Blog suivi par 630 abonnés

Le blog de Philippe Marlière

  • Un nouvel autoritarisme : la nébuleuse nationale-populiste en France

    Par | 397 commentaires | 37 recommandés
    Ni le souverainisme, ni le populisme, y compris dans ses variantes « de gauche », ne semblent proposer un approfondissement de la démocratie. Au contraire, ces notions tendent à remettre au centre de la vie politique des idées, des personnes et des dynamiques autoritaires.
  • De la joie pour une deuxième étoile

    Par | 224 commentaires | 29 recommandés
    Je suis immensément heureux de la victoire des Bleus. Cette deuxième étoile sur le maillot des joueurs (un maillot évidemment que je n’achèterai pas) est un moment de joie. Pourquoi pas ? Et tant pis, si une certaine gauche politique et intello a encore demontré qu'elle était à côté de la plaque quand il s’agit de comprendre ces rares moments de joie collective.
  • Il y a deux ans, le Brexit

    Par | 379 commentaires | 24 recommandés
    Se battre au sein de l’UE fait certes penser à la condamnation de Sisyphe. C’est une option terrible, mais l’autre option, la sortie, l’est encore plus. L’option de la sortie est d’autant plus dépassée que la social-démocratie néolibérale, partisane de l'UE actuelle, est en train de disparaitre.
  • Philip Roth, le questionneur du «rêve américain»

    Par | 62 commentaires | 28 recommandés
    En 2012, Philip Roth annonçait qu’il cessait d’écrire et déclarait : « J’ai 78 ans. Je ne connais plus les États-Unis aujourd’hui. Je regarde ce pays à la télévision, mais je n’y habite plus. » Avant l’élection de Donald Trump et la recrudescence des populismes dans le monde, Roth voyait juste.
  • Hijab : défendre partout l’autonomie des femmes

    Par | 437 commentaires | 68 recommandés
    Depuis la fin des années 1980, la question du hijab a pris un tour irrationnel en France. Pour sortir de l’impasse d’un débat stérile et trompeur qui relie le port du hijab au « respect de la laïcité », pourquoi ne partirait-on pas du point de vue des femmes musulmanes ? En France, comme en Iran.
  • Penser le macronisme

    Par | 96 commentaires | 23 recommandés
    Emmanuel Macron est un Dominique Strauss-Kahn qui a réussi, celui-là même qui aurait dû remporter l’élection présidentielle de 2012. Macron est l’héritier de Mitterrand, de Fabius et d’Hollande. Il n’est pas étranger à leur histoire, il en est l’aboutissement. Le président incarne le PS néolibéral, c’est-à-dire le PS hollando-vallsiste, aujourd’hui en voie d’extinction. Et pour cause !
  • Céline, ambianceur des temps populistes

    Par | 309 commentaires | 35 recommandés
    Avec le projet de rééditer les pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline, on comprendra que le temps est venu de réhabiliter l'ensemble de son oeuvre. La «célinomanie» est un phénomène médiatico-littéraire mondain. Comme Ferdinand Bardamu, elle caresse l’air du temps populiste dans le sens du poil (antidémocratie, racisme et nationalisme), tout en prétendant nous en protéger.
  • Johnny, la culture populaire et la gauche

    Par | 257 commentaires | 34 recommandés
    Avec la disparition de Johnny Hallyday, on vient définitivement d’enterrer la France des Trente glorieuses, celle de la DS voiture (de luxe) présidentielle, de Léon Zitrone, de Guy Lux et Simone Garnier, de l'époque bénie où le Tour de France était encore remporté par des coureurs français.
  • Parti socialiste: post-mortem d’une débâcle historique

    Par | 87 commentaires | 40 recommandés
    L’histoire du mouvement socialiste français retiendra que l’exclusion de Gérard Filoche fut le moment symbolique où la nature de classe du PS bascula définitivement : de parti du salariat à une formation bourgeoise d’appoint du macronisme dominant. Le nouveau Parti radical est probablement né à cette occasion.
  • L’écriture de Gramsci

    Par | 14 commentaires | 17 recommandés
    55fb552aca0f77702158bab868eefc-1
    En lisant les dernières lettres qu'Antonio Gramsci a adressées à sa famille, on perçoit à quel point le dirigeant communiste se sent seul et désespéré. Et pourtant, jusqu’à sa mort, il a rédigé ces cahiers politiques d’une écriture microscopique et soignée ; une écriture paisible.