Un coup de force au «Monde»?

L’ensemble de la presse, y compris Gilles Van Kote (président de la société des rédacteurs du Monde), considère que la décision de recapitaliser le groupe Le Monde se fera au niveau du groupe, pensant au Monde Partenaires et Associés (LMPA). Mais la société qui sera recapitalisée n’est pas LMPA, c’est Le Monde SA dont il s’agit.

L’ensemble de la presse, y compris Gilles Van Kote (président de la société des rédacteurs du Monde), considère que la décision de recapitaliser le groupe Le Monde se fera au niveau du groupe, pensant au Monde Partenaires et Associés (LMPA). Mais la société qui sera recapitalisée n’est pas LMPA, c’est Le Monde SA dont il s’agit.

L’offre de POP s’adresse formellement à Mesdames et Messieurs les membres du Conseil de surveillance du Monde SA.

Dans son article («Perdriel tente le coup de force au Conseil de surveillance du Monde»), Vincent Truffy analyse les probabilités de vote au niveau de LMPA.

 

Mais, on le voit, le scénario pourrait être tout autre : les membres du conseil de LMPA qui siègent au conseil du Monde SA ne sont pas liés par leur engagement dans la société de tête. La convention de vote qui devait assurer cette cohérence n’a jamais été signée.

 

A l’heure actuelle, pour LMSA, sur 18 administrateurs, nous connaissons 6 voix pour Bergé, Niel, Pigasse, (les sociétés de personnel plus la Société des lecteurs qui a repoussé son AG), et une voix contre (Association Hubert Beuve-Méry). Comment voteront les 6 voix qui ne sont pas représentés chez LMPA (3 voix Lagardère, 2 voix Prisa, 1 voix Stampa (Fiat)), les paris sont ouverts. Restent enfin 5 autres voix représentées chez LMPA (Schweitzer, Lescure, Pflimlin, Pierre Richard (Le monde investisseurs) à ne pas confondre avec Stéphane Richard (Orange), et Beffa).

Dans l’hypothèse la plus défavorable pour l’offre BNP, on pourrait avoir 12 voix pour POP contre 6 pour BNP.

Rappelons enfin que cette décision engage seulement une négociation exclusive avec un candidat. La reprise finale devra être approuvée en assemblée générale.

 

On imagine mal que le trio POP puisse imposer sa reprise contre le personnel, et Gilles Van Kote a raison de dire que la partie n'est pas terminée, mais elle se jouera peut-être dans une autre instance que celle à laquelle il pensait.

 

 

Gilles Van Kote sur Europe 1

(écoutez bien la fin, il parle de 20 voix, donc de LMPA) extrait van Kote europe 1 26-06-2010 9h10

 

Lire aussi

 

Billet paru sur La fin d'un «Monde»?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.