Carnet

Samedi 13 Octobre 2018 : Nîmes

 

Depuis quelques jours, nous sommes entrés de plain-pied dans l'automne, brutalement dirai-je. Piscine en pré-hivernage. Finis les tenues blanches légères qui ont ponctuées cet été, finies les longues soirées en terrasse. A quelques jours de mon anniversaire de scorpion invétéré, je me dois de réguler mes pensées, mes envies, mes vêtements en mode automne, sous peine de déprime... Déjà, le changement d'heure se profile et le soir d'automne interviendra précocement , à la manière d'Henri de Régnier :

 

Il est doux, ô mes yeux, lorsque le vent d'automne
Cesse de s'acharner à l'arbre dont frissonne 
Le spectre dépouillé qui craque et tremble encor,
De voir, dans l'air muet, où son vol se balance, 
Tomber en tournoyant à travers le silence, 
Une dernière feuille d'or. 

Quand au jour éclatant qui se voile succède 
Le crépuscule lent, humide, mol et tiède,
Qui fait perler la mousse au dos des bancs velus, 
Il est doux, au jardin mystérieux, d'entendre
Résonner dans le soir le rire obscur et tendre
Des visages qu'on ne voit plus.

 

Alors, en cet automne, je vais faire mienne la préconisation de Michel de Montaigne :

« Il faut réserver une arrière boutique toute nôtre, toute franche, en laquelle nous établissons notre vraie liberté et principale retraite et solitude. »

 

Rien d'autre à faire dans un contexte où « l'humanité est au creux d'un carrefour vers lequel dévale plusieurs camions fous dont les freins ont lâché : l'islamisme, le populisme, l'hystérisation des démocraties, l'amazonisme du nom de la firme Amazone destructrice d'emplois, de commerces, d'échanges, en somme d'humanité. Sans parler de la déculturation qui, partout, fait des progrès. »

 

Alors, pour faire face aux longues et sombres soirées à venir, je viens d'entamer le dernier bouquin de l'historien Yuval Noah Harari, le penseur Israélien de 45 ans l »e plus important du monde », selon le Point. Après « Sapiens » et « Homo deus », il nous dispense « 21 leçons pour le XXIème siècle », sur la piste d'un avenir gouverné par l'intelligence artificielle. En question : les vrais défis de notre époque. Pourquoi la démocratie libérale est-elle en crise ? Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle guerre mondiale ? Que faire devant l’épidémie de « fake news » ? Quelle civilisation domine le monde : l’Occident, la Chine ou l’Islam ? Que pouvons-nous faire face au terrorisme ? Que devons-nous enseigner à nos enfants ? Avec l’intelligence, la perspicacité et la clarté qui ont fait le succès planétaire de ses deux précédents livres, Yuval Noah Harari décrypte le XXIè siècle sous tous ses aspects - politique, social, technologique, environnemental, religieux, existentiel… Un siècle de mutations dont nous sommes les acteurs et auquel, si nous le voulons réellement, nous pouvons encore redonner sens par notre engagement. Car si le futur de l’humanité se décide sans nous, nos enfants n’échapperont pas à ses conséquences. Livre certainement pas de tout repos, mais essentiel...

« Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un autre ? » (Levis Caroll )

Photo : Manuel Alvarez Bravo

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.