• Diaboliser Macron et légitimer Le Pen

    Par Philippe Marlière | 253 commentaires | 54 recommandés
    La gauche de gauche sera rejetée par “les gens”, si elle renvoie dos-à-dos la démocratie bourgeoise et un régime autoritaire. La défense des libertés fondamentales est, pour la gauche, un des grands acquis du combat antitotalitaire au 20e siècle. Mis à mal ces derniers jours, il convient de le préserver contre les tentations autoritaires de droite, mais aussi de gauche.
  • Mélenchon doit proposer un accord à Hamon dès maintenant!

    Par Philippe Marlière | 256 commentaires | 28 recommandés
    La balle est dans le camp de Jean-Luc Mélenchon : veut-il vraiment faire gagner la gauche ou préfère-t-il camper jusqu'au bout le personnage du “sauveur de la France” ? Veut-il que l’on se souvienne qu’il aura permis de sauver la gauche d’une défaite historique ou que son ego aura épousé jusqu’à la caricature les habits plébiscitaires de la 5e république ?
  • Benoît Hamon : un vote trompe-la-mort

    Par Philippe Marlière | 667 commentaires | 70 recommandés
    Il est vain d’espérer la naissance d’une gauche de gauche sur les ruines fumantes de la social-démocratie. Cette dernière possède toujours un électorat et des adhérents qui sont de gauche et qu’il faut convaincre. C’est donc le travail unitaire, et non les injonctions sectaires, qui est la clé d’une recomposition radicale de la gauche française.
  • Toute la gauche doit battre Manuel Valls

    Par Philippe Marlière | 148 commentaires | 37 recommandés
    La victoire de Benoît Hamon met la gauche de transformation sociale devant ses responsabilités : veut-elle continuer dans la surrenchère sectaire qui la cloisonne dans le créneau des 10 à 15% des voix, ou bâtir un axe majoritaire comme l’a fait Syriza ou comme le tentent avec un certain succès Bloco de Esquerda au Portugal ou Podemos en Espagne ?
  • Aux ratiocineurs assado-poutiniens de France et d’ailleurs

    Par Philippe Marlière | 474 commentaires | 80 recommandés
    Une lecture ambivalente de la tragédie d'Alep a pris corps dans des cercles de la gauche « radicale ». Celle-ci efface des débats les combattants pour une Syrie libre et démocratique qui s’opposent à la fois à la dictature d’El-Assad et à Daech. Ce discours impérialiste français, qui s'oppose à l'impérialisme étatsunien, renie plus d’un siècle de traditions et de luttes internationalistes.
  • Manuel Valls, le champion du 49.3, a la mémoire qui flanche

    Par Philippe Marlière | 73 commentaires | 43 recommandés
    Loin de s’opposer au discours culturo-centrique de Marine Le Pen, le néorépublicanisme autoritaire de Manuel Valls ne fait que le légitimer. Tous deux prônent un communautarisme national, en rupture avec la tradition libérale de la Révolution française.
  • Ken Loach: montrer l'invisible souffrance des pauvres

    Par Philippe Marlière | 54 commentaires | 14 recommandés
    « Moi, Daniel Blake » a l’immense mérite de montrer comment la pauvreté, aussi endémique soit-elle, est effacée de nos champs de vision. Et avec elles, les formes de résistance et de solidarité que ses victimes lui opposent.
  • La liberté des femmes. Jalons pour une politique de non-domination masculine

    Par Philippe Marlière | 18 commentaires | 12 recommandés
    Les débats sur le port du hijab ou du burkini, la tolérance pour les propos sexistes, la perpétuation des stéréotypes sur la "nature féminine" ou encore la mise sous tutelle de la sexualité féminine poursuivent un même objectif : restreindre la liberté des femmes, interférer de manière autoritaire dans leur choix de vie et perpétuer la domination masculine.
  • Jeremy Corbyn réélu triomphalement: et après ?

    Par Philippe Marlière | 43 commentaires | 11 recommandés
    Reconduit après une large victoire contre ses opposants, le leader du Labour doit désormais assumer une gestion plus fédératrice de l’appareil et le convaincre de la justesse d’une réorientation à gauche.
  • Jacques Julliard: l’outrance verbale des heures sombres

    Par Philippe Marlière | 360 commentaires | 70 recommandés
    En nommant la gauche antiraciste « parti de collaboration », le journaliste Jacques Julliard a dévoilé le fond de sa pensée. Car on n’emploie pas l’expression « collaboration » à la légère en France. Le terme renvoie au régime pétainiste, responsable de la mise en place de politiques anti-juives, de rafles et de déportations vers les camps d’extermination nazis.