Justice pour Carola Rackete

Carola Rackete a tout d’une Antigone contemporaine.

Face au gouvernement de Salvini, Carola Rackete a tout d’une Antigone contemporaine.

Elle devrait être célébrée comme une héroïne, elle met l’Europe devant ses responsabilités et défie les autorités italiennes. 

La capitaine Carola Rackete applique le droit de la mer, qui est un droit universel, c'est-à-dire la nécessité pour chaque navire de se dérouter pour porter secours à des vies humaines menacées de péril. 

Le droit de la mer stipule de débarquer les personnes secourues dans le port le plus proche, c'est-à-dire mettre en lieu sûr les naufragés, un navire n’étant pas considéré comme un lieu sûr. 

La capitaine ne peut-être incriminée en tant que personne parce qu’elle représente son Etat.

Ici Carola Rakete représente plus encore que son propre état l’Allemagne mais la partie la moins pourrie de l’Europe, la moins contaminée par le fascisme soft du nationalisme.

Celle qui ne se sert pas des migrants pour régler des comptes avec Bruxelles et faire passer le peuple italien pour un peuple victime de l’immigration. 

Que l’Europe n’ait pas assez assisté l’Italie pour l’aider devant l’arrivée des migrants est un autre problème. Sur les côtes italiennes se sont des naufragés que l’on recueille, des naufragés avant d'être des migrants. Leur souffrance est imprescriptible. Ils ont pris d’énormes risques pour parvenir sur les côtes européennes jusque dans la mort - ils savent qu'il y a eu de nombreuses tragédies avant eux.

Ils sont exposés au péril. Le droit de la mer doit s’appliquer et ne peut pas être négocié.

Il existe des partis en Europe qui à l’heure actuelle jubilent quand les navires humanitaires sont en difficulté et ne peuvent accoster dans un port européen. Il y a toujours trop peu de monde pour s’inquiéter de l’immonde.

La capitaine Carola Rakete est la meilleure part actuelle de l’Europe.

Il faut rappeler que le premier personnage de la littérature européenne est un marin qui a erré d’iles en îles en Méditerranée après la guerre de Troie, qui perdu ses compagnons et côtoyé plusieurs fois la mort en s’exposant sans cesse au péril.

Comment peut-on être européen et ne rien savoir de cette mémoire ? L’Europe a toujours commencé par la mer.

Carola Rackete quant à elle vient d'écrire une page d'un roman de Conrad.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.