L'auteur du «Cygne Noir» sur France Culture

A l'heure où l'économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard, passe enfin aux aveux en reconnaissant l'échec des modèles macro-économiques établis au coeur de la doxa keynésienne, France Culture a donné, trop brièvement, la parole, en marge des Rencontres économiques d'Aix en Provence, à Nassim Nicholas Taleb.

A l'heure où l'économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard, passe enfin aux aveux en reconnaissant l'échec des modèles macro-économiques établis au coeur de la doxa keynésienne, France Culture a donné, trop brièvement, la parole, en marge des Rencontres économiques d'Aix en Provence, à Nassim Nicholas Taleb. Dans son bestseller The Black Swann (le Cygne noir, lire ici), Taleb procédait à une démolition en règle de ce charlatanisme de la prévision qui caractérise la science économique institutionnelle.Initiative méritant d'autant plus d'être saluée qu'elle détonne dans la "couleur" idéologique d'une rédaction qui semble ne connaître qu'un seul numéro de téléphone, celui des ultra-keynésiens de l'OFCE, et qu'une seule publication "de référence", Alternatives Economiques. Et où la "dissidence" libérale se résume aux chroniques matinales de Brice Couturier.

Dans quatre bref modules (moins de 4 minutes), Nassim Nicholas Taleb, qui enseigne aujourd'hui à l'université de New York, définit sa rupture avec la pensée économique conventionnelle, dénonce les charlatans nobélisés et assassine la politique économique de Barack Obama, un président sous influence du lobby bancaire. Réjouissant.

Nassim Nicholas Taleb - 1er entretien © Les carnets de l'économie

 

Nassim Nicholas Taleb - 2ème entretien © Les carnets de l'économie

 

Nassim Nicholas Taleb - 3ème entretien © Les carnets de l'économie

 

Nassim Nicholas Taleb - 4ème entretien © Les carnets de l'économie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.