Disparition de Freud et de Marx du projet de programme de philosophie en Terminale

La disparition de Freud et de Marx du projet de programme de philosophie en Terminale au profit d’un retour massif du religieux !

La disparition de Freud et de Marx du projet de programme de philosophie en Terminale au profit d’un retour massif du religieux est l’un des signes parmi tant d’autres de ce que l’on peut appeler – faute de mieux, notre temps, fait de multiples restaurations de l’ordre ancien et dont les aléas sont les nôtres aujourd’hui. Il s’agit de signes inquiétants qui s’attaquent aux Lumières. Ce n’est pas nouveau. La révolution (ou contre-révolution) conservatrice est là depuis 30 ans.

L’un de ses signes apparaît en 1985 avec le livre de Ferry et de Renaut, deux universitaires qui sifflent la fin de la parenthèse des années 60 et leur exceptionnelle fécondité. Ils attaquent « la pensée 68 » sous un angle en apparence irréfutable puisqu’ils traitent la pensée 68 d’ « antihumaniste ». Qui pouvait être contre ? « L’humanisme » va alors donner le ton du malentendu par lequel une génération d’universitaires va chercher à décrédibiliser la génération des intellectuels géniaux que sont les Deleuze les Foucault, les Derrida, les Lacan etc. Pourquoi pas ? Encore faut-il que le livre tienne la route et son contenu est symptomatique : vide, moraliste, dandy, effectuant des amalgames sans fondement, méconnaissant le sujet dont ils parlent. 

« La pensée 68 » n’existe pas. Il n’y a pas d’unité possible de ces penseurs (qui peut assimiler Lacan à un philosophe ou à un idéologue ?). Ce livre reproche à ces intellectuels leur fausse originalité. Quand on fait un procès en originalité il faudra être soi-même à la hauteur de ce que l’on dénonce. Mais là-dessus quelle déception ! 

L’humanisme des philosophes des années 90 a rectifié un bon nombre d’illusions politiques de leurs pères mais n’a créé aucune idée nouvelle. Il n’a pas produit non plus de nouveaux expérimentateurs, or la pensée nécessite des expérimentateurs. Mais qu'en reste-t-il aujourd'hui ?  Une idée formelle de la démocratie de plus en plus bafouée aujourd'hui ? Bien sûr il est nécessaire de soumettre les appareils critiques d’idées à des jugements froids et non dupes. 

Non dupes ? Mais jusqu’à quel point ?

Sans le savoir (et ce n’est pas un procès d’intention car je suis attaché à certaines de ses figures) cette génération a participé à la clôture des idées, à la réhabilitation du capitalisme, et a fini par produire un monde monoïdéique ou an-idéique avec très peu de désir. Un monde à présent gouverné par les mécanismes du capital sans l’enjeu de la transformation de la vie humaine et a participé à faire de la résignation notre seule sagesse.

Freud et Marx bannis des programmes philosophiques pour mettre l’accent sur le religieux voilà qui va nous changer de « l’époque du soupçon ». Qu’est-ce que l’on propose à la place ? Le religieux le capitalisme et le développement personnel ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.