Ai-je révé d'Europe ?

Il faut transformer de toute urgence la constitution française et déclarer le peuple français constitutionnellement citoyen du monde

Quand je rêve d’Europe voilà ce que dit ce rêve :

« Il faut transformer de toute urgence la constitution française et déclarer le peuple français constitutionnellement "citoyen du monde". D’abord citoyen du monde, ensuite citoyen européen, enfin citoyen de lui-même, et pour finir citoyen libre. Libre, c'est à dire ? Multiple capable de n’avoir aucun maître définitif ni aucun héros et simplement disposé à se transformer sans cesse, car la liberté c’est cela l’appel à un devenir indéfiniment ouvert sur l’illimité, ce qui suppose toujours la nécessité d’être autre – contre l’obsession unitaire sécuritaire et identitaire.

Article 1 Le peuple français se déclare citoyen du monde.

Article 2 Le peuple français est se déclare européen.

Article 3 Le peuple français est se déclare de lui-même.

Article 4 Le peuple français se déclare citoyen libre c’est-à-dire indéfini ou ouvert étranger à lui-même.

Article 5 Le peuple français encourage tous les autres peuples européens à changer leur constitution sur le modèle des 4 premiers articles et tous les peuples du monde à l’article 1, l’article 3 et l’article 4.

Si nous devions réécrire une constitution européenne cela donnerait :

Article 1  Les peuples européens se déclarent citoyens du monde.

Article 2 Les peuples européens se déclarent citoyens d’eux-mêmes.

Article 3 Les peuples européens se déclarent citoyens nationaux.

Articles 4 Les peuples européens se déclarent libres dans leur constitution politique et engagés dans un avenir ouvert et indéfini où ils sont appelés à devenir étrangers à eux-mêmes.

En Europe nous déclarons universellement la liberté comme appartenant au droit de tous les peuples à disposer d’eux-mêmes. Nous déclarons les peuples européens révolutionnaires, c'est-à-dire porteurs d’une histoire qui marque le monde par l’invention de la liberté et la lutte contre l’asservissement.

Nous déclarons le « droit à l’étrangeté », c'est-à-dire la capacité de s’ouvrir à  une histoire toujours autre au-delà des limites des Etats-nations et des frontières administratives et identitaires. »

Cela n'est qu'un rêve et quand l'ordinaire reprend ses droits c'est le cauchemar des Etats-nations qui recommence, on est bien loin d'un vrai projet de constitution des Etats d'Europe.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.