de l'OACI, la réalité était toute autre. 

En effet, Laurent Abessolo Mve, conseiller technique du ministre, chargé des questions aéronautiques et maritimes, par ailleurs chef de la délégation gabonaise était clairement l'autorité désignée par le ministre, absent. 

img-20210228-wa0003

Brice Constant Paillat devrait comprendre que les problématiques, de même que les coups bas au sein de l'institution qu'il dirige sont vieux comme le monde. 

Il est impérieux que le membre du gouvernement s'entoure de tous les acteurs clés , ceux là même qui par leur investissement et leur expertise, ont toujours aidé le Gabon à faire face aux challenges à l'international. 

 

Par Pencil Rémi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.